Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
41 jours
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
6 jours
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

10 jeunes pilotes qui ont brillé en 2018

partages
commentaires
10 jeunes pilotes qui ont brillé en 2018
Par :
24 déc. 2018 à 12:00

Qui sont les stars de l'avenir ? Tour d'horizon, sans classement de valeur, des jeunes pilotes qui se sont illustrés dans les trois formules de promotion principales en 2018 : le Formule 2, le GP3 et la F3 Europe.

Cliquez sur chaque photo pour passer au pilote suivant.

Diapo
Liste

Alexander Albon

Alexander Albon
1/11

Photo de: FIA Formula 2

Âge : 22 ans
2018 : Formule 2 avec DAMS, 3e
Palmarès : 3e Eurocup FR2.0 2014 - 2e GP3 Series 2016

C'est un conte de fées que vit Alexander Albon, qui va faire ses débuts en Formule 1 chez Toro Rosso six ans après avoir été écarté du Red Bull Junior Team. À l'époque, suite à une première saison en monoplace décevante, le couperet de l'exigeant Dr Marko avait été sans appel. S'il était "à deux doigts d'arrêter le sport auto", Albon a persévéré, notamment en luttant contre Charles Leclerc pour le titre GP3 en 2016, ce qui lui vaut depuis lors de nombreux éloges de la part du Monégasque.

Chez ART, pour sa première année en Formule 2, Albon n'avait pas réalisé de coups d'éclat mais avait fait preuve de constance, malgré une fracture de la clavicule qui lui avait fait manquer deux courses et l'avait handicapé au début de l'été. Une seconde année dans la discipline était loin d'être acquise, en raison d'un budget insuffisant, mais DAMS s'est montré conciliant. Au vu des résultats, difficile de donner tort à l'écurie sarthoise !

Albon s'est particulièrement illustré en qualifications en début de saison, devenant le cinquième pilote de l'Histoire à signer trois pole positions consécutives en GP2/F2 (George Russell allait faire aussi bien par la suite). De plus, l'affable Anglo-Thaïlandais a remporté pas moins de trois Courses Principales. Opportuniste à Bakou, il a chipé la victoire à Antonio Fuoco quand ce dernier a été gêné par le panache de fumée laissé par la monoplace d'Artem Markelov ; solide à Silverstone, il a profité d'un problème de George Russell aux stands pour un nouveau succès ; intouchable à Sotchi, il s'est imposé avec 11 secondes d'avance sur la concurrence.

Bien sûr, il y a eu des moments qu'Albon préférera oublier, comme la Course Principale de Monaco, où il était en tête avant un accrochage évitable avec Nyck de Vries à l'entrée des stands. Cela lui a sans doute coûté la deuxième place du championnat. Mais s'il ne jouit pas de la même cote que ses compatriotes Russell et Norris, le nouveau pilote Toro Rosso a sans aucun doute prouvé son potentiel. Tant pis pour la Formule E, puisqu'il avait signé un contrat de trois ans chez Nissan e.dams avant de céder aux sirènes de Red Bull !

Marcus Armstrong

Marcus Armstrong
2/11

Photo de: FIA F3 / Suer

Âge : 18 ans
2018 : F3 Europe avec Prema, 5e
Palmarès : 1er F4 Italie 2016 - 2e ADAC F4 2017 - 3e Toyota Racing Series 2018

La carrière de Marcus Armstrong est en train de prendre un certain élan, après ce qui n'était que sa deuxième saison complète en monoplace. Celui qui a fait ses armes dans un championnat néo-zélandais de tourisme à un très jeune âge a fait forte impression à son arrivée en Europe, Champion de F4 Italie et vice-Champion d'ADAC F4 (derrière un certain Jüri Vips).

La F3 Europe s'annonçait toutefois comme une autre paire de manche. S'il a alterné abandons et arrivées dans le top 5 en début de saison, ces dernières se sont avérées plus nombreuses avec six podiums dont une victoire au Norisring lors des 11 premières courses. Dommage que de nombreux accidents soient venus ternir le tableau, notamment trois accrochages avec Dan Ticktum lors des six manches inaugurales, même si cela n'a pas empêché Armstrong de pointer en tête du classement général à mi-saison, face à des concurrents – notamment quatre coéquipiers – bien plus expérimentés !

