Montezemolo - Ferrari et Vettel ont la même soif de revanche

partages
commentaires
Montezemolo - Ferrari et Vettel ont la même soif de revanche
16 déc. 2014 à 15:30

Président emblématique de Ferrari, Luca di Montezemolo a définitivement tourné la page au début de l'automne, remplacé par le président du groupe Fiat, Sergio Marchionne

Président emblématique de Ferrari, Luca di Montezemolo a définitivement tourné la page au début de l'automne, remplacé par le président du groupe Fiat, Sergio Marchionne. Son histoire avec la Scuderia désormais derrière lui, il n'en reste pas moins un fervent admirateur et souhaite voir le Cheval Cabré parvenir à redorer son blason au plus vite.

"Je reste le plus grand fan de Ferrari, même si c'est la fin d'une ère pour moi et pour Ferrari. Une autre ère s'ouvre désormais, peut-être plus financière mais toujours importante", a déclaré Montezemolo à la presse italienne.

Désormais observateur extérieur, celui qui a tenu les rênes du Cavallino pendant 23 ans est aujourd'hui à la tête de la compagnie aérienne Alitalia. Il reste cependant convaincu du bon choix de Ferrari en choisissant d'enrôler Sebastian Vettel en réponse au départ de Fernando Alonso chez McLaren.

"Je suis désolé au sujet de Fernando Alonso, mais Vettel est le bon choix", affirme Montezemolo. "Lui et Ferrari ont la même volonté de revanche. Est-ce que Ferrari gagnera de nouveau bientôt ? Je l'espère vraiment. C'est important de vouloir essayer de gagner avec l'esprit et la passion, et ensuite nous verrons bien."

Sacré quatre fois Champion du Monde consécutivement entre 2010 et 2013, Vettel arrive à Maranello après une année vierge de toute victoire à son palmarès : une première pour l'Allemand si l'on excepte sa demi-saison avec BMW puis Toro Rosso en 2007.

Prochain article Ferrari
Officiel - Gutiérrez devient réserviste chez Ferrari !

Article précédent

Officiel - Gutiérrez devient réserviste chez Ferrari !

Article suivant

Gutiérrez n'est pas arrivé les mains vides chez Ferrari

Gutiérrez n'est pas arrivé les mains vides chez Ferrari
Charger les commentaires