GP2 - Ericsson s'impose enfin

Après une saison ponctuée de malchance, Marcus Ericsson s'est imposé au Nürburgring, terminant devant James Calado et Stefano Coletti

Après une saison ponctuée de malchance, Marcus Ericsson s'est imposé au Nürburgring, terminant devant James Calado et Stefano Coletti.

Le départ de la course est loin de s'être passé sans encombre, la voiture de sécurité devant intervenir suite à l'accrochage entre Kevin Ceccon et Adrian Quaife-Hobbs dans la ligne de départ-arrivée. La monoplace de Daniel Abt était endommagée suite au départ.

La MP Motorsport avait calé sur la grille, tandis que Ceccon partait en tonneau après s'être retrouvé en sandwich entre Daniel Abt et Nathanaël Berthon. Devant, Mitch Evans était monté en tête alors que le départ du poleman Stéphane Richelmi n'était pas optimal.

Or, sa MW Arden freinait trop tard, ce qui le faisait tomber au classement en seizième place. Le classement sous le régime de la voiture de sécurité permettait à Marcus Ericsson de mener la meute devant Richelmi, Felipe Nasr, Robin Frijns, James Calado, Fabio Leimer, René Binder, Alexander Rossi, Tom Dillmann et Jolyon Palmer.

Après quatre tours de neutralisation, Ericsson oublie son coéquipier Richelmi pour aller signer le meilleur tour en course. Nathanaël Berthon se faisait harponner par Jake Rosenzweig, qui écopera d'une pénalité pour excès de vitesses dans les stands. dans le même temps en bout de peloton. Felipe Nasr était le premier à passer par les stands, imité par René Binder qui mettait un certain temps à reprendre la piste.

Richelmi était ensuite aux prises de Frijns, qui héritait de la troisième place. Frijns et Calado s'arrêtaient ensuite, Richelmi préférant rester en piste. Le Néerlandais se faisait passer par le pilote ART Grand Prix. Ericsson enchaînait au tour suivant, laissant Richelmi hériter de la tête jusqu'au treizième tour, moment de son arrêt.

A la sortie, Richelmi se retrouvait juste devant Nasr qui le croquait en tirant parti des pneus froids de la DAMS. Calado en faisait de même, tout comme Frijns. Tom Dillmann, qui avait hérité de la tête, est entré aux stands au tour 17 mais redémarrait très lentement, ce qui lui valait une enquête après course. Calado passait dans le même temps Nasr après une pression infligée depuis le début de course.

Quand Calado dépassait Julian Leal, Nasr était aux prises avec un Frijns devenu impatient. La lutte, propre, permettait au Brésilien de conserver l'avantage alors que Richelmi se montrait lui aussi menaçant. Lorsque Leal s'effaçait pour s'arrêter, Frijns trouvait l'ouverture sur Nasr.

Mitch Evans perdait un temps précieux aux stands pour son arrêt réglementaire, les mécaniciens devant lever la monoplace à bout de bras. Un problème assez similaire affectait son coéquipier Cecotto. Coletti entreprenait pendant ce temps sa remontée, se débarrassant de Richelmi à deux reprises avant de pouvoir s'attaquer à Nasr.

Le Brésilien manquait de partir en tête-à-queue lors de l'attaque de Coletti, laissant filer la cinquième place. Richelmi, puis Leimer trouvaient l'ouverture sur la Carlin, qui tombait en pole provisoire au huitième rang. Coletti toquait ensuite à la porte du podium auprès de Frijns.

Tom Dillmann héritait de la huitième place en fin de course, tandis que la résistance de Frijns était persistante, tellement que les pilotes étaient à quatre de front sur la ligne. Coletti prenait la troisième marche du podium devant Leimer, Richelmi et Frijns et derrière Marcus Ericsson, enfin victorieux, et James Calado.

La course sprint débutera dimanche matin à 10h35.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Stefano Coletti , Tom Dillmann , Fabio Leimer , Alexander Rossi , Adrian Quaife-Hobbs , Marcus Ericsson , Jake Rosenzweig , Nathanaël Berthon , Stéphane Richelmi , Julian Leal , Robin Frijns , Jolyon Palmer , Felipe Nasr , James Calado , Daniel Abt , Kevin Ceccon , Mitch Evans , Rene Binder
Équipes Carlin , ART Grand Prix , DAMS
Type d'article Actualités