Les pilotes GP3 remettent en question la VSC

Plusieurs pilotes GP3 ont remis en question l'utilisation de la Voiture de Sécurité Virtuelle après un meeting de Hockenheim où ce système a influencé le résultat des deux courses.

Les pilotes GP3 remettent en question la VSC
Arjun Maini, Jenzer Motorsport
Tatiana Calderon, Arden International
Alexander Albon, ART Grand Prix
Tatiana Calderon, Arden International devant Jake Dennis, Arden International
Antonio Fuoco, Trident
Antonio Fuoco, Trident
Charles Leclerc, ART Grand Prix devance Alexander Albon, ART Grand Prix
Alexander Albon, ART Grand Prix
Arjun Maini, Jenzer Motorsport
Arjun Maini, Jenzer Motorsport devance Jake Hughes, DAMS
Jake Hughes, DAMS

À chaque fois, la victoire s'est jouée lors d'une intervention de la voiture de sécurité virtuelle. Antonio Fuoco s'est emparé de la tête de la première course au restart et le lendemain, Jake Hughes a dépassé Arjun Maini pour la première place lorsque la VSC est intervenue.

Maini a ensuite perdu plusieurs places supplémentaires à la fin de la neutralisation, se retrouvant cinquième, et a vertement critiqué un système dont il estime qu'il ne convient pas au GP3.

"Sous les conditions de VSC, ma voiture était 3 ou 4 km/h plus lente que les autres", affirme l'Indien pour Motorsport.com. "Hughes m'a donc dépassé et Leclerc m'a rattrapé comme un fou. Puis au restart, il n'y avait pas de panneau autour de moi quand c'est passé au vert, je n'en voyais aucun et j'ai perdu cinq places."

"Personnellement, je n'aime pas [la VSC] du tout. Il n'y a pas de GPS pour surveiller quoi que ce soit, on voyait très bien que certains y gagnaient beaucoup, et j'ai perdu du terrain en essayant de faire ce qu'il fallait."

"Cela fait deux fois d'affilée que les leaders perdent du terrain à cause de la VSC. Son but est de ne pas désavantager le leader, mais tout ce que ça fait, c'est faire empirer les choses. Je ne vois pas de problème avec la voiture de sécurité normale."

Alex Albon a connu une frustration similaire dans la première course du week-end : l'Anglo-Thaïlandais, qui menait la course, a perdu trois places au restart alors que Fuoco s'emparait de la tête comme une fusée pour ne plus être menacé.

"En Course 1, je gérais l'écart de façon assez confortable au départ, puis il y a eu la VSC", relate Albon. "La température du moteur baissait trop, donc j'ai dû passer en seconde. Mais il y a une différence de vitesse sous la VSC selon la vitesse sélectionnée : la seconde est la plus lente mais maintient le moteur en température."

"J'ai donc perdu mon écart, et au restart, Fuoco a creusé un écart de deux secondes sur nous tous, c'était un peu bizarre, il m'avait déjà passé avant que le feu vert ne s'allume."

Pour Fuoco, il faut faire avec

Lorsque Motorsport.com a évoqué avec lui la façon dont il a pris la tête de la course, Fuoco s'est montré quelque peu réfractaire, suggérant que c'est à chaque pilote de réagir aux signaux aussi vite que possible.

"À chaque fois, nous nous plaignons de la Voiture de Sécurité Virtuelle, mais il y a ces règles et il faut faire avec ce système", déclare le jeune pilote Ferrari. "Parfois, j'ai de la chance ; parfois, quelqu'un d'autre en a plus que moi."

"Il faut juste regarder le panneau. Si je suis derrière le panneau et que j'ai le panneau devant moi, je peux prendre un meilleur départ. C'est notre système et nous ne pouvons rien y faire."

Selon Tatiana Calderón, le GP3 doit améliorer son système de VSC pour le porter aux normes de celui utilisé en GP2, avec l'utilisation de la technologie GPS et de signaux sur le volant.

"Je ne suis pas une grande fan de la VSC, ce n'est pas équitable", estime la Colombienne. "On ne sait pas quand elle va prendre fin, quand on est proche d'un panneau ou non."

"Espérons qu'ils vont améliorer le système si c'est possible. Je pense qu'il faut le faire passer au niveau supérieur, et s'assurer d'utiliser le même système [qu'en GP2], ça changerait beaucoup de choses."

partages
commentaires
Comment Tatiana Calderón a marqué son premier point en GP3

Article précédent

Comment Tatiana Calderón a marqué son premier point en GP3

Article suivant

Aitken voit le soutien de Renault comme un avantage en GP3

Aitken voit le soutien de Renault comme un avantage en GP3
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F3
Événement Hockenheim
Lieu Hockenheimring
Pilotes Tatiana Calderón , Antonio Fuoco , Alexander Albon , Arjun Maini
Auteur Jamie Klein