GP2 - Berthon a la sensation d'avoir progressé à Jerez

Après avoir disputé la saison de GP2 Asia avec Racing Engineering en début d’année, Nathanael Berthon a repris le volant d’une GP2 lors des premiers essais collectifs sur le circuit de Jerez

Après avoir disputé la saison de GP2 Asia avec Racing Engineering en début d’année, Nathanael Berthon a repris le volant d’une GP2 lors des premiers essais collectifs sur le circuit de Jerez.

Le Français attendait avec impatience de pouvoir remonter au volant d’une GP2. Sans doute regrettait-il de ne pas avoir été au départ de la saison de GP2 Series, alors qu’il avait été annoncé un temps chez DAMS.

"J’attendais avec impatience de piloter à nouveau une Dallara Renault de GP2, après y avoir goûté il y a six mois dans le cadre du GP2 Asia. Malgré cette première expérience qui s’était très bien déroulée, je sais que j’ai tout à apprendre de la catégorie, notamment du comportement de la monoplace avec des pneus qui montent vite en température sur un tour, mais qui manquent de constance, ce qui n’est pas le cas de nos Michelin en FR 3.5," a déclaré Berthon.

"Le premier jour, j’ai roulé dans l’équipe Lotus ART, en cherchant à m’inscrire au mieux dans le volumineux programme de développement qu’ils ont déroulé tout au long de la journée, avec deux simulations de course le matin ! C’était dur. Jerez est un circuit très exigeant, sur lequel les virages te sautent au visage sans arrêt, où tu n’as que très peu de temps pour respirer sur la ligne droite. Et il faisait très chaud ! C’est un tracé que je connais bien, sur lequel je me souviens avoir été rapidement dans le coup la première fois que j’y ai roulé avec Draco. Cette fois, j’aurais sûrement pu gagner deux ou trois dixièmes, mais le but n’était pas de chercher la performance. Pas plus le lendemain, dans la monoplace de l’équipe iSport. Nous avions une bonne voiture, une bonne base de réglages, mais nous sommes partis dans une simulation de course – la 3ème en l’espace de 24 heures ! Au final, lorsque j’ai eu un peu plus de latitude, j’ai signé le 7ème temps, en pointe chez les débutants. L’équipe était très satisfaite de mon feed-back, la voiture était de mieux en mieux réglée, dommage qu’on n’ait pu mettre un train de pneus neufs de plus en fin de séance."

Berthon est satisfait d’avoir eu un retour positif en provenance des deux équipes pour lesquelles il a testé. Il estime avoir progressé tout au long de ces deux journées d’essais. Il retrouvera le GP2 Series à la mi octobre, pour des essais à Barcelone.

"L’important est d’avoir enregistré un retour positif des deux équipes, d’avoir eu la sensation de progresser dans de nombreux domaines : les pneus, la façon de piloter, les réglages, parce qu’aussi bien avec Lotus ART que iSport, nous avons testé énormément de choses. Je suis très content de ces deux jours, même si je n’ai pas signé le meilleur temps. Jeudi soir, j’ai pris un avion en catastrophe parce qu’il fallait que je sois de retour à Clermont vendredi pour l’école," a-t-il ajouté.

"Pas le temps de souffler ! Déménagement ce week-end, puis à Paris mardi soir, Villeneuve-La-Guyard (près de Sens) mercredi. Grâce à la FFSA, je vais profiter d’une nouvelle séance de simulateur chez ART. Nous ne sommes plus très nombreux à en bénéficier. Jean- Eric (Vergne) s’y astreint chez Red Bull et Jules (Bianchi) chez Ferrari. Cela va me permettre de m’affûter, à la fois pour la finale des World Series à Barcelone, où je tiens à retrouver le niveau de compétitivité que j’avais cet été à Silverstone, pour finir la saison en beauté, et une nouvelle série de 2 jours de tests GP2 sur ce même circuit de Catalunya."

"Fin octobre, je retrouverai l’équipe Racing Engineering, avec laquelle j’ai roulé en GP2 Asia. Je m’en réjouis, car non seulement l’ambiance y est excellente, mais ils sont motivés comme jamais, il l’ont prouvé à Jerez ! S’il fallait établir une hiérarchie des équipes de GP2, je ne placerais que Barwa et Lotus ART devant eux, car ils sont au niveau d’iSport. Ils ont tellement faim que je ne serais pas étonné de les voir devant l’année prochaine. Mais nous ne sommes pas en 2012. Pour l’heure, je me concentre sur la dernière course des WSR."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Nathanaël Berthon
Équipes Racing Engineering , DAMS
Type d'article Actualités