GP2 - Berthon manque les points de peu à Abu Dhabi

En arrivant à Abu Dhabi, Nathanaël Berthon avait la ferme intention d’inscrire ses premiers points et de marquer les esprits pour son retour dans la catégorie après une année difficile en Formule Renault 3

En arrivant à Abu Dhabi, Nathanaël Berthon avait la ferme intention d’inscrire ses premiers points et de marquer les esprits pour son retour dans la catégorie après une année difficile en Formule Renault 3.5.

Le Français avait réalisé de bons essais libres en prenants le septième temps, mais il n’a pas su trouvé un tour clair en qualifications afin de se placer sur le haut de la grille.

Alors qu’il s’était élancé depuis la 16ème place, Berthon a mené une course d’attaque pour terminer à la porte des points, sur un circuit où il est difficile de dépasser.

"Je n’ai guère été dépaysé, en arrivant à Abu Dhabi mardi 8 novembre. En l’espace d’un an, je m’y suis rendu à plusieurs reprises, soit pour des tests, soit pour la course de GP2 Asia. Par contre, ce fut une découverte pour mes parents, qui m’accompagnaient, et David Alaria, mon préparateur physique, dépêché sur place par la FFSA, à l’initiative de Morgan Caron. Ils ont pu constater qu’en dehors du site de Yas Marina, planté en plein désert, il n’y avait pas grand-chose à voir dans la région. J’ai pu également compter sur la présence de mon manager Peter Collins, qui est resté à mes côtés jusqu’au lundi suivant," a déclaré Berthon.

"Autant l’avouer, je suis passé à côté de mes qualifs. Entre le trafic et les temps morts entre les différents drapeaux (jaune et même rouge), j’ai mal géré la situation. Si bien que je me suis retrouvé en 8e ligne sur la grille de départ, alors que samedi matin, aux essais libres, j’avais fini 7e sans trop forcer. Dommage car Racing Engineering m’avait préparé une très bonne voiture, pour faire quelque chose de bien. Cela s’est vu en course : j’ai pris un super départ et je suis remonté de la 16e à la 9e place. Mes dépassements successifs m’ont procuré une belle visibilité à la TV, cela a plu à mon équipe qui m’a félicité à l’arrivée. Malheureusement, ma voiture était un peu moins efficace en fin de course. Un plat sur un pneu, une moustache avant endommagée, et cela m’a empêché de me battre avec James Calado pour le bénéfice de la 8e place, synonyme de pole position pour la course de dimanche. Quand on voit comment le Britannique a su en tirer parti pour s’imposer après avoir mené de bout en bout, cela avive encore davantage mes regrets !"

Grâce à sa belle remontée de la veille, Berthon partait de la neuvième place sur la grille de départ et pouvait espérer finir dans les points. Cependant, le Français s’est élancé trop tôt et a reçu un drive through.

"En partant 9ème, je nourrissais de gros espoirs dimanche. Malgré la chaleur, j’avais bien tenu le coup la veille dans la course la plus longue, même si à l’arrivée j’avais eu l’impression de sortir de la douche. Et là, il s’agissait d’un sprint de 22 tours. Je ne suis pas spécialement bien parti, j’ai même perdu deux places au premier tour, mais je tenais facilement le rythme de mon équipier, Fabio Leimer, juste devant moi. J’aurais pu tenter de le passer, mais j’ai préféré attendre. J’étais 10ème quand j’ai appris que je recevais un drive through pour départ anticipé. Et il restait encore dix tours. Cela m’a complètement dégoûté, car ce n’était absolument pas mérité. Mais voilà, lorsque j’ai mis la première, la voiture a du bouger très légèrement, et la sanction est tombée... À partir de là, c’était cuit. Pourtant, l’équipe semblait satisfaite, vu mes temps en course. J’ai terminé avec le 6ème chrono, cinq dixièmes plus vite que Leimer, et un dixième de mieux que Calado, le vainqueur de la course."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Peter Collins , Fabio Leimer , Nathanaël Berthon , James Calado
Équipes Racing Engineering
Type d'article Actualités