Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
31 jours
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
Événement terminé
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Correa revient sur le tragique accident de Spa-Francorchamps

partages
commentaires
Correa revient sur le tragique accident de Spa-Francorchamps
Par :
22 nov. 2019 à 18:25

"Je dois revenir, non seulement pour moi mais aussi pour lui." Près de trois mois après le terrible accident qui a coûté la vie à Anthoine Hubert et a gravement blessé Juan Manuel Correa au niveau des jambes, le pilote américano-équatorien a la ferme intention de faire son retour en course un jour ou l'autre, tout en rendant hommage au Français.

C'est la première fois que Juan Manuel Correa donne une interview depuis l'accident survenu dans le Raidillon à Spa-Francorchamps le 31 août dernier, s'exprimant auprès de la radio argentine Mundo Sport. Correa évoque l'impact de 70 g subi lorsqu'il a percuté, impuissant en raison de débris logés sous ses roues, la monoplace d'Anthoine Hubert. Il détaille également les nombreuses opérations subies, passées comme futures.

"Étrangement, je n'ai pas perdu connaissance dans l'accident", indique le pilote du Sauber Junior Team, qui mène désormais sa convalescence chez lui, à Miami. "C'était un impact de 70 g ; quand j'ai dit aux médecins que je n'avais pas perdu connaissance, ils ne m'ont pas cru. Avant l'impact, j'ai contracté mes muscles et je me suis accroché, cela m'a aidé aussi. Je voulais sortir de la voiture tout seul, je suis resté conscient tout au long de l'accident. Quand je suis passé dans Eau Rouge, j'ai roulé sur des débris de la voiture de [Giuliano] Alesi, qui sont passés sous les roues avant et les ont levées ; j'ai donc tiré tout droit, et par manque de chance, j'ai tiré tout droit dans la voiture d'Hubert."

Lire aussi :

"C'est derrière moi, j'ai eu des réunions avec la FIA. C'était un accident très malchanceux, une longue série d'événements dans lesquels quatre ou cinq voitures étaient impliquées. Ce que j'ai dit sur ce que j'ai vécu correspond au rapport de la FIA. Mais c'est terminé, et aucune enquête ne va changer le fait qu'une année difficile m'attend."

"Cela m'a pris quelques semaines de tout accepter, c'est difficile de comprendre les choses quand on est sous morphine à l'hôpital. Cela m'a pris du temps de l'accepter, mais j'ai une attitude pragmatique : rien ne va changer ce qui s'est passé, il faut donc que j'en tire le meilleur. Bien sûr, je suis triste : Anthoine était un bon ami, mais j'ai désormais le sentiment que je dois revenir, non seulement pour moi mais aussi pour lui."

Correa révèle avoir perdu une partie non négligeable de son tibia, qui repousse très lentement. "Concrètement, les médecins ont reconstruit ma jambe droite ; la gauche a subi des blessures bien plus faibles, une seule opération a suffi. Ce processus va durer un an, avec davantage d'opérations à venir, ainsi que la convalescence et la rééducation", poursuit-il. "Malheureusement, il est très probable que je ne recouvre jamais pleinement les capacités de ma jambe [droite]. Mais je vais me battre pour en recouvrer suffisamment afin de pouvoir appuyer sur l'accélérateur de nouveau."

Juan Manuel Correa, Sauber Junior Team by Charouz

"J'ai perdu six centimètres d'os dans la partie basse du tibia, mais cela repousse avec un appareil spécial. C'est pourquoi j'ai tous ces morceaux de métal autour de ma jambe, que l'on voit sur les réseaux sociaux. Cet os repousse d'un millimètre par jour. Le 23 décembre, j'aurai la prochaine opération, où l'os atteindra le pied. Puis il y aura le processus où le nouvel os se renforcera grandement afin de pouvoir soutenir du poids. Après ça, le métal sera enlevé pour récupérer autant que possible et évaluer ma douleur et ma mobilité, et voir quelles autres opérations suivront."

Il semble que la guérison soit plus rapide que prévu, ce qui rend Correa optimiste : "Au début, les médecins s'attendaient à ce qu'il me faille deux ans pour me remettre, mais mon corps fait tout plus vite, il se remet et régénère les os plus vite que la normale. En étant optimiste, dans un an, nous saurons en détail à quel point je peux me remettre. Être un athlète professionnel m'a grandement aidé, non seulement pour les os et le corps mais aussi pour mon arrêt respiratoire – j'ai passé deux semaines dans le coma, mais je n'aurais pas survécu si je n'avais pas eu une telle condition physique."

Correa rêve toujours de F1

Heureusement pour lui, Correa est très bien entouré ; de surcroît, il a reçu un immense soutien sur les réseaux sociaux, provenant des paddocks mais aussi des fans, via le hashtag #StayStrongJM.

"J'ai un fort caractère", souligne le pilote de développement Alfa Romeo. "Quand je suis sorti du coma, je me suis rendu compte que je pouvais soit rester au lit déprimé, soit me battre pour me lever et faire mon retour, et c'est ce que je vais faire. Je suis motivé par le rêve de revenir en F2 et d'atteindre la F1 à l'avenir."

"Le nombre de messages que j'ai reçus et de gens qui voulaient me rendre visite à l'hôpital, même de gens que je ne connais pas, m'a beaucoup motivé, surtout dans les moments les plus durs. J'ai rencontré Billy Monger [pilote amputé des jambes suite à un accident de F4, ndlr], qui continue de courir après ce qu'il a subi ; cela m'a aidé du côté mental, car j'ai vu que je pouvais rebondir après un accident comme le mien. J'ai essayé de le rencontrer ; je voulais le féliciter pour son retour. Seuls lui et moi savons ce que nous avons traversé, cela a créé un lien immédiat entre nous. J'ai été motivé par son attitude : c'est quelqu'un de très joyeux avec beaucoup d'énergie, de bonnes ondes, et cela m'a aidé à sortir du trou lors de ces deux mois."

"Il y a des pilotes qui n'ont pas connu de telles choses mais qui m'ont également fait parvenir beaucoup d'énergie. J'étais très proche d'Alex Albon, nous nous connaissons depuis 2014, et il est venu me voir à Londres. Toute la communauté du sport automobile a été géniale avec moi."

"C'est un accident qui a changé ma vie, pas seulement physiquement mais aussi mentalement. Quand on passe si près de la mort et qu'on survit, on ouvre les yeux au-delà du sport automobile. Il y a eu des moments, à l'hôpital, où je n'étais pas sûr de vouloir revenir en course. Je me suis rendu compte que la course n'était pas le plus important – c'est ma passion, mais un tel accident montre les priorités, et ma priorité était ma santé et ma famille."

"Ma passion demeure la course. Un ami m'a demandé si cela mettait un terme à mon rêve de F1. Je lui ai répondu qu'un accident ne mettait pas un terme au rêve, mais il fait réfléchir quant à savoir si l'on veut prendre un risque pour ce rêve. Et j'ai décidé que je voulais continuer de le faire, car c'est mon rêve."

 Juan Manuel Correa, Sauber Junior Team by Charouz

Article suivant
Markelov fait son retour en F2 pour 2020

Article précédent

Markelov fait son retour en F2 pour 2020

Article suivant

Ticktum pourrait quitter le sport auto s'il n'arrive pas en F1

Ticktum pourrait quitter le sport auto s'il n'arrive pas en F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Pilotes Anthoine Hubert , Juan Manuel Correa
Auteur Benjamin Vinel