GP du Canada : Alesi, le N°27, une victoire anniversaire

L'édition 1990 du Grand Prix du Canada fut arrosée

L'édition 1990 du Grand Prix du Canada fut arrosée. Cette fois, Senna ne laissa le soin à personne de l'emporter. Son équipier Gerhard Berger avait franchi la ligne avant lui, mais avait également démarré la course plus tôt, trop tôt au goût des commissaires qui lui infligèrent une minute de pénalité, le faisant reculer au 4ème rang derrière Piquet (Benetton) et Mansell (Ferrari). Une course où Jean Alesi avait un temps brillé sur sa Tyrrell avant de se faire surprendre par une flaque et de finir sa course dans l'échappatoire... sur l'arrière de la Benetton de Nannini échouée au même endroit !

Un an plus tard, Piquet remporta sa 23ème et dernière victoire en carrière devant un surprenant Stefano Modena sur sa Tyrrell, alors que Jordan marqua les premiers points de son histoire avec De Cesaris et Bertrand Gachot 4ème et 5ème. Ceci après les abandons des Mclaren et Ferrari... et de Mansell qui en saluant la foule en avance cala son moteur après l'épingle dans le dernier tour ! Un fameux incident qui s'ajouta à la longue liste d'avatars qui ont ponctué la carrière du moustachu...

L'année suivante, il ne fut pas plus heureux : chassant Senna (qui signa sa seule pole de la saison), il se précipita et acheva sa course dans les graviers de la dernière chicane. Cependant, le Brésilien renonça également et c'est son équipier Berger qui tira les marrons du feu, devant la Benetton de Michael Schumacher, la Ferrari d'Alesi, et la March de Karl Wendlinger, dont ce fut les derniers points. L'Autrichien se retrouva dans le top 10 douze mois plus tard, et Prost remporta enfin le Grand Prix du Canada, au détriment de Schumacher une fois encore, et de Damon Hill sur l'autre Williams. Ces deux-là progressèrent d'un rang en 1994, à l'avantage de l'Allemand, sur un tracé marqué d'une chicane artificielle pour ralentir les voitures, héritage des mesures d'urgence prises suite aux tragiques accidents s'étant déroulés à Imola et après.

Cette chicane fut conservée pour 1995, une des plus célèbres éditions grâce à la première et hélas unique victoire de Jean Alesi, le jour de ses 31 ans, sur une Ferrari au N°27 renvoyant évidemment au héros local Gilles Villeneuve. Cette victoire fut si bien accueillie que les spectateurs n'attendirent même pas l'arrivée des autres pilotes pour envahir la piste, si bien que le classement s'arrêta non pas au 69ème tour mais à celui d'avant ! Derrière Alesi se trouvèrent les Jordan de Rubens Barrichello et Eddie Irvine, lequel montait sur son premier podium. Schumacher, après avoir dû patienter plus d'une minute aux stands pour des soucis électroniques, participa au triomphe de son ami français en le prenant en stop pour son tour d'honneur après la panne d'essence de la Ferrari victorieuse.

Néanmoins, ni l'un ni l'autre ne fut consacré en 1996, alors que la chicane improvisée après l'épingle fut supprimée (laissant le tracé dans sa configuration actuelle) : c'est Hill qui domina la course sur la Williams. Au grand dam du public venu en masse soutenir le fils de Gilles, Jacques Villeneuve, qui termina 2ème, ce qui restera son meilleur résultat à domicile...

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Eddie Irvine , Michael Schumacher , Rubens Barrichello , Jean Alesi , Jacques Villeneuve , Karl Wendlinger , Gil de Ferran , Gerhard Berger , Damon Hill , Gilles Villeneuve , Stefano Modena , Bertrand Gachot
Équipes Williams , Ferrari
Type d'article Actualités