Le point GP2 - L'envol de Pierre Gasly

Pierre Gasly a pris l'avantage sur ses rivaux pour le titre avec une victoire et une quatrième place à Spa-Francorchamps. Mais plus que par le résultat, c'est par la manière que le Français a impressionné.

Le point GP2 - L'envol de Pierre Gasly
Charger le lecteur audio

Course Principale

Ce sont les pilotes Prema Racing qui ont dominé les qualifications, et Antonio Giovinazzi s'élançait de la pole position devant Pierre Gasly pour cette course principale. L'Italien a toutefois complètement manqué son envol et s'est vu débordé par son équipier... mais c'est Gustav Malja, étonnant troisième sur la grille, qui s'est élancé comme une fusée pour s'emparer de la tête de la course !

Malja, que l'on n'avait jamais vu à pareille fête en GP2, n'a toutefois pas fait long feu à la première place. Gasly s'est maintenu à moins d'une seconde du Suédois jusqu'à porter une attaque réussie par l'extérieur aux Combes, au cinquième tour.

Le pilote Prema a conservé la tête jusqu'à son premier arrêt au sixième tour, à la suite duquel il a repris la piste derrière Jordan King. Le pilote Racing Engineering, quatrième lorsqu'il est passé des pneus tendres aux gommes dures une boucle plus tôt, a réussi un parfait undercut grâce à un team espagnol toujours efficace dans cet exercice. Dans les faits, Gasly a repris la piste juste devant lui, mais King a pu dépasser son rival sur sa lancée avec facilité, bénéficiant également de l'aspiration, à la sortie du Raidillon.

Gasly ne s'en est pas laissé conter et a riposté au tour suivant par l'extérieur aux Combes, dans une manœuvre similaire à celle effectuée sur Malja. Le Français a creusé un écart de 3"288 dans les dix tours suivants, puis a gagné quatre secondes et demie lorsque King a perdu du temps sous le régime de la voiture de sécurité virtuelle. Enfin, Gasly a gagné quatre secondes supplémentaires dans les cinq derniers tours, portant son avance à plus de onze secondes sous le drapeau à damier.

"Je dois dire que ce n'était pas vraiment facile parce que Norman [Nato] et Jordan [King] attaquaient vraiment fort derrière moi", commente Gasly. "J'ai dû maintenir un écart suffisant pour m'assurer qu'ils n'étaient pas dans la zone DRS. Dans les derniers tours, je pense que notre rythme était bon. J'ai pu attaquer fort jusqu'au dernier tour, donc ce n'était pas facile, mais quand même gérable."

"J'ai vraiment pris du plaisir, il y a eu de beaux dépassements. La voiture était fantastique à piloter. C'est un sentiment génial et on l'apprécie d'autant plus quand on sent qu'on a tout entre les mains pour réussir. Je suis parvenu à le faire jusqu'au drapeau à damier, donc je suis vraiment content."

Pierre Gasly, PREMA Racing
Pierre Gasly (PREMA Racing)

Gasly a raison de mentionner Norman Nato, puisque ce dernier a mené une course très solide et était bien parti pour monter sur la troisième marche du podium... lorsqu'il a immobilisé sa monoplace à la sortie de l'Arrêt de Bus, victime d'une surchauffe moteur en raison d'un radiateur percé par des débris, provoquant la voiture de sécurité virtuelle sus-mentionnée.

Peu en verve ces derniers temps, le pilote Racing Engineering ne cachait pas sa déception. "Je pense que j'avais vraiment le rythme pour la deuxième place, voire même pour la victoire", estime Nato.

Ainsi, c'est un convaincant Alex Lynn qui a hérité de la troisième place après s'être élancé huitième. Artem Markelov, 12e sur la grille, a été le plus performant sur la stratégie alternative dur/tendre et s'est hissé au cinquième rang entre deux Italiens, Raffaele Marciello et Antonio Giovinazzi. Ce dernier, cinquième au premier tour, ne s'est jamais remis de son envol manqué.

Luca Ghiotto et Gustav Malja complétaient le top 8, le Suédois disposant d'une occasion en or de se racheter le lendemain après avoir connu quelques difficultés à se maintenir à l'avant du peloton, lui qui menait la course au premier tour.

Cruelle déception pour les candidats au titre Sergey Sirotkin et Oliver Rowland, qui ont marqué les derniers points disponibles mais n'ont pu profiter de la grille de départ inversée pour la course sprint.

Les deux hommes ont d'ailleurs bien failli ne pas marquer de points du tout. En effet, Sergio Canamasas, qui occupait la neuvième place dans le dernier tour, a tassé Rowland sur le vibreur du dernier virage, provoquant une collision entre leurs deux monoplaces et celle de Sirotkin, qui a malgré tout tiré les marrons du feu. Douzième, Canamasas n'a pas été récompensé de sa manœuvre impétueuse.

