Brésil 2008, une victoire amère pour Massa

Deux ans après son premier succès brésilien, Felipe Massa arrive à Interlagos, qui marque à nouveau la fin de la saison, dans des circonstances bien différentes

Deux ans après son premier succès brésilien, Felipe Massa arrive à Interlagos, qui marque à nouveau la fin de la saison, dans des circonstances bien différentes. Si en 2006, l’insouciance de la jeunesse lui avait permis de courir l’esprit libre et d’aller chercher la victoire, l’enjeu de ce Grand Prix du Brésil 2008 est colossal puisque le titre mondial est à la clé.

Mais pour l’emporter, il doit compter sur une contreperformance de Lewis Hamilton, son jeune rival pilotant pour McLaren-Mercedes. Si le Brésilien gagne la course, le titre lui est acquis à condition que l’Anglais termine au mieux sixième. Un scénario possible puisque lors des qualifications, Massa décroche la pole tandis qu’Hamilton ne peut faire mieux que le quatrième temps. Lors de la mise en grille, une violente averse se mêle à la partie et vient retarder le départ de dix minutes, faisant ainsi croître la tension.

A l’extinction des feux, le pilote Ferrari conserve son avantage devant Jarno Trulli sur Toyota et son coéquipier Kimi Räikkönnen, tandis qu’Hamilton reste quatrième. Devant un public survolté entièrement acquis à sa cause, il mène la danse sans forcer devant la Renault d’un Fernando Alonso en grande forme. Mais Hamilton se maintient en quatrième position et reste ainsi virtuellement champion. A la mi-course, le ciel se charge de nuage gris et la foule se met à espérer une averse. La douche tant espérée arrive enfin au soixante-troisième tour, déclenchant une vague d’arrêts aux stands pour chausser les pneus pluie.

Le pilote Toyota Timo Glock est l’un des rares à choisir de conserver ses slicks sur une piste de plus en plus détrempée, ce qui lui permet de remonter en quatrième position. Hamilton, désormais cinquième, ne doit plus rétrograder s’il veut être titré. Mais pourtant, peu avant le soixante-huitième passage sur la ligne de chronométrage, il est dépossédé de son bien par Sebastian Vettel dont la Toro Rosso se montre très véloce dans ces conditions dantesques.

Tout le monde croit alors au miracle, Massa l’emporte et le garage Ferrari explose de joie. Mais quelques secondes plus tard, c’est le camp McLaren qui est en liesse. Dans le dernier virage, Hamilton a réussi à se défaire de Glock en perdition avec ses gommes. Tandis que le Britannique parade enlacé dans l’Union Jack, le Pauliste fond en larmes sur le podium. Il tenait le titre jusqu’au dernier virage et le laisse filer pour un point. Mais les spectateurs, forcément déçus, lui réservent une énorme ovation, et nul doute que s’il n’est pas devenu Champion du Monde ce jour-là, Massa est en revanche devenu leur héros.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Jarno Trulli , Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Felipe Massa , Timo Glock , Sebastian Vettel
Équipes Toro Rosso , Ferrari
Type d'article Actualités