La suite de la campagne a été plus difficile, les podiums se raréfiant, même s'il a quand même abordé le dernier meeting de la saison à la troisième place du championnat. Un dernier meeting, à Hockenheim, qui s'est avéré catastrophique pour le protégé de Ferrari, avec de nouveaux incidents en piste et trois abandons à la clé. Dommage, car il a marqué 12,38 points par course terminée : seul le Champion Mick Schumacher a fait mieux.

Autant dire qu'Armstrong est un diamant brut à polir. L'an prochain, il sera en FIA F3, toujours chez Prema.

Anthoine Hubert

Anthoine Hubert
3/11

Photo de: GP3 Series Media Service

Âge : 22 ans
2018 : GP3 avec ART Grand Prix, 1er
Palmarès : 1er F4 France 2013

Après avoir conclu la saison 2017 au quatrième rang derrière ses trois coéquipiers d'ART Grand Prix et sans victoire, Anthoine Hubert se devait de concrétiser l'année suivante, puisqu'il était le mieux placé des redoublants au classement général. Mission accomplie ! Hubert a conservé la constance qui a toujours fait sa force – il sait se tenir à l'écart des incidents – et celle-ci lui a permis de résister à la concurrence de deux rookies, Nikita Mazepin et Callum Ilott, là encore ses coéquipiers.

Lire aussi :

Certes, Hubert n'a franchi le drapeau à damier en vainqueur qu'une fois, lors d'une course où il a maîtrisé son sujet – son autre victoire, au Paul Ricard, a été obtenue suite à la disqualification de son compatriote Dorian Boccolacci. Les 11 podiums obtenus en 18 manches plaident toutefois en sa faveur, et on ne peut qu'espérer que le natif de Lyon rejoindra la Renault Sport Academy comme prévu et accédera à la Formule 2 : qu'un Champion GP3 n'ait pas l'opportunité d'atteindre un niveau supérieur serait inédit.

Callum Ilott

Callum Ilott
4/11

Photo de: GP3 Series Media Service

Âge : 20 ans
2018 : GP3 avec ART Grand Prix, 3e
Palmarès : 4e F3 Europe 2017

Pour cet ancien Champion d'Europe de karting, c'était la quatrième saison en monoplace, après trois campagnes en F3 Europe, où Red Bull l'avait placé directement depuis le karting en espérant faire de lui le nouveau Max Verstappen. Ce pari n'avait pas porté ses fruits pour Callum Ilott, même s'il n'avait pas démérité pour autant, faisant notamment partie du quatuor fantastique qui a joué le titre 2017.

Débarquant en GP3 avec le moins d'expérience des pneus Pirelli parmi les quatre pilotes ART – Nikita Mazepin a fait de nombreux essais avec Force India –, Ilott a parfois peiné à gérer ses gommes, comme en témoigne son week-end catastrophique à Sotchi avec une usure incompréhensible. Le reste du temps, le joyeux Anglais était aux avant-postes, avec deux victoires consécutives au Paul Ricard et au Red Bull Ring, et dix arrivées dans le top 5. Sa troisième place au championnat est honnête pour un rookie, bien que ce ne soit pas complètement au niveau atteint par George Russell la saison passée dans un contexte identique : il venait également de F3 Europe avec un niveau d'expérience très similaire.

Le protégé de Ferrari devra désormais convaincre en Formule 2, où il ne serait pas illogique de le retrouver chez Charouz (alias Sauber Junior Team) en raison des liens de l'écurie suisse avec le Cheval Cabré.

Nikita Mazepin

Nikita Mazepin
5/11

Photo de: GP3 Series Media Service

Âge : 19 ans
2018 : GP3 avec ART Grand Prix, 2e
Palmarès : 10e F3 Europe 2017

Clairement, Nikita Mazepin est la surprise de l'année en formules de promotion. Qui s'attendait à le voir à un tel niveau pour sa première saison en GP3 ? Pas grand-monde ! Après tout, le Russe n'avait remporté qu'une victoire lors de ses 111 courses en monoplace auparavant – et pas la moindre lors de ses 59 manches et deux saisons en F3 Europe, dont la dernière a été conclue à la dixième place du championnat.

Face à trois coéquipiers mieux cotés que lui, Mazepin a pourtant frappé un grand coup dès la première épreuve de la saison, à Barcelone, où il a profité de l'envol manqué du poleman Pulcini pour prendre les devants sans jamais être inquiété. Par la suite, le Russe a poursuivi ses performances, notamment le samedi, où il a signé deux victoires et deux deuxièmes places lors des cinq premiers meetings. Sa plus belle performance ? Ce succès au Hungaroring, où il s'est imposé avec dix secondes d'avance sur la concurrence. Intouchable !

