Formule 1
07 août
EL3 dans
05 Heures
:
32 Minutes
:
55 Secondes
MotoGP
24 juil.
Événement terminé
07 août
EL3 dans
03 Heures
:
27 Minutes
:
55 Secondes
WSBK
31 juil.
Événement terminé
07 août
SBK EL3 dans
03 Heures
:
32 Minutes
:
55 Secondes
Formule E
C
E-Prix de Berlin III
08 août
EL1 dans
02 Heures
:
32 Minutes
:
55 Secondes
WEC
13 août
EL1 dans
5 jours
C
Bahreïn
19 nov.
Prochain événement dans
102 jours
WRC
04 sept.
Prochain événement dans
26 jours
18 sept.
Prochain événement dans
40 jours

La saison 2020 de F2 et de F3 ne s'arrêtera pas à Monza

partages
commentaires
La saison 2020 de F2 et de F3 ne s'arrêtera pas à Monza
Par :
2 juil. 2020 à 13:00

Bruno Michel confirme que les calendriers 2020 de Formule 2 et de FIA F3 seront prolongés, certainement aux côtés de la F1.

Du Red Bull Ring à Monza en passant par le Hungaroring, Silverstone, Barcelone et Spa-Francorchamps, la Formule 2 et la FIA F3 vont accompagner la Formule 1 sur tous les circuits d'Europe lors de sa reprise.

Reste à savoir ce qu'il en sera au-delà du Grand Prix d'Italie début septembre, après lequel ces championnats pour jeunes pilotes totaliseront huit meetings, en sachant qu'il devait initialement y en avoir douze en F2 et neuf en FIA F3. "C'est un bon début, disons-le ainsi", analyse Bruno Michel, PDG F2 et F3, dans une interview pour la série #ThinkingForward de Motorsport.com. "Nous nous attendons tous à ce que la seconde partie de saison ait lieu également. Nous ne savons pas encore où et quand, mais nous ne devrions pas finir la saison avec seulement huit meetings en F3 et en F2."

Lire aussi :

Les pistes telles que Portimão, le Mugello et Imola, qui sont candidates à l'organisation d'un Grand Prix à l'automne, pourraient accueillir les formules de promotion en même temps, les déplacements étant actuellement plus simples en Europe. Bahreïn et Abu Dhabi, où se rend régulièrement l'antichambre de la Formule 1, sont également des options évidentes.

Bruno Michel

Bruno Michel (au centre)

Photo de : FIA F3

Un calendrier "complet" sera idéal pour relancer l'activité de la Formule 2, dont les organisateurs ont pris un certain nombre de mesures afin de protéger les écuries de la faillite sans que les pilotes ou les fournisseurs n'en pâtissent. "C'était important à la fois économiquement et aussi psychologiquement", souligne Michel.

Lire aussi :

"Économiquement, c'était une évidence : les équipes ne vont pas avoir de revenus, car elles n'en ont pas s'il n'y a pas de courses. Nous savions qu'il fallait faire quelque chose à ce sujet. Je suis immédiatement entré en contact avec les équipes pour leur dire qu'elles ne devaient pas s'inquiéter des [paiements]. J'en ai discuté avec Chase [Carey] et Ross [Brawn] en premier lieu, puis nous avons informé les équipes que nous suspendions nos factures passées et futures jusqu'à nouvel ordre."

"Il était également très important que les écuries ne perdent pas leurs pilotes, et il fallait donc tenir les pilotes au courant de ce qui allait se passer, car ils avaient aussi des problèmes avec leurs propres sponsors. C'était acceptable que cela dure deux ou trois mois, mais si cela avait été la saison entière, je ne sais pas du tout qui y aurait survécu."

Propos recueillis par James Allen et Jonathan Noble

Alesi craint l'exode des sponsors en F2

Article précédent

Alesi craint l'exode des sponsors en F2

Article suivant

Pour la F2, l'expérience n'est pas nécessaire pour gagner

Pour la F2, l'expérience n'est pas nécessaire pour gagner
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2 , FIA F3
Auteur Benjamin Vinel