Enfin, que dire d'un Mitch Evans aux abonnés absents à Spa-Francorchamps ? Celui qui avait fini cinquième et troisième en Belgique l'an dernier s'est classé 16e, sans raison apparente.

 Spa-Francorchamps - Course Principale

 PiloteÉquipeToursTemps/Écart
1  Pierre Gasly   Prema Powerteam 25 53'00.853
2  Jordan King   Racing Engineering 25 11.262
3  Alex Lynn   DAMS 25 15.519
4  Raffaele Marciello   RUSSIAN TIME 25 19.163
5  Artem Markelov   RUSSIAN TIME 25 20.723
6  Antonio Giovinazzi   Prema Powerteam 25 24.616
7  Luca Ghiotto   Trident 25 28.703
8  Gustav Malja   Rapax 25 32.404
9  Sergey Sirotkin   ART Grand Prix 25 35.778
10  Oliver Rowland   MP Motorsport 25 36.489

Consulter le classement complet ici

Podium : le vainqueur Pierre Gasley, PREMA Racing, le deuxième Jordan King, Racing Engineering, le troisième Alex Lynn, DAMS
Podium : le vainqueur Pierre Gasly (PREMA Racing), le deuxième Jordan King (Racing Engineering), le troisième Alex Lynn (DAMS)

Course Sprint

Gustav Malja s'élançait donc de la pole position et est parvenu à conserver l'avantage devant Antonio Giovinazzi, qui a fait l'intérieur à son compatriote Luca Ghiotto à La Source. Giovinazzi a ensuite appliqué une pression certaine à Malja jusqu'à porter une attaque réussie aux Combes au huitième tour.

Le pilote Prema a ensuite creusé un léger écart pour s'imposer avec deux secondes d'avance sur le Suédois au terme de la course. Ghiotto a conservé la troisième place, relégué à quatre secondes.

"J'étais très déçu samedi parce que je partais de la pole et j'ai pris un mauvais départ", commente Giovinazzi. "Je me suis retrouvé sixième de la course principale, ce n'est pas ce que j'espérais. Mais Prema a travaillé vraiment dur pour trouver ce qui s'est mal passé et cette fois, j'ai pris un bon départ. Nous savions que nous avions un bon rythme avec la voiture, donc j'ai juste attendu que le DRS soit activé pour dépasser Malja. Puis je me suis juste efforcé de maintenir les pneus en vie."

Start: Gustav Malja, Rapax leads
Gustav Malja (Rapax) devance Antonio Giovinazzi (Prema Racing) au départ

Cependant, les projecteurs étaient à nouveau braqués sur Pierre Gasly lors de cette course. Huitième sur la grille de départ après sa victoire d'hier, le Français a perdu deux places au premier tour. Surtout, un contact avec Oliver Rowland aux Combes a endommagé le côté gauche de son aileron avant.

"Je connais Oliver depuis la FR2.0", commente Gasly dans une interview accordée à Motorsport.com. "Depuis, on se bat tout le temps, c'est un peu explosif ! Je pensais qu'il allait laisser un peu plus de place, j'étais à l'intérieur et j'étais déjà sur le vibreur, mais c'est le genre de chose qui arrive, surtout à Spa."

Le pilote du Red Bull Junior Team n'est pas rentré au stand pour autant et a composé avec cet aileron abîmé pendant toute la course. Cela l'a-t-il vraiment gêné ? "Surtout à haute vitesse", nous répond-il. "À vitesse basse ou moyenne, ça ne changeait pas grand-chose, mais dans Eau Rouge, Pouhon et Blanchimont, c'était vraiment dur."

"Pour moi, c'était difficile de rester proche des autres dans Eau Rouge, donc j'ai dû trouver d'autres endroits pour dépasser. Au final, je n'ai jamais dépassé avec le DRS, j'ai toujours dû trouver d'autres endroits. Heureusement, cela n'a pas trop changé l'équilibre de la voiture."

On n'aurait pas cru que le jeune tricolore disposait d'une monture blessée. En effet, Gasly a enchaîné les dépassements tout au long de la course qui plus est sur des hommes forts du championnat : il a successivement doublé Sirotkin, Rowland, Lynn, King, Markelov et Marciello.

La manœuvre sur Rowland, effectuée lorsque les deux hommes ont abordé Eau Rouge côte à côte, prend une autre dimension quand on sait que Gasly manquait d'appui à cause de son aileron.

Markelov, qui a longtemps tenu la cinquième place, a vu sa course prendre un mauvais tournant dans les derniers tours, puisqu'il s'est fait dépasser par Lynn et King avant de se faire percuter par un Sirotkin au freinage beaucoup trop ambitieux dans le dernier virage de la course. Markelov a été contraint à l'abandon, et son compatriote a reçu une pénalité de temps. Oliver Rowland a hérité de la huitième place.