Mazepin a ainsi vaincu un Callum Ilott qui lui était pourtant clairement supérieur en F3 Europe pour le titre honorifique de vice-Champion. Il lui revient désormais de prouver en F2, où il courra également chez ART Grand Prix, que cette belle saison n'était pas une exception.

Lando Norris

Lando Norris
6/11

Photo de: FIA Formula 2

Âge : 19 ans
2018 : Formule 2 avec Carlin, 2e
Palmarès : 1er MSA Formula 2015 - 1er TRS 2016 - 1er FR Eurocup 2016 - 1er FR NEC 2016 - 1er F3 Europe 2017

Étrangement, Lando Norris a été très critiqué pour sa saison 2018 dans les commentaires de nos lecteurs. Il lui était notamment reproché de ne pas lutter pour la victoire suffisamment souvent.

Celui qui n'avait jamais été vaincu lors d'une saison complète en monoplace, comme en témoigne son palmarès, n'est en effet jamais parvenu à remonter sur la plus haute marche du podium après un succès sensationnel lors de la toute première course de l'année, à Bahreïn. Norris s'est alors imposé avec huit secondes d'avance, juste après être devenu le plus jeune poleman de l'Histoire en GP2/F2, à l'âge de 18 ans, 4 mois et 24 jours !

Lire aussi :

Démontrant une constance rare, le pilote Carlin est entré dans le top 6 à 19 reprises en 24 courses : c'est mieux que tout autre pilote. Quant aux points, ils ne lui ont échappé que quatre fois : la Course Principale du Paul Ricard (où il a calé), la Course Sprint du Red Bull Ring (où il a fini 11e) et un meeting de Sotchi qui a été un véritable calvaire pour Norris. Ce dernier y a perdu le sang-froid qui est sa marque de fabrique et ses dernières chances de titre, à cause d'un zéro pointé causé par plusieurs erreurs.

Certes, le futur pilote McLaren n'a pas atteint le niveau de George Russell, souvent dominateur, qui mérite indéniablement d'être Champion. Mais contrairement à ses rivaux, son expérience des pneus Pirelli à dégradation rapide était quasi nulle, puisqu'il venait de la F3 Europe sans être passé par la case GP3. Cela n'a pas empêché Norris de réaliser de belles prestations avec de superbes dépassements. Le plus impressionnant d'entre eux ? Cette manœuvre sur son coéquipier Sérgio Sette Câmara, par l'extérieur du virage 6 au Hungaroring, pour la tête de la course. Ce jour-là, Norris était deux secondes au tour plus rapide que la concurrence sous la pluie, même s'il s'est fait rattraper quand la piste a séché.

Les 24% de victoires et 57% de podiums de Norris depuis le début de sa carrière en sport automobile seront néanmoins difficiles à maintenir en Formule 1, où sa monoplace ne devrait pas lui permettre d'évoluer aux avant-postes.

George Russell

George Russell
7/11

Photo de: FIA Formula 2

Âge : 20 ans
2018 : Formule 2 avec ART Grand Prix, 1er
Palmarès : 1er BRDC F4 2014 - 3e F3 Europe 2016 - 1er GP3 2017

George Russell était attendu au tournant en 2018 : allait-il réussir le même exploit que Charles Leclerc avec des titres consécutifs en GP3 et en Formule 2, à chaque fois en tant que rookie ? La réponse est oui !

Avec sept victoires (autant que Leclerc) dont quatre en Course Principale (une de moins), Russell a indéniablement prouvé que Mercedes avait eu raison de le prendre sous son aile. Auteur de cinq pole positions sur 12 possibles, le Britannique était clairement le plus compétitif dans l'exercice des qualifications, où le top 4 ne lui a échappé qu'une fois : à Monaco, circuit qu'il découvrait, où son moteur a cassé en essais libres. Russell avait alors découvert ce redoutable tracé en qualifications et s'était retrouvé en fond de grille, avant de conclure la Course Principale dans un accident à La Rascasse.

Quitter la Principauté sans le moindre point au compteur aurait pu avoir un impact dramatique dans la course au titre pour le pilote ART, mais ce dernier était plus ou moins irréprochable le reste du temps. Sa victoire à Bakou depuis la 12e place de la grille, qui était son premier succès cette saison, restera l'un des beaux succès de sa carrière – même si sa remontée du 20e au huitième rang au Hungaroring, également en Course Sprint, était une tout aussi belle prestation !

