Ferrari : "L'Europe doit conserver ses Grands Prix"

Piero Ferrari, le seul fils encore en vie du fondateur de la marque au Cheval Cabré, Enzo, a pris la défense des courses européennes

Piero Ferrari, le seul fils encore en vie du fondateur de la marque au Cheval Cabré, Enzo, a pris la défense des courses européennes.

Dans un discours rappelant celui du président de la Scuderia, Luca di Montezemolo, l'Italien a exorté la Formule 1 à conserver les Grands Prix du Vieux Continent.

Cette année, 60% des épreuves du calendrier de Formule 1 se dérouleront loin du sol européen. Un chiffre en constante augmentation depuis plusieurs années, et qui pourrait atteindre des proportions extrêmes si l'Europe venait à perdre d'autres Grands Prix. Des circuits historiques, Spa-Francorchamps est actuellement le plus menacé. Le tracé belge pourrait disparaître, tout du moins une année sur deux, dès 2013, si l'alternance avec la France venait à se concrétiser.

"Nous reconnaissons que la Formule 1 doit être un championnat mondial, il est donc naturel de se rendre en dehors de l’Europe. Ce que je regrette, c’est de ne plus avoir de Grands Prix importants comme celui de France. Si l’on nous enlève un nouveau Grand Prix comme celui-ci, ce serait vraiment dommage," a déclaré Ferrari à Madonna di Campiglio.

"Je ne suis pas en faveur d’une réduction du nombre de Grands Prix en Europe. Pour nous, Silverstone est une course vraiment importante, tout comme Monza et Spa. D’autant plus que chaque année, vous y voyez des courses fantastiques là-bas. J’espère donc que nous ne perdrons pas ces courses-là."

Le grand argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone, avait récemment indiqué qu'il ne voyait plus que cinq Grands Prix en Europe d'ici quelques années. En 2012, huit manches sur 20 se disputeront sur le Vieux Continent.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Luca di Montezemolo , Bernie Ecclestone
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités