GP2 - Racing Engineering espère briller à Hockenheim

Thomas Couyotopoulo, directeur sportif chez Racing Engineering, nous offre un aperçu de ce qu’une équipe souhaite à l’abord d’un week-end de course comme celui à Hockenheim, où le temps se montre incertain, ainsi de ce que nous pouvons attendre à...

Thomas Couyotopoulo, directeur sportif chez Racing Engineering, nous offre un aperçu de ce qu’une équipe souhaite à l’abord d’un week-end de course comme celui à Hockenheim, où le temps se montre incertain, ainsi de ce que nous pouvons attendre à l’abord de ce week-end.

Entre la pluie et le sec, les équipes n’ont pas vraiment le choix, elles doivent faire avec les conditions sur le moment. Mais que préfèrent-elles ?

“En général, il est préférable de bénéficier de conditions sèches, si vous faites confiance à votre préparation préalable, car il est ensuite moins probable de rencontrer des événements imprévisibles et des prises de risques”, argumente-t-il. “Egalement, le travail pour l'équipe est tout simplement plus agréable lorsqu'il fait sec. Mais dans le même temps, nous savons que nous avons été forts jusqu'alors dans des conditions humides, et nous pensons être en mesure de réaliser de bons résultats toutes conditions météorologiques confondues.”

En tant qu’équipe, Racing Engineering observe ses concurrents avec attention, et elle connait par conséquent la hiérarchie en place dans les grandes lignes, pour se fixer des objectifs lors des week-ends de course.

“Beaucoup de pilotes et d'équipes ont démontré un potentiel conséquent à diverses occasions cette saison”, analyse-t-il. “Nous nous attendons donc à voir les pilotes et équipes dans le top 5 se battre pour les meilleures places, même si les pilotes Lotus ont écopé de pénalités sur la grille pour la première course.”

Malgré tout, des incertitudes subsistent entre les réglages et les pneumatiques, jamais utilisés par les GP2 sur cette piste.

“Le tracé de la piste combine des zones lentes, comme le Stadium, et quelques lignes droites, qui obligent à effectuer un compromis au niveau des réglages”, explique-t-il. “C'est également la première fois que nous allons courir à Hockenheim avec les pneus Pirelli, donc de nouveaux aspects devront être analysés sur les plans de la performance et de l'usure des pneumatiques. En gardant tout ceci à l'esprit et en sachant que Fabio [Leimer] s'est toujours qualifié dans les meilleures places cette saison avec l'équipe, nous continuerons de travailler dans cette direction et nous attendons ainsi à ce qu'il intègre le top 5.”

Le Français de l’équipe, Nathanaël Berthon, a connu des déconvenues, mais le directeur sportif de l’équipe fait confiance au pilote pour effectuer des progrès.

“Nathanaël n'a pas été en mesure de montrer tout son potentiel jusqu'alors en qualifications, mais nous croyons en sa progression lors des prochaines manches et espérons le voir inscrire des points à nouveau dans les deux courses. [En outre, le] premier week-end de Nathanaël sous la pluie avec la GP2 date d'il y a deux semaines, à Silverstone, et nul doute que cela n'a pas été facile pour lui. Il devait apprendre vite, et nous devrons constater les retombées positives de cet apprentissage la prochaine fois que ces conditions se présenteront”, parie-t-il.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Nathanaël Berthon
Équipes Racing Engineering
Type d'article Actualités