Ferrari - L'ex-responsable moteur rejette la faute sur l'aéro

Luca Marmorini, qui a quitté la Scuderia Ferrari fin juillet, a décidé de sortir du silence

Luca Marmorini, qui a quitté la Scuderia Ferrari fin juillet, a décidé de sortir du silence. Critiqué par le manque de puissance du moteur Ferrari, l'ancien responsable du département moteur de l'équipe a décidé de s'expliquer sur Quotidiano.

"En bref, il a été fait remarquer que tous les malheurs de la F14T étaient de la faute de l'unité de puissance", indique Luca Marmorini, quelque peu dépité. "Comme si dans une société avec l'Histoire de Ferrari, on avait oublié comment faire des moteurs ! J'accepte toute accusation, mais je ne dis pas qu'à Maranello, il y a des gens qui ne connaissent pas l'entreprise, le turbo, l'hybride, etc".

L'ingénieur s'explique sur le moteur V6 turbo qui propulse les Ferrari, Sauber et Marussia.

"Avec mes collègues, j'ai produit une unité de puissance d'une certaine taille, c'est-à-dire, une version plus petite que le Mercedes et le Renault, parce que nous y avons été invités par le gestionnaire du projet de la voiture, Mr Tombazis", lance Marmorini.

"Il a dit que nous voulions une unité de puissance très compacte, avec un petit radiateur, parce que la perte de puissance serait compensée par des solutions aérodynamiques qui nous garantiraient un avantage sur les voitures équipées par Mercedes et Renault. Cela a été fait exactement comme cela, sauf que, lorsque nous avons été confrontés à la concurrence, nous avions évidemment moins de puissance, et cela n'a pas été compensé par l'aérodynamique"...

Pas de dialogue avec Marco Mattiacci

Luca Marmorini revient également sur sa relation avec Marco Matiacci, l'homme à la tête de l'équipe qui remplace Stefano Domenicali.

"Je voulais expliquer [le problème] à Marco Mattiacci, quand il a été mis à la place de Stefano Domenicali. Mais avec Marco Mattiacci, en trois mois, j'ai échangé quelques mots, nous nous sommes vus deux fois : la première pour les salutations, la seconde quand il m'a soumis une lettre qui a confirmé mes adieux à la société".

Concernant son avenir, Luca Marmorini se veut clair. "Il n'est pas vrai que j'ai déjà signé pour Renault", explique-t-il. "Au contraire, actuellement, selon moi, une Formule 1 dans laquelle un ingénieur qui exerce ne peut pas travailler sur sa création à cause des règlements qui imposent le gel me plaît très peu"...

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Équipes Sauber , Ferrari
Type d'article Actualités