GP2 - Nathanaël Berthon : "Je cours pour gagner !"

Le pilote GP2 de l’équipe Racing Engineering, Nathanaël Berthon, a livré à ToileF1 une interview exclusive avant la reprise des hostilités, à Spa-Francorchamps le week-end dernier

Le pilote GP2 de l’équipe Racing Engineering, Nathanaël Berthon, a livré à ToileF1 une interview exclusive avant la reprise des hostilités, à Spa-Francorchamps le week-end dernier. A cette occasion, le Français a manqué de chance et s’est fait violemment propulser dans le mur par Sergio Canamasas, avant que ce dernier n’écope d’une pénalité indolore.

Parti sans point donc de cette manche belge, il lui reste encore quatre courses pour en découdre – et comme vous allez le voir, il ne manque pas de motivation !

Cela fait maintenant plusieurs années que tu cours au sein des deux grandes antichambres de la Formule 1, la Formule Renault 3.5 et le GP2. Durant ce laps de temps, quels sont les enseignements les plus importants que tu as tiré, et quelle a été l’année la plus instructive pour toi ?

Je pense que là où l’on apprend le plus c’est dans la difficulté. Ma deuxième saison avec ISR a été très compliquée à gérer pour différentes raisons. Ce que je retiens c’est que rien n’est jamais acquis et qu’il faut se battre non-stop pour accrocher des victoires. Le dialogue avec l’équipe et les gens qui travaillent avec toi est primordial. Sans une bonne entente et une bonne communication, il est impossible de bien travailler.

Le sport auto n’est pas seulement du pilotage, il y a beaucoup de connaissances et de savoir-faire annexes à prendre en considération. A ce niveau-là, c’est ton métier, il faut être très professionnel dans tout ce que tu entreprends. Cela commence par la préparation physique, mais aussi avec le dialogue avec tes ingénieurs et tes mécaniciens, le travail sur le simulateur également… Tant de petites choses mais qui au final mises bout à bout te font réussir à être performant.

Justement, en ayant été si proche du pinacle, dans ces formules de promotions respectives, tu sais à quel point il est difficile d’intégrer cette catégorie reine. Si tu n’y arrives pas, tenter l’aventure aux Etats-Unis comme d’autres l’ont fait, ou partir vers de l’endurance ou des voitures de tourisme par exemple ?

Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve. Pour l’instant, je suis pilote de GP2 et je suis concentré à 100%. Tout ce que je sais, c’est que je veux être pilote et que j’ai ça dans le sang.

Une possibilité de te revoir aux rookie tests avec une F1 cette année après l’expérience HRT l’an passé ?

Il y a toujours des possibilités, après je ne sais pas si cette année je pourrais avoir les mêmes conditions que l’année dernière. Encore une fois, l’année de GP2 n’est pas terminée et je préfère me concentrer sur la GP2.

Tes meilleurs résultats cette saison sont deux deuxièmes places en course sprint. Correspondent-elles à tes objectifs initiaux avant d’aborder la saison ?

Très honnêtement, je cours pour gagner. Je n’ai pas d’autres objectifs. Mais je ne crache absolument pas sur un podium car il a quand même fallu se battre pour aller en chercher plusieurs. J’espère qu’ils en appelleront d’autres !

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Nathanaël Berthon , Sergio Canamasas
Équipes Racing Engineering
Type d'article Actualités