GP2 - Leimer : "L’un des plus réguliers cette année"

Avec 97 points au compteur, le Suisse Fabio Leimer concède 99 points de retard sur le leader du championnat Luiz Razia (Arden International)

Avec 97 points au compteur, le Suisse Fabio Leimer concède 99 points de retard sur le leader du championnat Luiz Razia (Arden International). Un écart conséquent qui n’illustre pas parfaitement les performances du pilote Racing Engineering, auteur de belles courses. Pour ToileF1, Fabio Leimer a eu l’amabilité de répondre à nos questions et revenir sur son début de saison.

En premier lieu, le pilote a conscience qu’il s’est distingué à plusieurs reprises, et il garde confiance pour la suite : “Je pense que j’ai déjà connu plusieurs bonnes courses”, affirme-t-il, “comme au Bahreïn, à Barcelone, Valence, Silverstone ou Hockenheim, mais malheureusement cela n’a jamais suffi pour m’imposer. L’expérience est toujours un avantage, surtout en GP2 car la séance d’essais libres est limitée à 30 minutes, ce qui est plutôt exigeant pour un rookie – même si cela prépare bien à la Formule 1. Par conséquent, je suis assez confiant vis-à-vis des prochains circuits à emprunter, comme je les apprécie et j’y suis souvent rapide.”

L’optimiste est donc de rigueur pour le coéquipier de Nathanaël Berthon, dont l’expérience en GP2 lui permet d’analyser les situations avec pragmatisme, notamment lorsqu’il s’agit des pneumatiques. Lorsque nous lui faisons remarquer qu’en Hongrie, Pirelli n’avait pas fourni les mêmes gommes à la Formule 1 et au GP2, il ne s’en dément pas.

“Honnêtement, puisque tout le monde est logé à la même enseigne et que nous courons avec les mêmes pneumatiques, cela ne me dérange pas trop. Cependant, je pense qu’il aurait pu être préférable d’utiliser les pneus médiums et tendres à Budapest [comme en Formule 1]”, souligne-t-il.

“En général, les pneumatiques sont bien entendu le facteur principal influant sur la course”, indique-t-il. “Peu importe si votre voiture est bonne, si vous ne comprenez pas les pneumatiques et ignorez comment les gérer comme il se doit, alors vous ne disposez de quasiment aucune chance de bien figurer en course. Depuis que les pneus Pirelli fournissent la discipline, cela est devenu bien plus difficile pour les pilotes car il faut sans cesse se concentrer sur les pneumatiques lorsque vous pilotez.”

Un décryptage des pneumatiques qu’il effectue également sur lui-même et ses chances avortées de victoire, dont il espère qu’elles se concrétisent en deuxième partie de saison.

“Cette année, j’ai été certainement l’un des pilotes les plus rapides à Barcelone, mais nous n’avions pas eu beaucoup de chance avec l’arrêt au stand et avons reçu un drive-through. Le plus important cette saison, c’est que pour une fois tout doit bien fonctionner durant un week-end. Je suis l’un des pilotes les plus réguliers cette année, et n’ai pourtant pas encore gagné de course, même si je me suis retrouvé en tête de la course à plusieurs occasions. Pour moi, nous avons simplement besoin d’un peu de chance aussi pour que tout se décante comme nous le souhaitons”, décrit-il.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Fabio Leimer , Luiz Razia , Nathanaël Berthon
Équipes Racing Engineering
Type d'article Actualités