MotoGP
04 avr.
Événement terminé
Formule 1
28 mars
Événement terminé
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
EL1 dans
5 jours
Formule E
27 févr.
Événement terminé
10 avr.
Événement terminé
WRC
26 févr.
Événement terminé
22 avr.
Prochain événement dans
11 jours
WEC
C
6H de Monza
18 juil.
Course dans
98 jours
WSBK
C
Aragón
21 mai
Prochain événement dans
40 jours
C
Misano
11 juin
Prochain événement dans
61 jours

L'éclosion de Giovinazzi, l'échec de Gasly

Il était bien difficile de savoir à quoi s'attendre pour la première venue du GP2 à Bakou (Azerbaïdjan).

L'éclosion de Giovinazzi, l'échec de Gasly
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Pierre Gasly, PREMA, Racing
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Pierre Gasly, PREMA, Racing & Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Pierre Gasly, PREMA, Racing
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing, Nobuharu Matsushita, ART Grand Prix & Sergey Sirotkin, ART Grand Prix
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Pierre Gasly, PREMA, Racing
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing, remporte la course
Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing & le deuxième Sergey Sirotkin, ART Grand Prix
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Pierre Gasly, PREMA, Racing
Pierre Gasly, PREMA, Racing
Pierre Gasly, Prema Powerteam
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing, est félicité par Mitch Evans, Pertamina Campos Racing & Sean Gelael, Pertamina Campos Racing
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing & le deuxième Pierre Gasly, PREMA Racing
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing
Podium : le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing, le deuxième Pierre Gasly, PREMA Racing & le troisième Sergey Sirotkin, ART Grand Prix
Podium : le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing, le deuxième Pierre Gasly, PREMA Racing & le troisième Sergey Sirotkin, ART Grand Prix
Le deuxième Pierre Gasly, PREMA Racing
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing, le deuxième Pierre Gasly, PREMA Racing & le troisième Sergey Sirotkin, ART Grand Prix
Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing franchit le drapeau à damier

Nous ne reviendrons pas ici en détail sur le carnage qu'ont été les deux courses, ayant déjà fait l'objet d'un article précédent (voir ci-dessous), mais sur les performances des deux pilotes Prema Racing.

Ne serait-ce que parce qu'Antonio Giovinazzi, débutant qui n'a pas marqué le moindre point lors des deux premiers meetings, a remporté les deux courses du week-end azéri, malgré la grille inversée qui impose au vainqueur de la course principale de s'élancer huitième lors de la course sprint.

Cet exploit n'avait pas été réalisé par un rookie depuis 2009. Parmi ceux qui l'ont signé dans l'Histoire du GP2, redoublants compris, on retrouve Nico Rosberg (Bahreïn 2005), Lewis Hamilton (Nürburgring 2006, Silverstone 2006), Nelson Piquet Jr (Hongrie 2006), Giorgio Pantano (Monza 2006), Nico Hülkenberg (Nürburgring 2009) et enfin Davide Valsecchi (Bahreïn 2012). Stoffel Vandoorne, s'il est passé proche à plusieurs reprises, n'y est jamais parvenu.

Le weekend a bien commencé pour Giovinazzi, qui a signé le deuxième meilleur temps des essais libres en 1'55"719 sur le Circuit Urbain de Bakou, découvert par tous les pilotes avec seulement 45 minutes de temps de piste avant les qualifications. Son coéquipier Gasly n'était pas en reste avec le quatrième chrono en 1'56"464.

Pole position pour Giovinazzi

Ces performances se sont confirmées en qualifications : Giovinazzi a dominé la séance avec un beau tour en 1'51"752, s'octroyant la pole position, tandis que Gasly a connu une petite déception avec le huitième temps en 1'52"760, à deux dixièmes du top 3.

Bien que débutant en GP2, Antonio Giovinazzi dispose d'une expérience certaine en monoplace avec trois saisons en F3 Europe. Les circuits urbains, il connaît, ayant participé à plusieurs reprises aux Grands Prix de Macao et de Pau et remporté ce dernier l'an passé.

