La nouvelle GP3 fait l'unanimité chez les pilotes

Alors que la GP3/16 fait ses débuts en compétition cette année, Motorsport.com en a profité pour demander aux redoublants de la discipline leur opinion de la nouvelle voiture par rapport à la GP3/13.

La nouvelle GP3 fait l'unanimité chez les pilotes
Akash Nandy, Jenzer Motorsport
Artur Janosz, Trident
Artur Janosz, Trident
Artur Janosz, Trident
Artur Janosz, Trident
Ralph Boschung, Koiranen GP
Ralph Boschung, Koiranen GP
Ralph Boschung, Koiranen
Alex Palou, Campos Racing
Alex Palou, Campos Racing
Alex Palou, Campos Racing
Sandy Stuvik, Trident
Sandy Stuvik, Trident
Ralph Boschung, Koiranen GP

La GP3/16 représentait un véritable défi pour Dallara, puisqu'il était notablement difficile de dépasser avec l'ancienne monoplace, de nombreuses courses s'étant soldées par des processions de 2013 à 2015.

Avec une nouvelle aérodynamique, des gommes Pirelli revues et un nouveau motoriste en Mecachrome au lieu d'AER, la monoplace de GP3 a donc bien changé malgré des caractéristiques très similaires. Artur Janosz, par exemple, trouve la GP3/16 plus facile à piloter.

"Le nouveau moteur est aussi puissant mais le couple est probablement plus grand", estime le pilote Trident. "La voiture est plus stable, partout en général, mais surtout dans les virages rapides. L'ancienne était incroyablement instable ; celle-ci est stable et prévisible."

L'ancienne voiture était incroyablement instable ; celle-ci est stable et prévisible

Artur Janosz

Ce constat est corroboré par les propos de Ralph Boschung, pilote Koiranen, qui courait chez Jenzer Motorsport l'an passé. Pneus, appui, moteur : le Suisse est enchanté de sa nouvelle monture.

"Les pneus sont différents comparés à l'année passée", commente Boschung. "C'est un step qui est plus tendre par rapport à l'année passée. Le comportement de la voiture est donc un peu différent."

"Il y a quand même un peu plus d'appui aérodynamique, ce qui rend la voiture un peu plus agréable à piloter dans les virages rapides. Il faut avoir un peu plus de confiance dans la voiture parce qu'on peut vraiment ramener beaucoup de vitesse dans les virages."

"Aussi, je pense que le moteur est un peu plus performant. Côté couple, il part un peu plus en sortie de virage. Je pense qu'en tout, la voiture est quand même un peu plus agréable à piloter que celle de l'année passée."

Même Álex Palou, qui connaît un début de saison difficile par rapport au niveau de performance qu'il affichait en 2015, ne peut s'empêcher de reconnaître les qualités de la GP3/16 vis-à-vis de l'ancienne monoplace.

"Je ne l'aime pas parce que nous ne sommes pas rapides !" plaisante le pilote Campos. "Non, en fin de compte, la voiture est un peu meilleure que l'an dernier, ils l'ont améliorée."

"Surtout l'équilibre entre le moteur et le châssis, je le trouve meilleur, car c'est un peu moins de moteur et un peu plus de châssis, donc ça compense. L'an dernier, c'était un peu étrange, car c'était trop de puissance et pas assez d'aérodynamique ou de grip mécanique. Maintenant, je pense que c'est mieux. C'est une meilleure voiture."

Sandy Stuvik est le seul à ne pas trouver la nouvelle monoplace particulièrement distincte de l'ancienne. "Franchement, la voiture n'est pas si différente", estime le pilote Trident. "Elle est assez similaire à piloter."

"Les pneus ont changé, c'est la première fois que nous devons gérer les pneus. L'an dernier, à Silverstone, il n'y avait pas de dégradation. C'est une nouvelle expérience pour de nombreux pilotes du peloton cette année. J'aime la nouvelle voiture, je la trouve beaucoup plus belle, mais d'un point de vue du pilotage, c'est assez similaire."

partages
commentaires
Leclerc - ART Grand Prix, tel un team de F1
Article précédent

Leclerc - ART Grand Prix, tel un team de F1

Article suivant

Le GP3 vers des dépassements moins difficiles

Le GP3 vers des dépassements moins difficiles
Charger les commentaires