Design, aéro, Halo, DRS : tout sur la F2 2018

partages
commentaires
Design, aéro, Halo, DRS : tout sur la F2 2018
Par : Benjamin Vinel
1 sept. 2017 à 07:30

C'est ce jeudi, dans le paddock de Monza, que la nouvelle Formule 2 a été dévoilée.

B.V., Monza - Une aérodynamique revue pour se rapprocher des Formule 1, un nouveau moteur V6 turbo et surtout la révolution qu'est le Halo : autant d'éléments qui sont l'occasion parfaite pour Motorsport.com d'en discuter avec Didier Perrin, directeur technique de la F2, en Lombardie.

Que pensez-vous de cette nouvelle voiture ?

On l'a dessinée pour être aux derniers standards de sécurité, pour avoir un aspect qui est celui de la F1, parce que c'est important. On l'a dessinée avec nos habituels critères de capacité à suivre une autre voiture, à produire de belles courses, donc c'était nécessaire de se mettre à niveau. La voiture précédente, c'était sa septième saison [la Dallara GP2/11 est utilisée depuis 2011, ndlr]. On avait besoin de moderniser le tout.

La F2 2018 va-t-elle produire plus d'appui que la GP2/11 ?

De façon marginale, un peu plus, mais on n'a pas cherché à aller plus vite. On pense que les performances et le positionnement de la F2 actuelle sont tout à fait ce qu'il faut pour que les pilotes se préparent à la F1. Notre objectif n'était pas d'aller plus vite, on veut juste avoir le même niveau de performance que la voiture actuelle, mais avec une voiture qui est plus proche de la F1, de façon à ce que les pilotes soient mieux préparés pour la F1.

La Formule 2 2018

Quel a été l'impact du Halo dans la conception aérodynamique ? A-t-il eu un impact, en fait ?

Très sincèrement non, car il est arrivé très tard, donc on ne l'a pas considéré dans la conception aérodynamique de départ.

Le Halo va-t-il être la pièce la plus résistante de la voiture ?

Je ne sais pas si on peut le dire en ces termes, mais les efforts que le Halo est capable de soutenir sont extrêmement importants, et je pense que ça va faire globalement un cockpit quasiment indestructible. Je pense sincèrement que les efforts que pourra supporter le Halo seront incroyables, incroyables. Au moins égaux, sinon supérieurs à ce que l'arceau peut aussi soutenir. Effectivement, c'est un gros plus pour le pilote.

Les pilotes, pour ceux qui ont essayé le Halo, au bout d'un moment, on l'oublie. Non seulement en visibilité mais aussi au niveau de l'extraction – avec un temps qui a été augmenté. Cela ne pose pas vraiment de problème.

Au niveau des dépassements, qu'est-ce que ça va donner ?

La voiture a été dessinée pour pouvoir suivre la voiture qui la précède avec le minimum de perturbations, donc on espère qu'on sera bien.

N'aurait-il pas été propice d'enlever le DRS ? On a vu par exemple, à Spa-Francorchamps, Antonio Fuoco dépasser par l'extérieur dans Blanchimont et se faire reprendre comme une fusée dans la ligne droite de Kemmel...

Tant que la F1 aura un DRS, la F2 aura un DRS. Point.

La Formule 2 2018
Article suivant
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Auteur Benjamin Vinel