L'actualité de la Formule E en bref

partages
commentaires
L'actualité de la Formule E en bref
Par : Benjamin Vinel
Co-auteur: Alex Kalinauckas
13 oct. 2018 à 11:14

Le line-up secret de Nissan e.dams, la Formule E à quatre roues motrices, l'humilité de HWA... Découvrez l'actualité récente du championnat tout électrique grâce à ces brèves.

Diapo
Liste

Nissan voulait que son line-up reste secret

Nissan voulait que son line-up reste secret
1/14

Photo de: Nissan

La présence de Sébastien Buemi chez Nissan e.dams pour la saison 2018-19 ne paraissait pas assurée, alors que les rumeurs en faisaient un candidat à un baquet Toro Rosso en Formule 1. Le fondateur de l'écurie sarthoise, Jean-Paul Driot, explique toutefois que Nissan voulait simplement maintenir le suspense.

"Buemi avait signé", ajoute Driot pour Motorsport.com. "Il y a eu un peu de confusion parce que Michael Carcamo [directeur de la compétition chez Nissan] ne voulait pas répondre lorsque cette question sur Buemi lui a été posée, il disait qu'il ne savait pas ou qu'on allait voir. Mais il est très clair que Buemi a signé pour la saison 5 au début de la saison 4, nous l'avions fait signer pour deux ans. Il a donc été avec nous à 100%, tout le temps. Il n'y a jamais eu le moindre doute."

Gen2 : le design de Todt l'a emporté sur celui d'Agag

Gen2 : le design de Todt l'a emporté sur celui d'Agag
2/14

Photo de: Sam Bloxham / LAT Images

Malgré l'enthousiasme que suscite la monoplace deuxième génération de Formule E, le PDG du championnat Alejandro Agag n'était étonnamment pas un convaincu de la première heure.

"En fait, je ne voulais pas cette voiture", explique-t-il. "Nous avions deux designs. Jean a fait un design, j'en ai fait un, j'aimais le mien et Jean aimait le sien. Finalement, nous avons le design Jean Todt et je dois dire qu'il est bien meilleur que le mien. Quand j'ai vu la voiture construite, j'ai envoyé un message à Jean pour lui dire qu'il avait raison, que j'avais tort et que son design était génial."

L'arrivée de Frijns chez Virgin n'a "rien à voir avec Audi"

L'arrivée de Frijns chez Virgin n'a "rien à voir avec Audi"
3/14

Photo de: Virgin Racing

Dans un contexte où le constructeur allemand va fournir ses groupes propulseurs à Virgin pendant plusieurs saisons, on imaginerait que le remplacement d'Alex Lynn par Robin Frijns est lié au statut de pilote d'usine Audi de ce dernier.

Que nenni, nous répond Frijns. "C'est l'équipe d'Envision [actionnaire majoritaire de Virgin] qui a vraiment décidé de me recruter. Audi n'a pas vraiment eu son mot à dire quant aux pilotes qu'ils voulaient dans cette équipe, ils fournissent juste les moteurs avec un retour technique et une assistance. Cela vient vraiment de cette équipe, cela n'a rien à voir avec Audi."

Pourquoi Venturi a choisi Mortara

Pourquoi Venturi a choisi Mortara
4/14

Photo de: Dom Romney / LAT Images

Qui pour épauler Felipe Massa en 2018-19 ? C'est le dilemme auquel était confronté Venturi, qui alignait la saison dernière Edoardo Mortara et Maro Engel. Les deux hommes ont globalement fait jeu égal, mais c'est finalement sur Mortara que l'écurie monégasque a jeté son dévolu. Pourquoi ?

"Nous avions simplement le sentiment qu'il s'intégrait mieux à l'équipe – je ne pense pas qu'il se soit jamais agi d'une comparaison entre eux deux", nous indique la directrice d'équipe Susie Wolff. "Je pense que Maro a fait du travail fantastique chez Venturi, mais avec la nouvelle voie empruntée par l'équipe, nous pensions que le duo Edo/Felipe allait vraiment bien fonctionner. C'est le meilleur line-up que nous puissions espérer en matière d'expérience et de caractère."

