Chronique de Tom Dillmann : Apprentissage en Malaisie

Tom Dillmann a effectué ses grands débuts en GP2 Series à l’occasion de la première manche de la saison sur le circuit de Sepang en Malaisie

Tom Dillmann a effectué ses grands débuts en GP2 Series à l’occasion de la première manche de la saison sur le circuit de Sepang en Malaisie.

Sur un circuit qu’il ne connaissait pas, le Français a tenté de mettre à profit les 30 minutes d’essais libres pour mémoriser le tracé, mais a été victime d’un problème de freins qui ne lui a pas permis d’être au point sur les zones de freinage pour les qualifications.

"En GP2, il n’y a qu’une demi-heure d’essais libres, mais on le sait. Cela fait partie du jeu. Nous avons le temps de bien apprendre le circuit en 30 minutes, mais malheureusement j’ai été victime d’un problème de freins lors de cette séance. Même si j’ai pu faire des tours, je n’ai pas pu prendre de références au niveau des points de freinage. Arrivé en qualifications, ce fut donc difficile de signer un bon chrono rapidement puisque je n’avais pas de références," a déclaré Dillmann.

"En qualifications, je signe le 16ème temps, ce qui était un peu décevant même si je n’étais qu’à sept dixièmes de la pole position. Sans ce problème en qualifications, je pense que nous aurions pu finir facilement dans le Top 10."

Qualifié en 16ème position, Dillmann pouvait espérer remonter dans la hiérarchie pendant la course, mais il a calé sur la grille de départ avant d’être percuté à l’arrière par Stéphane Richelmi.

Il revient sur ses deux courses : "En partant en 16ème position pour la première course, rien n’était perdu car je pouvais encore remonter dans la hiérarchie. Malheureusement, Josef Kral se met au mauvais endroit sur la grille de départ et je dois m’arrêter juste derrière lui. Il s’était arrêté une place plus loin que sa position de départ avant de corriger son erreur et en voulant reprendre mon emplacement, j’ai calé."

"Je dois donc prendre le départ depuis la voie des stands. J’effectue une belle remontée en course avant d’être percuté par Stéphane Richelmi à l’arrière, ce qui m’a ensuite fait perdre plus de 20 secondes lors de mon arrêt. Ce contact avec Richelmi a modifié l’équilibre de la voiture, et ce fut plus difficile à partir de ce moment-là. Je pense que les points étaient à ma portée si je n’avais pas rencontré ces problèmes, mais je suis sûr que nous aurions pu jouer le Top 10."

"Dans la deuxième course, je prends un bon départ mais en essayant de doubler, je me fais enfermer et je perds des places. A l’issue du premier tour, je me retrouve en 21ème position. Pendant la course, j’avais un très bon rythme, surtout à la fin. J’étais assez régulier par rapport à la tête de la course et j’ai pu remonter dans la hiérarchie. Je double sept pilotes en piste et il y a trois abandons, ce qui me propulse en 11ème position à la fin de la course, à quelques centièmes du Top 10. La deuxième fut vraiment encourageante. Je pense que si l’on part devant, nous pouvons faire de bonnes choses."

Cette année, lors de la course longue, les pilotes ont l’obligation de chausser les deux composés de pneumatiques différents. Dillmann estime que cela rendra les courses plus intéressantes : "Le fait de devoir utiliser deux composés de pneumatiques différents en course n’est pas facile, d’autant plus que nous ne pouvons pas utiliser les deux types de gommes lors des essais libres. Nous ne pouvons utiliser les pneus tendres qu’en qualifications afin de signer le meilleur temps possible. Cependant, cela rend les courses intéressantes, je pense que c’est donc une bonne chose au niveau du spectacle."

Le prochain meeting de la saison devrait avoir lieu à Bahreïn, s’il n’est pas annulé par la FIA. Dillmann estime que ce sera plus difficile qu’à Sepang puisqu’il y a plus de pilotes qui connaissent le circuit de Manama.

"A Bahreïn, ce sera un peu plus difficile parce qu’il y a un peu plus de pilotes qui ont déjà roulé sur le circuit. Si tout se passe bien lors des essais libres, que nous ne rencontrons pas de problèmes mécaniques et qu’il n’y a pas grand-chose à changer au niveau des réglages, je pense que nous pouvons faire de bonnes choses. En GP2, il faut être dans le coup dès les essais libres pour faire un bon week-end. L’objectif sera d’inscrire de gros points à Bahreïn et pourquoi pas monter sur le podium. J’ai utilisé un joker en faisant un mauvais week-end en Malaisie, et il ne va plus falloir répéter cela."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Tom Dillmann , Josef Kral , Stéphane Richelmi
Type d'article Actualités