"Le circuit est assez similaire à Macao et j'ai trois ans d'expérience sur ce tracé, cela m'a vraiment aidé à m'adapter rapidement ici, à Bakou", déclarait le pilote Prema après les qualifications. "Nous sommes tous des rookies ici. À Barcelone et à Monaco, je n'avais pas la même sensation et je n'étais pas au mieux."

"Le GP2 est un championnat vraiment compétitif et tous les pilotes sont bons. Ils connaissent les circuits, la voiture et tout. Donc c'est difficile de courir en tant que débutant. Être en pole ici, c'est très spécial pour moi. À partir de maintenant, je sais que j'ai ma chance dans ce championnat."

Gasly, quant à lui, a déploré un trafic qui lui a fait perdre toute chance de pole position.

"Avec le premier train de pneus, nous étions deuxième, et j'avais de bonnes sensations dans la voiture, donc tout se passait bien, mais ensuite, sur mon second train, j'ai eu du trafic dans mon premier tour lancé, c'est dommage", regrette le Français. "Le tour allait être bon mais j'ai dû l'avorter et attaquer dans un autre tour où j'ai encore eu du trafic après avoir amélioré mon premier secteur."

"Après ça, les pneus étaient finis. J'ai quand même essayé d'attaquer pour un troisième tour consécutif mais les pneus avaient perdu leur potentiel, surtout à l'arrière. J'ai fait de mon mieux, mais nous avons perdu trop de temps. C'est décevant parce que le potentiel était là pour se battre à l'avant avec Antonio."

Victoire de Giovinazzi, abandon de Gasly

Giovinazzi a toutefois pris un envol catastrophique lors de la course principale, parvenant à résister à ses rivaux pour accrocher la cinquième place avant d'entamer sa remontée, dépassant successivement Sirotkin, Ghiotto, Jeffri (qui était passé devant en s'arrêtant au stand plus tard), Rowland et enfin Matsushita.

Illustration parfaite du rythme affiché par l'Italien, il a dépassé Matsushita au début du 18e tour et a creusé un écart de 2"146 sur les six kilomètres de cette boucle. Giovinazzi n'a pas pu continuer sur cette lancée, interrompue par une énième intervention de la voiture de sécurité, mais s'est imposé de toute façon.

"Remporter ma première victoire en GP2 est une émotion exceptionnelle", a déclaré le pilote transalpin. "J'ai eu des difficultés au départ et ça a été décevant, mais à partir de ce moment-là, le rythme était bon, surtout en pneus prime. Je veux remercier l'équipe de m'avoir donné une voiture parfaite."

"J'ai pété les plombs au début de la course quand je suis passé cinquième. Je pensais que j'avais peut-être perdu la course. Je ne pensais pas pouvoir gagner avant la fin de la saison, donc je suis plus qu'heureux de marquer ces points pour l'équipe et pour moi."

Quant à Gasly, sa course n'a pas duré longtemps, puisqu'il a été impliqué dans un incident avec Norman Nato et Sergio Canamasas au premier virage.

"Ma course a été très courte puisque j'ai abandonné au bout de 300 mètres", déplore le pilote Prema. "C'est dommage car j'avais pris un bon départ en dépassant deux voitures avant le premier virage."

"Ensuite, j'étais à la lutte avec Nato qui ne m'a pas laissé de place à l'intérieur, j'ai dû passer sur le vibreur pour éviter le contact mais il n'y avait toujours pas de place. Je ne pouvais rien faire de plus et Canamasas m'a percuté de l'arrière. C'est dommage d'avoir abandonné, car la voiture était vraiment rapide."