Evans veut "plusieurs titres en Formule E"

Evans veut "plusieurs titres en Formule E"
5/14

Photo de: GP3 Series Media Service

Plus jeune vainqueur de l'Histoire du GP3 à 16 ans, sacré Champion en 2012 (photo), Mitch Evans n'a plus remporté le moindre titre malgré quatre saisons en GP2. Auteur d'une saison convaincante en 2017-18, où il a battu son expérimenté coéquipier Nelson Piquet Jr, le pilote Jaguar compte revenir sur le devant de la scène en Formule E.

"J'essaie d'attendre un stade où je peux remporter plusieurs titres en Formule E", déclare Evans à notre micro. "Je n'y suis pas parvenu en GP2, et j'étais vraiment dégoûté. J'ai gagné quelques courses, et depuis, ça s'est un peu ralenti, mais c'est ma priorité : me mettre en position, avec l'équipe, de me battre pour le titre, et que nous ayons beaucoup de succès ensemble, car c'est ce que nous voulons. C'est pour ça que je me lève tous les jours."

Une approche "humble" pour HWA

Une approche "humble" pour HWA
6/14

Photo de: HWA AG

HWA Racelab débarque en Formule E avec des moteurs clients Venturi et Gary Paffett comme pilote, mais fait preuve d'humilité à l'aube de ses débuts.

"Forcément, nous sommes là pour gagner et avoir autant de succès que possible", commente le directeur d'équipe Ulrich Fritz à notre micro. "Mais il faut être réaliste : nous sommes une nouvelle équipe, et pour nous, la priorité est d'apprendre autant que possible pour l'arrivée de Mercedes en saison 6. Si nous pouvons marquer quelques points, monter sur le podium et remporter des courses au passage, ce sera bienvenu. Mais les autres équipes sont là depuis plusieurs années. Nous sommes humbles et nous ne sous-estimons pas la concurrence."

Pourquoi Nissan e.dams a recruté Albon

Pourquoi Nissan e.dams a recruté Albon
7/14

Photo de: FIA Formula 2

C'est Alexander Albon qui épaulera Sébastien Buemi chez Nissan e.dams en 2018-19, lui qui joue actuellement le titre de Formule 2 avec la structure sarthoise.

"Je voulais vraiment le recruter, car parfois, je suis vraiment déçu de voir des talents qui ne vont nulle part à cause [du manque de budget]", nous explique Jean-Paul Driot, cofondateur de DAMS. "C'est une très bonne opportunité pour nous. Nous savons qu'il est très rapide, aucun doute là-dessus. Nous savons tous les problèmes qu'ont ces jeunes pilotes avec les budgets de Formule 2, même quand ils réussissent."

"Quand on se bat pour le titre GP3 jusqu'à la dernière course avec [Charles] Leclerc, ça montre que l'on n'est pas très lent. Il a fait beaucoup de pole positions avec nous cette année, il a fait de belles courses. Ce jeune homme est très bien éduqué, très calme, très rapide, et c'est très facile de travailler avec lui."

Agag veut un Japonais en Formule E

Agag veut un Japonais en Formule E
8/14

Photo de: Sam Bloxham / LAT Images

À l'exception de Kamui Kobayashi à l'E-Prix de Hong Kong 2017, aucun Japonais n'a jamais couru en Formule E. C'est une situation qui ne plaît pas à Alejandro Agag, alors que le premier constructeur nippon du championnat, Nissan, a titularisé Alexander Albon aux côtés de Sébastien Buemi.

"Je veux un pilote japonais", nous dit Agag. "Je pense que nous en avons besoin. Ce n'est pas à cause de Nissan que nous n'en avons pas, n'importe qui devrait prendre un pilote japonais. Mais il faut des pilotes dans les différents marchés. Le Japon est un très bon marché pour les véhicules électriques, et je pense que nous pouvons nous développer au Japon. Mais sans star japonaise, c'est plus difficile."

Et une course au Japon ?

