GP2 - Stefano Coletti : "Il faut de l’expérience"

Stefano Coletti, leader du championnat de GP2 Series en arrivant à Spa-Francorchamps, est revenu sur les spécificités de sa discipline, où les redoublants ont désormais l’avantage depuis plusieurs années

Stefano Coletti, leader du championnat de GP2 Series en arrivant à Spa-Francorchamps, est revenu sur les spécificités de sa discipline, où les redoublants ont désormais l’avantage depuis plusieurs années.

Il faut de l'expérience en GP2 Series car il y a peu de roulage dans cette catégorie. La voiture est très difficile à conduire, encore plus à amener à la limite, notamment avec les pneus Pirelli”, précise-t-il à ToileF1. “Il faut rouler pour les comprendre, les gérer. Aussi il est important d'avoir un coéquipier avec qui on peut se répartir le travail. Simon [Trummer, son coéquipier, ndlr] m'a beaucoup aidé lors des deux dernières courses.

Reverrons-nous donc un débutant s’imposer l’année de ses débuts en GP2 Series dès sa première année ? Le dernier en date est Nico Hülkenberg lors de la saison 2009 et Stefano Coletti pense que la performance ne sera plus vue de sitôt.

De nos jours, je pense qu’il est quasiment impossible d’arriver et de remporter le titre dans sa première année. A l'époque de l'ancienne voiture et des Bridgestone [que Coletti a connu, ayant participé à deux manches en 2009, ndlr], il était sûrement plus facile pour un pilote de faire la différence et de pousser la voiture à la limite.

Maintenant, il faut comprendre le pneu. Et vu qu'il n'y a pas la possibilité de rouler énormément, le seul moyen d'y arriver, c'est de faire deux années”, avance-t-il.

Stefano Coletti s’est également confié sur ses relations avec l’autre monégasque du plateau, Stéphane Richelmi. Rivalité ou complicité ? L’avis du pilote Rapax est on ne peut plus clair !

Il n’y a aucune rivalité. Au contraire. Nous nous entendons bien, nous sommes amis, et il nous arrive de nous entraider ! A Sepang, je partais en pole et le lendemain, c’était à son tour. Il est venu me poser des questions sur mon point de freinage au premier virage et je lui ai répondu !

Le visage de Stefano Coletti parle également aux spectateurs de Canal+ Sport, qui ont eu l’occasion de voir le pilote de 24 ans aux Spécialistes. Un surplus de visibilité dont le Monégasque s’est réjoui.

L'exposition médiatique aide énormément”, concède-t-il. “On ne nous voit pas énormément en dehors des circuits, ni même en dehors de la voiture, et même dans la voiture, on ne nous voit pas beaucoup... donc tout ce qui est médiatique est un plus, surtout pour aller en F1.

Les médias sont donc prévenus, mais ils devraient se montrer plus intéressés si le Monégasque décroche le titre en fin de saison...

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Stefano Coletti , Nico Hülkenberg , Stéphane Richelmi
Type d'article Actualités