Débuter en Formule 1 chez Williams ne sera pas un long fleuve tranquille, mais Russell a montré qu'il était capable de réussir.

Mick Schumacher

Mick Schumacher
8/11

Photo de: James Gasperotti / Motorsport Images

Âge : 19 ans
2018 : F3 Europe avec Prema, 1er
Palmarès : 2e ADAC F4 2016 - 2e F4 Italie 2016

Auteur d'une première campagne plutôt discrète en F3 Europe, Mick Schumacher a continué sur cette lancée en 2018. À tel point que le fils du plus célèbre des pilotes de Formule 1 pointait à la dixième place du championnat après 14 des 30 courses au programme, n'étant pas parvenu à trouver la clé en qualifications.

Schumacher est ensuite parvenu à remporter trois victoires en cinq courses, mais restait en retrait par rapport à ses coéquipiers Marcus Armstrong (un rookie) et Guan Yu Zhou dans l'exercice du tour lancé sur l'ensemble des sept premiers meetings de la saison.

Puis sont arrivés les rendez-vous du Nürburgring et du Red Bull Ring. Bilan pour Schumacher : cinq pole positions, cinq victoires et une deuxième place en six courses. Tout bonnement ahurissant ! Le gain de forme simultané de son partenaire Robert Shwartzman a d'ailleurs poussé la concurrence à questionner ces performances, même si dans le même temps, les Prema d'Armstrong, Zhou et Ralf Aron n'étaient pas particulièrement véloces.

Un point d'interrogation subsiste sur le véritable potentiel de Schumacher, qui a toujours eu besoin d'une saison d'apprentissage avant d'être véritablement compétitif, que ce soit en F4 ou en F3. La prochaine étape est la F2, chez Prema, où il pourra apprendre aux côtés d'un pilote de seconde zone certes, mais expérimenté, à savoir Sean Gelael. On ne s'attend toutefois pas forcément à ce qu'il réalise les mêmes performances que le dernier pilote à avoir rejoint l'antichambre de la Formule 1 après un titre en F3 Europe, à savoir Lando Norris, vice-Champion F2 2018.

Dan Ticktum

Dan Ticktum
9/11

Photo de: James Gasperotti

Âge : 19 ans
2018 : F3 Europe avec Motopark, 2e
Palmarès : 1er du Grand Prix de Macao 2017 et 2018

En raison de son passé polémique, le personnage de Dan Ticktum continue de faire débat. Mais le protégé de Red Bull a fait son mea culpa et s'efforce désormais d'être irréprochable dans son comportement, même s'il n'a pas pu s'empêcher de remettre en question les résultats de Schumacher lorsqu'il a vu le titre s'éloigner irrémédiablement quand l'Allemand enchaînait les victoires.

Chacun a droit à une seconde chance, et Ticktum tire le meilleur de la sienne avec ce titre honorifique de vice-Champion en F3 Europe, à l'issue d'une campagne particulièrement disputée. Entré dans le top 5 à 18 reprises en 30 courses, le pilote Motopark était plutôt constant ; après cinq pole positions lors des 12 premières manches, il a toutefois souffert d'une baisse de performance en fin de saison, et peut se mordre les doigts de ne pas avoir concrétisé à Zandvoort : pas un podium malgré deux poles, notamment en raison d'un départ volé en Course 3.

Dan Ticktum a néanmoins impressionné par sa victoire à Spa-Francorchamps depuis la dixième place de la grille de départ, sans oublier un succès mémorable au Norisring : violemment percuté par Ameya Vaidyanathan au départ de la deuxième manche du week-end, l'Anglais est passé par la case hôpital pour les examens d'usage pendant que ses mécaniciens réparaient sa voiture et a remporté la course suivante, quelques heures plus tard ! Ne négligeons pas non plus son deuxième succès consécutif au prestigieux Grand Prix de Macao, cette fois aucunement dû aux circonstances.

Malgré les nombreuses rumeurs, la Formule 1 ne sera pas pour 2019. Ticktum va donc poursuivre son apprentissage en Super Formula, sur les traces de Pierre Gasly.

Jüri Vips

Jüri Vips
10/11

Photo de: FIA F3 / Suer

Âge : 18 ans
2018 : F3 Europe avec Motopark, 4e
Palmarès : 1er ADAC F4 2017

Jüri Vips est le benjamin de notre classement, et l'une des révélations également. Certes, sa saison 2017 avait donné le ton, avec ce titre en ADAC F4, mais la F3 Europe est d'un autre niveau. En fait, ces dernières années, aucun rookie provenant directement de la Formule 4 n'était parvenu à se hisser dans le top 4. C'est pourtant ce que Vips est parvenu à faire.

Faute de budget, l'Estonien a manqué une partie des essais hivernaux au programme, et ses résultats ont été modestes lors des cinq premières courses, où il n'a marqué que neuf points, mais lors des 25 suivantes, il en a engrangé 273 – seul le Champion, Mick Schumacher, a fait mieux.

Vips s'est surtout démarqué par son talent pur et son style de pilotage agressif, comme en témoigne notre correspondant Marcus Simmons, qui couvre la F3 de longue date : "Ce valeureux pilote balte, qui va droit au but, jouit d'une maîtrise exceptionnelle de sa monture ; il commet des erreurs, mais il repousse les limites, et ses imperfections seront polies au fur et à mesure qu'il gagne en maturité."

Il n'y a pas de meilleur exemple de ce potentiel que le rendez-vous de Misano, où, lors de qualifications pluvieuses, Vips était plus d'une seconde plus rapide que tous ses rivaux (à part ceux qui ne faisaient aucun effort pour respecter les limites de la piste au virage 13, et ont logiquement été sanctionnés !). Ce week-end-là fut le plus fructueux pour le pilote Motopark, avec une victoire et une deuxième place notamment. Voilà qui n'a pas manqué d'attirer l'attention de Red Bull, et le nouveau membre de son Junior Team va désormais s'attaquer à la FIA F3 (ex-GP3) avec Hitech GP.

Ils auraient mérité de faire partie du top 10

Ils auraient mérité de faire partie du top 10
11/11

Photo de: GP3 Series Media Service

Parmi les autres pilotes qui n'ont pas démérité en 2018, on retrouve David Beckmann (photo). Les débuts en GP3 de l'Allemand ont été difficiles chez Jenzer Motorsport, mais rejoindre Trident à mi-saison lui a donné un véritable coup de fouet, à tel point qu'il a conclu l'année avec trois victoires à son actif – dont deux en Course 1. Beckmann a marqué plus de points que n'importe quel autre pilote après la trêve estivale !

Les performances de Leonardo Pulcini en GP3 étaient également remarquables, compte tenu qu'il évoluait au sein d'une écurie Campos pas forcément habituée à évoluer aux avant-postes. L'Italien a notamment remporté avec brio les deux dernières Courses 1 de la saison.

En F2, Nyck de Vries n'est pas parvenu à réitérer les succès obtenus par Pierre Gasly et Charles Leclerc chez Prema, mais s'est néanmoins imposé à trois reprises (dont deux en Course Principale), sans oublier une belle remontée le dimanche à Bakou après un abandon le samedi. Côté Carlin, Sérgio Sette Câmara a été particulièrement malchanceux mais a pris la sixième place au général en affichant un niveau proche de celui de son coéquipier Norris.

Poulain de Ferrari, Robert Shwartzman a conclu sa première campagne en F3 Europe de façon tonitruante avec huit podiums sur les neuf dernières courses, dans un gain de performance qui coïncidait avec celui de Mick Schumacher.

Dans d'autres championnats, nous retiendrons également les performances remarquables des rookies Christian Lundgaard, Logan Sargeant et Victor Martins, respectivement deuxième, quatrième et cinquième en Formule Renault Eurocup. Lundgaard et Martins font d'ailleurs partie de la Renault Sport Academy, et le Losange semble avoir eu raison d'investir en eux, tout comme en Max Fewtrell qui, certes redoublant, a remporté le titre dans ce même championnat.

Quant à Felipe Drugovich et Sho Tsuboi, ils ont outrageusement dominé l'Euroformula Open et la F3 Japon respectivement, chacun avec une série de victoires parsemée de deux deuxièmes places. Il reste à les voir à l'œuvre dans des compétitions plus relevées.

Article suivant
Fan de Valentino Rossi, Norris n'a pourtant pas voulu du numéro 46

Article précédent

Fan de Valentino Rossi, Norris n'a pourtant pas voulu du numéro 46

Article suivant

Bilan 2018 - Gasly propulsé vers une opportunité inespérée

Bilan 2018 - Gasly propulsé vers une opportunité inespérée
Charger les commentaires