Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
33 jours
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
Événement terminé
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Comment Markelov a arraché une victoire improbable à Monaco

partages
commentaires
Comment Markelov a arraché une victoire improbable à Monaco
Par :
27 mai 2016 à 16:50

C'est un dénouement incroyable qui a conclu la course principale du meeting de Monaco en GP2 Series. Alors que la victoire semblait promise à Norman Nato, Artem Markelov a profité de la voiture de sécurité virtuelle pour vaincre son rival.

Le vainqueur Artem Markelov, RUSSIAN TIME
Sergey Sirotkin, ART Grand Prix démarre le tour de formation
Norman Nato, Racing Engineering, Sergey Sirotkin, ART Grand Prix et Jordan King, Racing Engineering
Oliver Rowland, MP Motorsport et Antonio Giovinazzi, Prema Racing
Oliver Rowland, MP Motorsport
Norman Nato, Racing Engineering
Artem Markelov, RUSSIAN TIME
Norman Nato, Racing Engineering
Artem Markelov, RUSSIAN TIME
Norman Nato, Racing Engineering
Artem Markelov, RUSSIAN TIME
Luca Ghiotto, Trident
Norman Nato, Racing Engineering
Artem Markelov, RUSSIAN TIME
Norman Nato, Racing Engineering
Artem Markelov, RUSSIAN TIME
Norman Nato, Racing Engineering
Artem Markelov, RUSSIAN TIME
Podium : 1er Artem Markelov, RUSSIAN TIME, 2e Norman Nato, Racing Engineering, 3e Oliver Rowland, MP Motorsport
Podium : 1er Artem Markelov, RUSSIAN TIME, 2e Norman Nato, Racing Engineering, 3e Oliver Rowland, MP Motorsport
1er Artem Markelov, RUSSIAN TIME, 2e Norman Nato, Racing Engineering, 3e Oliver Rowland, MP Motorsport
Le vainqueur Artem Markelov, RUSSIAN TIME
Artem Markelov, RUSSIAN TIME, célèbre sa victoire

En effet, en début de course, c'est une lutte passionnante entre Sergey Sirotkin, Norman Nato et Jordan King qui s'annonçait. Nato s'est emparé de la tête au départ mais a été marqué à la culotte par ses rivaux lors de la première moitié de la course, avant que Sirotkin et King ne partent tous deux à la faute sur l'impitoyable tracé monégasque.

Oliver Rowland semblait alors être devenu le principal rival de Nato pour la victoire, mais malgré un arrêt au stand un peu long, le Français est parvenu à conserver la tête de la course après avoir chaussé les pneus supertendres aux trois quarts de la course.

Seul Artem Markelov ne s'était pas encore arrêté, mais avec treize secondes d'avance sur Nato, il semblait impensable que le Russe creuse un écart suffisant pour remporter la victoire. Pourtant, Markelov y est parvenu, grandement aidé par les circonstances de course.

Écart entre Artem Markelov et Norman Nato

TourÉcartAvantage à
1 9"431  Norman Nato
10 19"325  Norman Nato
20 20"501  Norman Nato
30 19"209  Norman Nato
32 (Nato stand) 12"954  Artem Markelov
35 15"250  Artem Markelov
36 30"726  Artem Markelov
37 49"014  Artem Markelov
39 (Markelov stand) 0"700  Artem Markelov
40 1"541  Artem Markelov

Revenons d'abord sur l'écart entre Norman Nato et Artem Markelov tout au long de la course. S'élançant de la première ligne et prenant la tête dès le départ, Nato a creusé un écart de dix secondes lors du premier tour, avant de le porter à 20 secondes après une dizaine de boucles.

Lorsque Nato a effectué son arrêt (trois secondes plus long que celui à venir pour Markelov), il a concédé 32 secondes à son rival, qui se retrouvait en tête avec 13 secondes d'avance. Bien que les pneus tendres du pilote Russian Time fussent vieux de 32 tours, Markelov a continué à attaquer et était en fait le pilote le plus rapide en piste, ce qui lui a permis de porter l'écart à 15 secondes.

"Nous avons perdu du terrain au départ, puis nous avons décidé de maintenir notre rythme jusqu'au bout", explique le Russe pour Motorsport.com. "La clé était de maintenir le rythme pendant 40 tours en pneus tendres. 40 tours en pneus tendres, avez-vous déjà vu ça où que ce soit ?"

Ghiotto détermine l'issue de la course

Par la suite, c'est Luca Ghiotto qui a indirectement déterminé la victoire. Une touchette avec le mur à La Rascasse a vu un débris s'envoler de la Trident pour retomber en plein milieu de la piste, provoquant une courte intervention de la voiture de sécurité virtuelle.