Giovinazzi, bon dernier puis vainqueur en dépassant Gasly

"Peut-être que nous serons de retour sur le podium !" déclarait Giovinazzi au sujet de la course sprint après sa première victoire, et difficile de lui donner tort. Pourtant, cette deuxième manche du weekend a mal commencé pour le pilote Prema puisqu'il s'est retrouvé 22e et bon dernier au premier tour, victime d'un problème technique.

S'ensuivit alors une incroyable remontée au fil, certes, des accrochages des uns et des autres, mais aussi des dépassements de Giovinazzi. À huit tours de l'arrivée, ce dernier s'est retrouvé deuxième... derrière son coéquipier Pierre Gasly, qui s'élançait du fond de grille après son abandon d'hier ! Le Français avait également signé un début de course remarquable.

Le duel pour la victoire était lancé, et la pression qu'a mise Giovinazzi à Gasly est évidente quand on analyse l'écart entre les deux hommes.

Écart entre Gasly et Giovinazzi

TourÉcartAvantage à
14 1"083  Pierre Gasly
15 0"894  Pierre Gasly
16 0"357  Pierre Gasly
17 0"174  Pierre Gasly
18 0"146  Pierre Gasly
19 0"192  Pierre Gasly
20 0"073  Pierre Gasly
21 1"763  Antonio Giovinazzi

L'enjeu était pourtant grand pour Gasly. Outre la possibilité de se rapprocher des leaders du championnat, le Normand pouvait mettre un terme à une incroyable série de deux ans et neuf mois sans victoire.

Gasly a vaillamment résisté aux assauts de son coéquipier pendant plusieurs tours mais a fini par craquer sous la pression au premier virage de l'ultime boucle, permettant à Giovinazzi de réaliser un weekend presque parfait avec la pole position, les deux victoires et un des deux meilleurs tours en course.

"Lors des cinq derniers tours, j'étais derrière lui", relate Giovinazzi. "Je savais que nous pouvions faire le doublé donc je ne voulais pas prendre trop de risques. Dans le dernier tour, il était en grande difficulté. Mais dans les derniers tours, je n'avais pas de DRS donc c'était un peu plus dur de le dépasser. Puis il a commis une petite erreur au premier virage et j'en suis mieux sorti."

"Mais quand j'ai vu que Pierre était premier et moi deuxième, je pensais que c'était déjà un bon résultat pour nous et pour l'équipe. C'est agréable même si je me sens un peu désolé pour mon coéquipier. Au moins, nous avons fait le spectacle !"

"Je sais qu'Antonio est fair-play", renchérit Gasly, "donc je savais qu'il ne tenterait rien de stupide qui puisse nous faire abandonner tous les deux. J'ai essayé de me concentrer sur mon pilotage pour être aussi rapide que possible, mais avec les longues lignes droites à Bakou, c'est dur de creuser l'écart. Je l'ai vu se rapprocher tour après tour. Au final, c'était une bataille équitable, fun, et aussi de bons points pour l'équipe."

Sans rancune, donc, pour un Gasly qui a perdu une belle opportunité de s'imposer et qui ne cache pas qu'il souhaiterait faire son retour sur la plus haute marche du podium prochainement.

"Ce n'est pas le weekend que je voulais. Je commence à en avoir assez de mes trophées de deuxième place. Je pense que nous en avons assez à la maison. Je veux le plus grand trophée", conclut le tricolore.

Quant à Giovinazzi, sa saison de GP2 est bel et bien lancée sur les chapeaux de roue. Reste à confirmer ces belles performances sur des circuits plus traditionnels.

partages
commentaires
Les pilotes GP2 désapprouvent les règles de safety car à Bakou

Article précédent

Les pilotes GP2 désapprouvent les règles de safety car à Bakou

Article suivant

Chronique Sirotkin - J'ai tiré le meilleur du chaos de Bakou

Chronique Sirotkin - J'ai tiré le meilleur du chaos de Bakou
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Événement Bakou
Lieu Baku City Circuit
Pilotes Antonio Giovinazzi , Pierre Gasly
Équipes Prema Powerteam
Auteur Benjamin Vinel