Ferrari rattrape son retard dans le domaine du simulateur

Tout au long de l'année, Ferrari a utilisé la soufflerie Toyota de Cologne pour procéder à de gros travaux sur son tunnel de Maranello, qui connaissait des soucis récurrents de calibrage

Tout au long de l'année, Ferrari a utilisé la soufflerie Toyota de Cologne pour procéder à de gros travaux sur son tunnel de Maranello, qui connaissait des soucis récurrents de calibrage. Si la Scuderia va bientôt pouvoir

utiliser de nouveau sa propre soufflerie

, elle n'a pas délaissé non plus les autres outils de développement essentiels à une écurie de Formule 1.

C'est le cas du simulateur, secteur dans lequel l'équipe italienne avait pris beaucoup de retard par rapport à la concurrence. Revenant sur les améliorations apportées à ce dernier, Pat Fry a fait part de sa satisfaction pour un domaine dans lequel la perfection ne sera probablement jamais atteinte.

"Vous n'aurez jamais un simulateur qui est exactement comme une voiture sur le circuit, mais je pense que nous avons fait quelques progrès raisonnables au niveau visuel, de l'intégration, toutes ces petites choses qui permettent au pilote de donner un bon retour d'informations", explique le directeur technique à Autosport. "En sommes-nous là où nous aimerions ? Non, je ne pense d'ailleurs pas que quelqu'un pourrait dire que c'est parfait. Nous avons progressé, mais nous allons continuer à développer constamment."

Mais pourquoi le simulateur est-il devenu un outil indispensable pour les équipes ? Fry insiste sur les nombreux domaines dans lequel il peut apporter une aide précieuse au développement d'une monoplace, tandis que les essais privés sont très limités.

"Il y a une énorme quantité de travail que vous pouvez faire : vous pouvez travailler sur les caractéristiques aérodynamiques, les niveaux d'appuis, les niveaux de traînée que vous voudriez avoir. Il y a toutes les stratégies autour du moteur, la vitesse que vous voulez avoir en qualifications ou en course ; la différence est énorme. il y a donc beaucoup de travail et nous essayons de trouver quelles sont les meilleures techniques. Je suis sûr que nous pourrions utiliser le simulateur tous les jours jusqu'à Noël et continuer à en apprendre beaucoup au sujet du moteur."

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités