Comment Campos Racing a rebondi après le décès de son fondateur

Après le soudain décès de son fondateur en janvier, Campos Racing dispute sa saison la plus dure à ce jour. Mais son fils Adrián Jr est déterminé à honorer l'héritage de son père et à renouer avec la victoire.

Comment Campos Racing a rebondi après le décès de son fondateur
Charger le lecteur audio

La disparition soudaine d'Adrián Campos a été un choc pour tout le paddock, accablant de chagrin ceux qui l'ont côtoyé en Formule 1, où il a participé à 21 Grands Prix avec Minardi, ainsi qu'en Formule 2 et FIA F3, où court l'écurie qu'il a fondée en 1998.

Malgré cette perte immense, son nouveau directeur Adrián Campos Jr a fait savoir que l'équipe comptait rendre hommage à l'héritage de son père. S'exprimant à l'aube du meeting de Monza, il a reconnu que la saison avait été difficile jusqu'à présent pour un certain nombre de raisons mais a ajouté que l'écurie allait persévérer autant que possible.

"Franchement, vous pouvez me croire si je vous dis que c'est de loin la saison la plus dure de ma vie", a admis Campos Jr. "C'est quelque chose qui n'était évidemment pas attendu, il était en très bonne santé, et tout est arrivé soudainement. Tant de choses m'ont été transmises en un instant que je n'ai même pas eu le temps de réfléchir à autres chose, vous savez."

"Je sais qu'il y a 50 personnes qui travaillent dans l'équipe et elles dépendent de nous. Nous devons donc avancer, travailler, voir ce qui vient et essayer de faire de notre mieux en suivant toujours la même ligne et le même chemin que mon père. J'ai commencé la course en 2004, j'ai fini la course en 2011, et depuis lors j'étais à ses côtés de l'autre côté du muret des stands."

Campos celebrates on the podium with Leonardo Pulcini after the Italian's GP3 feature race victory in 2018

"[Ce décès] est évidemment arrivé trop tôt, car il adorait tellement le sport auto qu'après avoir pris sa retraite dans de nombreuses années il aurait continué à se rendre sur les courses, il les adorait. Mais au moins ce n'est pas quelque chose de nouveau pour moi ni pour mon entourage, car c'est une équipe qui a toujours été comme une famille, nous avons du personnel qui travaille dans cette écurie depuis le premier jour."

"Et nous savons qu'ensemble, nous pourrions continuer et perpétuer tout cet héritage. Et c'est ce que nous faisons. Nous travaillons ensemble, avec les personnes clés qui travaillent ici depuis longtemps et les personnes qui ont la confiance de mon père et de moi-même. Et nous continuons tout, nous le faisons aussi bien que nous le pouvons. Nous avons des problèmes évidemment, comme la plupart des équipes cette saison, mais nous ferons de notre mieux pour continuer aussi longtemps que possible."

Ayant couru en Formule 3 au début de la saison 1980, Campos Sr est passé de la F3000 à la F1 avec Minardi en 1987, où il épaulait Alessandro Nannini. La saison ne s'est pas bien passée : le moteur Motor Moderni n'était pas fiable, et Campos n'est pas parvenu à battre Nannini une seule fois en qualifications. Victime de nombreuses pannes en tout genre, l'Espagnol n'a vu le drapeau à damier qu'à Jerez et n'a parcouru que 371 tours sur les 1009 au programme. C'était encore pire en 1988 où, associé à son compatriote Luis Pérez-Sala avec un moteur Ford Cosworth dans le dos désormais, il a échoué à se qualifier à trois reprises lors des cinq premiers Grands Prix et a été remplacé par Pierluigi Martini. C'était déjà la fin de sa carrière en F1.

Campos s'est ensuite tourné vers les voitures de tourisme et a remporté le championnat d'Espagne en 1994 au volant d'une Alfa Romeo. Il a participé aux 24 Heures du Mans une seule fois, en 1997, avec une Ferrari 333 SP qui n'a parcouru que 18 tours, après quoi il a pris sa retraite et fondé sa propre écurie.

Initialement baptisée Campos Motorsport, l'équipe a fait ses gammes en World Series by Nissan, menant successivement au titre Marc Gené, Fernando Alonso et Antonio García, avant de s'engager dans le nouveau championnat GP2 en 2005. Avec elle, Giorgio Pantano et Lucas di Grassi se sont classés troisième au général en 2007 et 2008 respectivement, avec un titre des équipes à la clé.

