GP2 - Coletti et Richelmi : les Monégasques à domicile

À l'occasion du quatrième meeting de la saison 2013 de GP2 Series qui se déroule à Monaco, ToileF1 est allé à la rencontre des deux pilotes natifs de la principauté, à savoir Stefano Coletti et Stéphane Richelmi

À l'occasion du quatrième meeting de la saison 2013 de GP2 Series qui se déroule à Monaco, ToileF1 est allé à la rencontre des deux pilotes natifs de la principauté, à savoir Stefano Coletti et Stéphane Richelmi.

Les deux hommes ont répondu à nos questions après la course longue du weekend, lors de laquelle Coletti et Richelmi ont respectivement terminé 6e et 9e. En raison du système de grille inversée, ils s'élancent 3e et 9e aujourd'hui.

{{Qu'est-ce que cela fait de courir dans les rues de Monaco, quand on est monégasque ?
_ Stefano Coletti}} : Cela procure énormément d'adrénaline. Le circuit est déjà assez spécial en soi, et en plus, quand on vit ici et qu'on a toute notre famille, tous nos amis, tous nos proches qui sont là et qui nous regardent, ça fait vachement plaisir. Je pense que c'est une sensation que personne ne peut éprouver : même si on est, par exemple, espagnol et que l'on vit à Barcelone, quand on court à Barcelone on ne court pas vraiment dans Barcelone, on court quand même à trente ou quarante kilomètres de la ville, ce n'est pas du tout la même chose ! Là vraiment, on passe juste sous nos balcons, donc c'est vraiment assez spécial.
_ Stéphane Richelmi : Déjà, c'est juste génial, parce que la piste est extraordinaire : elle est très dure physiquement et mentalement, mais tout le monde adore le tracé, même un pilote non-monégasque. Après, c'est sûr que ce ne sont pas des courses idéales parce qu'on a du mal à doubler, mais en tant que tracé, c'est génial. En plus, le fait d'être à la maison, de pouvoir dormir chez moi, d'avoir mes amis et ma famille à côté, c'est motivant, et j'ai encore plus envie de faire un résultat ici pour représenter mon pays.

{{Cette année, vous êtes deux Monégasques en GP2 malgré la population minime de la Principauté. Le fait d'être monégasque prédispose-t-il à l'amour du sport automobile ?
_ Stefano Coletti}} : Disons qu'il y a deux pilotes monégasques en GP2, mais il doit y avoir quatre pilotes monégasques en tout ! C'est parce qu'on est de la même génération. Disons que ça peut prédisposer parce que quand on est petit et qu'on voit les voitures qui passent, et forcément, ça donne au moins envie d'aller faire du kart et si ça nous plaît, c'est clair qu'on continue, donc c'est ce qui nous donne l'input pour aller commencer.
_
Stéphane Richelmi : Oui, certainement. Après, à Monaco, il y a des événements sportifs de haut niveau toute l'année, il n'y a pas que la F1. Mais dans une famille où la passion est l'automobile, c'est sûr que j'allais voir le Grand Prix, le rallye, donc ça prédispose plus que d'être à un endroit où on n'a pas accès à tout ça, donc pour la passion, ça aide. Aussi, pour trouver les financements, dans ce monde, c'est quand même plus facile d'être à Monaco qu'en France pour trouver des budgets.

{{Quel est l'objectif pour la course sprint ?
_ Stefano Coletti}} : On part troisième. Déjà, il faut voir quels pneus on va utiliser, parce que dans l'accident d'aujourd'hui, j'ai abîmé un train de pneus, donc il ne nous reste plus beaucoup de pneus pour demain. On va voir ce qu'on peut faire, mais je pense qu'en partant troisième, on doit viser le podium ; avec un bon départ, on peut peut-être aller gagner la course. Malheureusement, c'est très difficile de doubler ici, donc je pense que tout se jouera dans les deux ou trois premiers tours. On verra demain.
_ Stéphane Richelmi : En partant neuvième, même si j'ai des pneus neufs et qu'on sera sûrement que deux à avoir des pneus neufs [Evans et lui], on va essayer de doubler à la fin de la course : on sait à quel point la dégradation est importante. Mais je ne me fais pas d'illusions : Monaco, pour doubler, c'est super dur. Je me suis fait doubler parce que j'ai fait trente-cinq tours avec les mêmes pneus. Demain, la course ne fait que trente tours, donc à mon avis, à part gros souci, je tiendrai ma place et si je peux, je double. À un tour près, mon objectif aurait été de gagner parce que j'aurais fait huitième, mais voilà, je finis neuvième et je pars donc neuvième. Je vais essayer de faire le mieux possible.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Stefano Coletti , Stéphane Richelmi
Type d'article Actualités