Artem Markelov, RUSSIAN TIME
Artem Markelov (RUSSIAN TIME) percuté par Sergey Sirotkin (ART Grand Prix) dans le dernier virage de la course. Oliver Rowland (MP Motorsport) le dépasse

Cependant, les commissaires ont infligé des pénalités étonnantes plusieurs heures après la fin de la course. En effet, pas moins de sept pilotes auraient utilisé leur DRS lors du premier tour. Certains d'entre eux avaient fini dans les points : il s'agit d'Alex Lynn, Jordan King, Sergey Sirotkin, Daniël de Jong, Nabil Jeffri, Jimmy Eriksson et Arthur Pic. Le Français, victime de problèmes moteur, a connu un week-end catastrophique dans l'Ardenne belge.

Propos de Pierre Gasly recueillis par Oleg Karpov

 Spa-Francorchamps - Course Sprint

 PiloteÉquipeToursTemps/Écart
1  Antonio Giovinazzi  Prema Powerteam 18 36'48.422
2  Gustav Malja  Rapax 18 2.359
3  Luca Ghiotto  Trident 18 3.921
4  Pierre Gasly  Prema Powerteam 18 4.479
5  Raffaele Marciello  RUSSIAN TIME 18 6.634
6  Oliver Rowland  MP Motorsport 18 13.133
7  Sergio Canamasas  Carlin 18 16.274
8  Norman Nato  Racing Engineering 18 17.011
9  Nicholas Latifi  DAMS 18 18.821
10  Alex Lynn  DAMS 18 19.045

Consulter le classement complet ici

Le vainqueur Antonio Giovinazzi, PREMA Racing, le deuxième Gustav Malja, Rapax, le troisième Luca Ghiotto, Trident
Le vainqueur Antonio Giovinazzi (PREMA Racing), le deuxième Gustav Malja (Rapax), le troisième Luca Ghiotto (Trident)

Championnat

Leader du championnat à l'aube de ce meeting, Sergey Sirotkin voit ses contre-performances lui coûter cher. Le Russe rétrograde au quatrième rang et est relégué à 31 points d'un Pierre Gasly qui fait la bonne opération : le Français dispose de 17 unités d'avance sur son coéquipier Antonio Giovinazzi. Raffaele Marciello et Oliver Rowland se maintiennent aux troisième et cinquième rangs respectivement.

Norman Nato voit le titre s'éloigner avec son problème technique de la course principale : le voilà distancé de 64 points par son compatriote. Mitch Evans, quant à lui, perd trois places et se retrouve 11e au classement.

Cela dit, avec six courses restant à disputer, tous les pilotes conservent une chance mathématique d'être sacrés à l'exception de Philo Paz Armand, seul titulaire à ne pas avoir marqué le moindre point.

Championnat de GP2 Series après 16 courses sur 22

 PiloteÉquipe SpaPoints
1 France Pierre Gasly Prema Racing 1 4 146
2 Italy Antonio Giovinazzi Prema Racing 6 1 129
3 Italy Raffaele Marciello Russian Time 4 5 120
4 Russia Sergey Sirotkin ART Grand Prix 9 16 115
5 United Kingdom Oliver Rowland MP Motorsport 10 6 104
6 United Kingdom Jordan King Racing Engineering 2 12 98
7 United Kingdom Alex Lynn DAMS 3 10 87
8 France Norman Nato Racing Engineering Ab 8 82
9 Italy Luca Ghiotto Trident Racing 7 3 80
10 Russia Artem Markelov Russian Time 5 Ab 77
11 New Zealand Mitch Evans Campos Racing 16 13 77
12 Japan Nobuharu Matsushita ART Grand Prix 11 11 58
13 France Arthur Pic Rapax 14 22 36
14 Sweden Gustav Malja Rapax 8 2 28
15 Indonesia Sean Gelael Campos Racing 18 15 24
16 Canada Nicholas Latifi DAMS 13 9 21
17 Germany Marvin Kirchhöfer Carlin Motorsport Ab 14 20
18 Spain Sergio Canamasas Carlin Motorsport 12 7 16
19 Sweden Jimmy Eriksson Arden International 15 20 10
20 Netherlands Daniël de Jong MP Motorsport 17 17 6
21 Malaysia Nabil Jeffri Arden International 19 18 2
22 Austria René Binder ART GP/Carlin     0
23 Indonesia Philo Paz Armand Trident Racing 20 19 0
Mitch Evans Pertamina Campos Racing
partages
commentaires
Les enjeux du week-end GP2 - Que la course au titre redémarre !
Article précédent

Les enjeux du week-end GP2 - Que la course au titre redémarre !

Article suivant

Les enjeux du week-end GP2 - Qui peut arrêter Pierre Gasly ?

Les enjeux du week-end GP2 - Qui peut arrêter Pierre Gasly ?
Charger les commentaires