Ferrari entend bien rattraper Vettel et Red Bull

Après sept Grands Prix disputés cette saison, Fernando Alonso a ravi la deuxième place du Championnat du Monde à Kimi Räikkönen le week-end dernier à Montréal

Après sept Grands Prix disputés cette saison, Fernando Alonso a ravi la deuxième place du Championnat du Monde à Kimi Räikkönen le week-end dernier à Montréal.

Pour autant, l’Espagnol compte encore 36 longueurs de retard sur le leader Sebastian Vettel, qui s’est imposé pour la troisième fois de l’année.

Face à cet écart à combler, la Scuderia Ferrari ne veut se préoccuper que d’elle-même, en concentrant tous ses efforts sur la perspective de rattraper Red Bull Racing.

"Je ne peux pas regarder vers l’extérieur. Je dois regarder chez nous, et être certain que la voiture s’améliore, principalement le jour avant la course", a souligné Stefano Domenicali, faisant allusion aux difficultés de la Scuderia dans l’exercice des qualifications. "Parfois nous comprenons mieux ce que nous avons, parfois c’est dans l’autre sens. Mais c’est le défi auquel nous devons faire face cette année."

L’Italien reconnait que la régularité de Vettel et Red Bull Racing en ce début de saison leur a permis de faire la différence. Une vertu que n’ont pas encore retrouvée les hommes de Maranello. Mais les aléas du sport automobile peuvent aussi voir le vent tourner, et Vettel n’est pas encore à l’abri de certaines déconvenues.

"Bien sûr, si cela arrive je ne pleurerais pas, mais par esprit sportif je ne lui souhaite pas d’avoir des problèmes. Je crois qu’il a été très régulier jusqu’à présent, mais cette année les choses peuvent changer très vite", explique Domenicali. "Si vous avez une course difficile, les choses peuvent changer de nouveau, mais il est certain qu’il est très fort. L’année dernière il avait quarante points de retard lors de la pause estivale, mais nous avons perdu le titre, malheureusement à cause de choses qui ne dépendaient pas de nous."

Quant à la situation pneumatique, Ferrari fait partie des équipes qui ont su rapidement la maîtriser. Après le nombre incalculable de critiques survenues suite au Grand Prix d’Espagne, Domenicali constate que les équipes ont finalement commencé à s’adapter, sans que Pirelli ne mette en service des nouveaux pneus.

"C’est quelque chose d’amusant en F1, car certaines équipes étaient très désireuses de changer quelque chose il y a quelques courses, et désormais cela semble parfait. Vous connaissez mon style : rester calme et ne pas sur-réagir après une séance. C’est une partie du jeu et du travail des ingénieurs de comprendre ce que nous avons."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Sebastian Vettel
Équipes Red Bull Racing , Ferrari
Type d'article Actualités