GP2 - Vasseur : "Gutierrez a montré tout son talent"

Les 8 points et le podium qu’elle ramène de Hongrie sont en-deçà des objectifs de Lotus ART mais les motifs de satisfaction sont nombreux pour l’équipe qui peut profiter de la pause estivale pour recharger ses batteries avant les prochaines courses...

Les 8 points et le podium qu’elle ramène de Hongrie sont en-deçà des objectifs de Lotus ART mais les motifs de satisfaction sont nombreux pour l’équipe qui peut profiter de la pause estivale pour recharger ses batteries avant les prochaines courses de Spa, le 27 août.

Jules Bianchi et Esteban Gutierrez se sont respectivement qualifiés aux 6ème et 9ème places de la grille de départ de la première course. Placé sur le côté sale du Hungaroring, Jules a perdu deux places au départ et deux supplémentaires aux alentours du changement de pneus que l’équipe a souhaité être tardif afin de donner toutes les armes à son pilote pour se battre en fin de course. Profitant de pneus en meilleure forme que ceux de ses adversaires, Jules a pu remonter à la 7ème place malgré les difficultés de dépassement que les pilotes rencontrent au Hungaroring. La première course d’Esteban s’est arrêtée au 4ème tour après qu’un problème mécanique fatal ne se déclare dans son moteur.

Jules a connu le même contretemps le dimanche sur une piste humide où il a pris place sur le côté impair de la grille de départ, celui qui génère le moins d’adhérence. Cinquième au premier tour, il a été projeté en dehors de la piste par un concurrent qu’il dépassait et a effectué le restant de la course avec un aileron cassé et une direction faussée. Après avoir changé de pneus lorsque la trajectoire a séché, puis de nouveau au moment où une averse s’est déclenchée en fin de parcours, Jules est parvenu à marquer les points de la sixième place.

Dans le même temps, Esteban Gutierrez effectuait une remontée éclatante depuis l’avant-dernière ligne de la grille de la seconde course. En concertation avec l’équipe, le jeune Mexicain a fait le pari de s’élancer en pneus slicks malgré une piste humide qui promettait de sécher rapidement. Esteban a fait un arrêt aux stands de moins que la plupart de ses adversaires mais c’est en piste qu’il a conquis un podium à la force du poignet, en doublant un à un ses adversaires, et notamment le leader du championnat, dans le dernier virage du dernier tour, grâce à une maîtrise exemplaire de sa monoplace et des conditions climatiques.

Au championnat, Jules gagne une place et Esteban deux. Ils occupent respectivement les 4ème et 12ème positions. Lotus ART remonte quant à elle à la 4ème place du championnat par équipe.

Jules Bianchi :


"Les conditions n’étaient pas faciles et l’équilibre de l’auto ne me convenait pas parfaitement en qualification. La 6ème place n’était pas mauvaise en soit mais elle était située sur le mauvais côté de la grille et j’ai perdu des places au départ. On aurait peut-être dû faire notre pit stop deux tours plus tôt mais c’est toujours facile à dire après coup. Je suis tombé à la 11ème place. Il n’y a qu’un endroit pour dépasser au Hungaroring, dans le premier virage, et on est toujours attendu quand on est dans les rétroviseurs d’un autre pilote. La 7ème place finale était donc intéressante car elle me permettait de partir depuis la première ligne le lendemain. Mais contrairement au côté impair, le côté pair était humide et j’ai perdu pas mal de place. Puis Van der Garde a violemment frappé le côté gauche de ma voiture et elle n’était plus aussi facile à conduire. Dans ces conditions, réussir à rentrer dans les points est une belle performance."

Esteban Gutierrez :


"Mon cinquième top 10 d’affilée en qualification était satisfaisant, surtout si l’on considère les problèmes que nous avons rencontrés en essais. J’étais à seulement quatre dixièmes de la pole position et le vrai côté négatif est qu’il est très difficile de dépasser sur le Hungaroring. C’est un défi que je n’ai pas pu relever le samedi à cause d’un problème de moteur dont l’équipe n’est pas responsable, mais je dois dire que dimanche c’était très agréable et très excitant de revenir sur les voitures des avant-postes après être parti de l’avant-dernière ligne de la grille. Au début, je m’étais dit qu’il fallait être prudent et économiser les pneus, mais la voiture que Lotus ART m’a préparée était un avion et j’ai pu attaquer et l’exploiter au maximum. C’était une combinaison de divers facteurs mais la motivation ne nous a jamais lâchés et nous avons démontré qu’il était possible de se remettre en selle après un samedi difficile. La bagarre avec Grosjean était vraiment excitante dans les derniers tours et j’étais très heureux de le dépasser dans le tout dernier virage. Je suis impatient de courir en Belgique et de vivre un week-end de course sans problème."

Frédéric Vasseur :


"Il était très difficile de tout mettre bout à bout en qualifications et le résultat était globalement satisfaisant car le trafic et l’exploitation de la voiture auraient pu rendre les choses encore plus compliquées. Jules a fait deux belles courses. Personne ne peut lire dans sa boule de cristal pour prévoir quelle pression ou type de pneus il convenait de choisir à tel ou tel moment de la course et il a obtenu le meilleur résultat qu’il pouvait espérer car ses facultés à dépasser sont muselées sur une piste comme le Hungaroring. Esteban ne s’est jamais déconcentré ; il a effectué une remontée exceptionnelle en démontrant encore une fois l’étendue de son talent et de son intelligence de course dans des conditions épiques."

[Communiqué de Lotus ART]

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries FIA F2
Pilotes Frederic Vasseur , Esteban Gutiérrez , Jules Bianchi
Type d'article Actualités