Campos's death left his staff devastated, but anxious to continue his legacy

La structure a été rachetée par Alejandro Agag et a disputé les cinq saisons suivantes sous la bannière de Barwa Addax, Vitaly Petrov et Sergio Pérez atteignant le titre honorifique de vice-champion. Adrián Campos a repris le contrôle de l'écurie à partir de la saison 2014, mais depuis lors, plus aucun pilote n'est monté sur le podium du championnat. Et depuis que ce dernier a été renommé F2 il y a cinq ans, il n'y a eu que trois victoires à se mettre sous la dent, celles de Jack Aitken en 2019.

La pandémie de COVID-19 n'aide pas, ayant entraîné une crise financière. Pour 2021, Campos avait recruté Ralph Boschung et Gianluca Petecof, mais ce dernier, vice-champion en titre de Formule Régionale en Europe, s'est retrouvé à court de budget et a quitté l'équipe après deux meetings seulement.

"C'est devenu un grand problème pour l'équipe car c'était un vrai pilote, qui apporte normalement 20% ou 30% des revenus de l'équipe", a confié Campos Jr. "C'était donc probablement la chose la plus difficile à laquelle nous ayons dû faire face – et nous y faisons encore face. Nous travaillons là-dessus et faisons de notre mieux pour avoir un pilote pour le reste de la saison." En effet, Matteo Nannini et David Beckmann se sont relayés sans grand succès dans ce baquet, tandis que Boschung a engrangé les points sur les circuits urbains avec cinq arrivées dans le top 6 à Monaco et à Bakou. Campos vise même la sixième place du championnat, ayant actuellement 21 longueurs de déficit sur cette position occupée par MP Motorsport.

Boschung has scored Campos's best results in F2 this year

C'est également compliqué à l'échelon inférieur, où Campos s'est engagé en 2014 lorsqu'il s'appelait encore le GP3. Les rares victoires d'Álex Palou, Raoul Hyman et Leonardo Pulcini ne cachaient pas un bilan mitigé, et l'écurie n'avait plus gagné depuis près de trois ans… avant le succès de Lorenzo Colombo au Hungaroring cette saison. L'Italien a dédié son résultat à Campos Sr mais en a été privé par une pénalité de cinq secondes pour avoir laissé trop de distance avec la voiture sécurité, chutant au septième rang.

"C'était un moment incroyablement difficile, car je ne me rappelle pas dans l'Histoire de ces championnats que quelqu'un ait été privé d'une victoire pour avoir laissé plus d'espace qu'on ne le peut avec la voiture de sécurité au tour où elle rentrait au stand – ils avaient déjà dit que la voiture de sécurité rentrait au stand dans ce tour", déplore Campos Jr. "C'était un moment très difficile, nous ne nous attendions pas à ça, nous savions que le pilote avait commis une erreur mais nous étions sûrs à 100% que ce n'était pas suffisant pour perdre une course – une course si importante pour nous."

"Dans la réglementation, il n'y a pas de sanction indiquée pour cette erreur, donc c'est toujours aux commissaires de décider, et ils ont choisi quelque chose d'incroyablement dur pour l'équipe [bien que la pénalité de cinq secondes soit la sanction la plus clémente possible, ndlr]. Il n'y a pas que moi qui le pense : je me rappelle que ce jour-là, la plupart des directeurs d'équipe sont venus me voir, ont dit qu'ils s'excusaient et qu'ils ne comprenaient pas la décision. Bref, c'est comme ça, il nous faut l'accepter."

Colombo a toutefois pris sa revanche un mois plus tard à Spa-Francorchamps en dominant sous la pluie pour s'imposer avec 13 secondes d'avance sur son dauphin. Alors que va s'achever la saison de FIA F3 à Sotchi, Campos semble se diriger vers un avenir plus clément et peut faire preuve d'optimisme pour 2022.

Colombo and Campos Jr celebrate on the podium at the Hungaroring. The win would be taken away, but Colombo won again on merit in the next round at Spa
partages
commentaires
Shwartzman admet ne pas avoir les résultats pour mériter la F1
Article précédent

Shwartzman admet ne pas avoir les résultats pour mériter la F1

Article suivant

La pluie est annoncée à Sotchi, la F1 s'adapte

La pluie est annoncée à Sotchi, la F1 s'adapte