FIA F2

Boccolacci débarque en Formule 2

Le pilote français Dorian Boccolacci, qui évolue aux avant-postes en GP3 Series, va finir la saison en Formule 2, toujours chez MP Motorsport.

C'est Roberto Merhi qui cède sa place au sein de l'écurie néerlandaise. Malgré son immense expérience en sport automobile, l'ancien pilote de Formule 1 n'est pas parvenu à tirer son épingle du jeu cette saison avec une troisième place à Monaco comme meilleur résultat, toutefois facilitée par l'accrochage des deux leaders. Il occupe la 11e place du championnat.

Lire aussi :

Actuel septième du GP3 Series pour sa deuxième campagne dans la discipline, Dorian Boccolacci accède donc à l'antichambre de la Formule 1, avec la lourde tâche de découvrir en cours de saison une monoplace que l'on sait exigeante. Ce vice-Champion de F4 France et de Formule Renault Eurocup affiche une rapidité constante en GP3 même si celle-ci n'est toujours concrétisée. Il a remporté sa première victoire de la saison en Hongrie, ayant précédemment été disqualifié de la Course 1 du Paul Ricard pour ne pas avoir pu fournir l'échantillon de carburant réglementaire alors qu'il était passé sous le drapeau à damier en vainqueur.

"Je saisis cette opportunité des deux mains", déclare Boccolacci. "Être promu en F2 à la moitié de ma seconde saison en GP3 est signe de la confiance que me porte MP Motorsport, une équipe à laquelle je me suis parfaitement intégré." Quant au team manager Sander Dorsman, il salue les performances de Boccolacci en GP3, qu'il qualifie d'"exceptionnelles".

Logiquement, un baquet se libère chez MP Motorsport en GP3, et c'est Richard Verschoor qui s'en empare. Un temps considéré comme le futur Verstappen après avoir écrasé les championnats de F4 Espagne et de SMP F4 avec 28 victoires en 40 courses, il avait été recruté au sein du Red Bull Junior Team avant d'en être écarté dès la fin de la saison 2017. Désormais, le Néerlandais déçoit quelque peu pour sa seconde campagne en Formule Renault Eurocup, avec un seul podium à son actif. Peut-être sera-t-il plus à l'aise en GP3 ?

Article précédent

Whiting : Les calages en F2 sont désormais "de l'histoire ancienne"

Article suivant

Lando Norris à Spa-Francorchamps, un véritable phénomène