GP2 - Pourquoi tester en Espagne ?

Les fidèles lecteurs de ToileF1 habitués des articles GP2/GP3 auront peut-être remarqué que de nombreux essais ont lieu en Espagne

Les fidèles lecteurs de ToileF1 habitués des articles GP2/GP3 auront peut-être remarqué que de nombreux essais ont lieu en Espagne.

Destinations de prédilection, les circuits tels que Barcelone ou Jerez offrent sans aucun doute un climat plus favorable que les circuits britanniques, tant au cœur de l'automne qu'en fin de l'hiver, mais le choix ne se réduit pas qu’au climat favorable.

Ces tracés sont également intéressants pour éprouver la technique des monoplaces. Jerez est ainsi plébiscité par les équipes et organisateurs, car sa configuration permet de tester une multitude de réglages à travers ses 4423 mètres de développement où s'enchaînent des lignes droites assez longues pour des tests aérodynamiques, mais aussi une belle variété de virages à basses, moyennes et hautes vitesses, sans oublier un petit dénivelé.

Parfaits pour le développement des monoplaces, ils permettent aussi la sélection des pilotes les plus à même de s'illustrer par la suite. Même si des pistes comme Estoril ou Jerez ne sont plus utilisées en F1 ou en GP2, ce n’est pas pour autant qu’il faille les abandonner pour se cantonner aux circuits empruntés par les disciplines.

Autre effet de l'ensoleillement quasi-permanent de ces pistes : elles sont plus facilement rentables. Aussi, la location du circuit par les organisateurs peut s'avérer plus avantageuse pour certaines disciplines.

Un peu de sport, un soupçon de météo, un grain de technicité et de business, voici donc la recette qui rend les circuits de la péninsule ibérique si attractifs !

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Type d'article Actualités