Fernando Alonso compte sur "un petit peu de chance"

Les temps des deux premières séances d’essais libres ne veulent pas dire grand-chose, estime Fernando Alonso

Les temps des deux premières séances d’essais libres ne veulent pas dire grand-chose, estime Fernando Alonso. Sur piste humide, le tracé d’Interlagos offre un très grand nombre de variables, notamment liées à l’important dénivelé de la piste, et tirer des conclusions de la feuille des temps d’hier ne serait pas ce qu’il y a de plus approprié, une course de plus de 70 tours sur piste humide attendant sans doute les pilotes dimanche. Reste que rouler sur le mouillé aura permis à chaque équipe de commencer à penser à comment organiser la stratégie de course, et Ferrari ne fait pas exception à la règle.

Il est toujours difficile de beaucoup rouler quand il pleut ici, comme la quantité d’eau en piste n’est jamais régulière et peut affecter les temps au tour de deux à trois secondes”, explique le Double Champion du Monde.

Le défi, en termes de pilotage, est constant car il faut sans cesse réévaluer le niveau de la piste, à chaque passage. Tout est question de feeling, et le rôle du pilote redevient plus crucial que celui des ingénieurs.

A chaque fois que vous sortez de la trajectoire, il vous faut essayer de comprendre les conditions de piste à ce moment précis, car il y a absolument aucun point de repère. Mais compte tenu du fait que les prévisions pour le reste du weekend sont les mêmes, on peut dire que ce furent de bons essais, même courts”.

Les qualifications et la course vont être très compliquées d’un point de vue stratégique, et il nous faudra trouver un bon plan sur ce point. Pour être bien ici, il faut aussi un petit peu de chance, car par de telles conditions, être au bon endroit au bon moment aide toujours”.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Fernando Alonso
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités