C1 - Giovinazzi s'impose, crashs en pagaille !

Antonio Giovinazzi a remporté sa première victoire en GP2 au terme d'une course marquée par de nombreux accidents sur le Circuit Urbain de Bakou.

C1 - Giovinazzi s'impose, crashs en pagaille !
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Sergey Sirotkin, ART Grand Prix
Luca Ghiotto, Trident
Oliver Rowland, MP Motorsport
Marvin Kirchhofer, Carlin
Pierre Gasly, PREMA, Racing
Norman Nato, Racing Engineering
Sergio Canamasas, Carlin
Arthur Pic, Rapax
Sean Gelael, Pertamina Campos Racing
Daniel de Jong, MP Motorsport
Nobuharu Matsushita, ART Grand Prix
Gustav Malja, Rapax

Giovinazzi s'élançait de la pole position devant Matsushita, Sirotkin et Marciello. Les leaders du championnat, Norman Nato et Artem Markelov, ne partaient que des neuvième et douzième emplacements de la grille de départ.

Carambolage au départ

Giovinazzi a toutefois pris un envol catastrophique, se retrouvant assez miraculeusement au cinquième rang après le premier virage. Le premier freinage a été le théâtre d'un carambolage impliquant Marvin Kirchhöfer, Pierre Gasly, Sergio Canamasas, Alex Lynn et Nicholas Latifi, tous contraints à l'abandon.

Auteur d'un très bon départ, Nato a toutefois été touché par Gasly au premier virage également et a repris la course en fond de peloton.

Lorque la course a repris au troisième tour, Matsushita menait devant Marciello, Ghiotto, Rowland et Giovinazzi, mais Marciello s'est emparé de la tête de la course dès le premier virage... avant que Matsushita ne prenne l'aspiration à la fin du tour et reprenne l'avantage au même freinage !

Giovinazzi, quant à lui, a entamé sa remontée, dépassant Ghiotto avant de porter une attaque infructueuse sur Rowland.

Racing Engineering faute en stratégie

C'est alors que Marciello dépassait Matsushita pour la tête de la course que Philo Paz Armand a perdu le contrôle de sa Trident et percuté le mur, provoquant l'intervention de la voiture de sécurité. La majorité des pilotes en ont profité pour rentrer aux stands. Racing Engineering a toutefois commis une erreur stratégique en ne faisant pas rentrer King et Nato immédiatement, mais au tour suivant. Ils se sont retrouvés aux deux dernières places.

La salve d'arrêts au stand a vu Marciello conserver la tête de la course devant Matsushita, Jeffri (qui ne s'est pas arrêté, parti en pneus mediums) et Rowland. Pic, qui ne s'était pas arrêté non plus, s'est toutefois accroché avec Markelov en le tassant vers le mur ! Les deux hommes ont été contraints à l'abandon, et la voiture de sécurité a fait son retour en piste.

Au restart, Giovinazzi et Rowland sont tous deux parvenus à dépasser Jeffri et Matsushita au premier virage. Le Japonais a fini par parvenir à prendre l'avantage sur le Malaisien au même endroit, mais Luca Ghiotto en a profité pour doubler les deux hommes. Le cauchemar de Matsushita a continué par la suite : parti tout droit au premier virage, il a cédé une place à son coéquipier Sirotkin, qui a ensuite pris l'avantage sur Ghiotto.

Bloquant longuement sa roue au virage 3, Jeffri a finalement été contraint d'emprunter l'échappatoire et d'y abandonner, provoquant un drapeau jaune de longue durée dans ce secteur.

Giovinazzi reprend la tête

C'est au 18e tour qu'Antonio Giovinazzi, auteur de la pole position, est parvenu à dépasser Raffaele Marciello au premier virage pour la tête de la course après avoir pris l'aspiration dans l'immense ligne droite qui précède ce virage. Le pilote Prema a ensuite creusé l'écart à raison de deux secondes au tour suivant !

La boucle suivante a vu les deux Racing Engineering s'accrocher au virage 3. Suspension avant-gauche brisée, Norman Nato a été contraint à l'abandon et la voiture de sécurité a fait son retour en piste.

En raison de la limite de temps, il ne restait que deux tours sous drapeau vert. En marge de dépassements en pagaille, Jimmy Eriksson et Jordan King se sont accrochés et ont dû abandonner.

C'est donc la première victoire du débutant Antonio Giovinazzi en GP2. L'Italien est le cinquième vainqueur en cinq courses cette saison. Sergey Sirotkin est parvenu à s'emparer de la deuxième place sur le fil en prenant l'aspiration de Raffaele Marciello dans la dernière ligne droite, longue de deux kilomètres. Le pilote Russian Time se classe donc troisième.

Oliver Rowland et Mitch Evans complètent le top 5 devant Nobuharu Matsushita, Sean Gelael, Daniël de Jong et Luca Ghiotto. Bon dernier, Gustav Malja marque tout de même le point de la dixième place, avec 12 abandons à déplorer.

Bakou - Course Principale

 PiloteÉquipeÉcart
1  Antonio Giovinazzi Prema Powerteam  
2  Sergey Sirotkin ART Grand Prix 1.2
3  Raffaele Marciello RUSSIAN TIME 1.3
4  Oliver Rowland MP Motorsport 2.1
5  Mitch Evans Campos Racing 2.6
6  Nobuharu Matsushita ART Grand Prix 3.1
7  Sean Gelael Pertamina Campos Racing 5.8
8  Daniël de Jong MP Motorsport 6.6
9  Luca Ghiotto Trident 7.0
10  Gustav Malja Rapax 7.5
11  Jimmy Eriksson Arden International 2 tours
12  Jordan King Racing Engineering 2 tours
Ab  Norman Nato Racing Engineering  
Ab  Nabil Jeffri Arden International  
Ab  Arthur Pic Rapax  
Ab  Artem Markelov RUSSIAN TIME  
Ab  Philo Paz Armand Trident  
Ab  Marvin Kirchhöfer Carlin  
Ab  Alex Lynn DAMS  
Ab  Nicholas Latifi DAMS  
Ab  Sergio Canamasas Carlin  
Ab  Pierre Gasly Prema Powerteam  
partages
commentaires
Qualifs - Giovinazzi bat Matsushita pour sa première pole

Article précédent

Qualifs - Giovinazzi bat Matsushita pour sa première pole

Article suivant

C2 - Quatre crashs de plus et un exploit de Giovinazzi !

C2 - Quatre crashs de plus et un exploit de Giovinazzi !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Événement Bakou
Lieu Baku City Circuit
Pilotes Sergey Sirotkin , Antonio Giovinazzi , Nobuharu Matsushita
Équipes Prema Powerteam
Auteur Benjamin Vinel