Ghiotto a ensuite immobilisé sa monoplace à la sortie de l'épingle du Loews, avec une intervention de la voiture de sécurité virtuelle pendant deux tours pour la dégager. C'est là que Markelov a creusé l'écart qui lui a permis de sortir des stands en leader après son arrêt... mais comment ?

Temps au tour en fin de course

Tour Norman Nato Artem Markelov
33 1'22"703 1'22"045
34 1'22"874 1'22"017
35 1'23"076 1'22"295
36 1'49"450 1'33"974
37 2'36"298 2'18"010
38 1'50"014 2'34"773 (stand)
39 1'25"453 1'29"008 (stand)
40 1'23"041 1'22"200

L'écart de 49 secondes qui séparait Markelov et Nato à l'issue du 37e tour est trompeur, car magnifié par le fait que sous le régime de voiture de sécurité virtuelle, tous les concurrents roulent à 80 km/h (à part sûrement dans l'épingle du Loews !). Les 49 secondes séparant les deux rivaux représentaient donc une distance pouvant être parcourue en bien moins de temps.

Il n'empêche que sur ces quelques tours, Markelov a gagné l'équivalent de 24,4 secondes sur Nato. 1,8 seconde lors de la voiture de sécurité virtuelle destinée à dégager le débris de Ghiotto ; 3 secondes dans les stands ; 5 secondes sous drapeau vert en étant plus rapide ; et 14,6 secondes lors de la voiture de sécurité virtuelle destinée à évacuer la monoplace de Ghiotto.

"De notre côté, nous avons fait tout ce qu'il fallait", déclare Svetlana Strelnikova, directrice de l'écurie Russian Time, pour Motorsport.com. "Dès que la fin de la VSC a été annoncée, nous l'avons dit à Artem, il a repris le rythme, il est rentré au stand et il a repris la piste devant Nato."

Comment Markelov peut-il toutefois gagner autant de temps sous le régime de la voiture de sécurité virtuelle si tous les pilotes sont limités à 80 km/h ? Cela dépend en réalité du timing de cette neutralisation, car être à 80 km/h dans le sinueux deuxième secteur est bien moins coûteux que dans la pleine charge du tunnel ou dans la ligne droite des stands. C'est probablement là que le pilote russe a remporté la victoire, avec une réussite certaine.

Nato n'a pas compris

Encore fallait-il concrétiser. Car dans l'avant-dernier tour, Markelov a subi une pression intense de la part du local de l'étape, Nato étant déterminé à s'imposer à domicile après avoir dominé la course.

"Quand j'ai vu Markelov devant moi en sortant des stands, à deux tours de la fin de la course, je n'ai pas compris, car je pensais qu'il était sixième", lâche le Français. "J'étais vraiment énervé quand je l'ai vu mener la course. Mon objectif était donc d'essayer de lui mettre la pression et d'essayer de le dépasser."

"Je n'arrêtais pas de me dire : 'Il faut que tu dépasses ! Il faut que tu dépasses !' parce que quand on mène la course pendant 40 tours et qu'à deux tours de la fin, on est deuxième, on ne pense qu'à gagner. J'ai essayé de le dépasser avant le virage 6 et quand j'ai vu que je n'y arrivais pas, je me suis concentré sur la fin de la course. 2e, c'est mieux que rien. Cette course était pour nous aujourd'hui, mais cela reste de bons points pour le championnat des équipes et des pilotes."

Markelov a gagné sans s'en douter

C'est ainsi qu'Artem Markelov a remporté la victoire depuis la 15e place de la grille de départ, à la surprise générale... y compris celle du principal intéressé !

"Je n'avais aucune idée que j'étais premier avant l'arrivée, ou même un peu après l'arrivée. Je ne l'ai su qu'après le premier virage, j'ai vu l'écran géant !" confie le jeune Russe. "Ils criaient à la radio et personne ne m'a rien dit. Je me disais qu'ils devaient être contents que j'aie fini quatrième depuis la 15e place de la grille, quelque chose comme ça... Et je pleure. J'ai arrêté de pleurer en sortant de la voiture, j'ai rejoint l'équipe, je me suis remis à pleurer."

"Seul le silence pour décrire mes émotions tout de suite. Je ne me rends toujours pas compte que j'ai gagné à Monaco, depuis la 15e place sur la grille !" Et le voilà en tête du championnat !

Propos de Markelov et de Strelnikova recueillis par Oleg Karpov

Article suivant
C1 - Markelov chipe une victoire étrange à Nato

Article précédent

C1 - Markelov chipe une victoire étrange à Nato

Article suivant

C2 - Matsushita vainqueur sans être inquiété

C2 - Matsushita vainqueur sans être inquiété
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Événement Monaco
Lieu Monte Carlo
Pilotes Norman Nato , Artem Markelov
Équipes Racing Engineering , UNI-Virtuosi
Auteur Benjamin Vinel