Et une course au Japon ?
9/14

Photo de: Red Bull Content Pool

Logiquement, Agag souhaiterait également organiser un E-Prix au Japon, Tokyo et Yokohama ayant été mentionnées comme villes pouvant éventuellement accueillir une course. "C'est très compliqué", tempère Agag. "La police est très restrictive au Japon, et ça rend l'organisation d'une course très difficile."

Pour Sims, la Formule E, ça va être "fou" !

Pour Sims, la Formule E, ça va être "fou" !
10/14

Photo de: Sam Bloxham / LAT Images

Passionné par l'électrique, Alexander Sims a enfin obtenu sa chance en Formule E, au sein de l'écurie BMW i Andretti Motorsport.

"J'ai hâte de m'attaquer à ce programme et à cette folle Formule E que je regarde depuis quatre ans", déclare Sims, qui avait déjà testé avec l'équipe par le passé, et qui sera associé à António Félix da Costa. Les deux hommes étaient déjà partenaires chez Status Grand Prix lors de la saison 2011 de GP3 Series. "Je n'aurais pas pu demander de meilleur coéquipier qu'António. Il est adorable et très rapide. Je suis sûr que je vais apprendre beaucoup de choses grâce à lui au fil de la saison."

Lotterer enthousiasmé par la Gen2

Lotterer enthousiasmé par la Gen2
11/14

Photo de: Techeetah

André Lotterer a bien sûr eu le privilège de tester la Gen2 de l'écurie DS Techeetah lors des essais estivaux, et ses premières impressions sont très positives.

"La voiture de la saison 5, en matière de pilotage, paraît déjà plus connectée entre l'avant et l'arrière, c'est plus comme une vraie voiture de course", nous explique l'Allemand. "Il y a moins de situations imprévisibles, et au freinage, le brake-by-wire nous aide beaucoup. La qualité des freins est meilleure également, et les pneus ont un peu plus d'adhérence. En matière de pilotage, c'est donc un peu plus facile avec tout ça, mais il y a d'autres choses qui sont difficiles d'un point de vue technique. Je pense que tout programmer correctement est un bien plus grand défi."

Des dépassements en pagaille à Riyad !

Des dépassements en pagaille à Riyad !
12/14

Photo de: FIA Formula E

Alejandro Agag s'attend à ce que le spectacle soit au rendez-vous pour la première course de la Gen2, à savoir l'E-Prix de Riyad en décembre prochain. "Ils sont en train de refaire toutes les rues, donc ça va être très large – plein d'opportunités de dépassement. Il y a une section très intéressante de virages rapides, ça n'arrive jamais en Formule E. Il y a six virages qui se suivent et qui se passeront quasiment à fond, ce sera très compliqué de faire un bon chrono."

Agag ne veut pas d'une Formule E à quatre roues motrices

Agag ne veut pas d'une Formule E à quatre roues motrices
13/14

Photo de: Alastair Staley / LAT Images

La Gen2 n'a pas encore fait ses débuts en course que la Formule E troisième génération fait déjà l'objet de débats. Pourrait-elle avoir quatre roues motrices ? Pas selon Alejandro Agag.

"Pour vous donner un exemple – et rien n'est défini –, pour la Gen3, il y a ceux qui veulent quatre roues motrices et ceux qui veulent un chargement ultra rapide", commente Agag. "Pour moi, le choix est très facile : la première voiture à quatre roues motrices date de 1901, donc où est l'innovation là-dedans ? Le chargement ultra rapide peut changer le monde des voitures électriques. On va à la station électrique, peu importe comment ça s'appelle, et en deux minutes, la batterie est pleine. Ce sera pertinent pour les modèles de série, mais ce n'est pas toujours facile à expliquer aux grands constructeurs qui ont l'expertise des quatre roues motrices."

Toutes les nouvelles voitures !

Toutes les nouvelles voitures !
14/14

Photo de: Techeetah

De nombreuses livrées ont déjà été présentées pour la saison à venir ! Découvrez ou redécouvrez-les ci-dessous :

 

 

Prochain article Formule E
Vandoorne vers HWA en Formule E

Article précédent

Vandoorne vers HWA en Formule E

Article suivant

Le rookie Massa apprend "au jour le jour"

Le rookie Massa apprend "au jour le jour"
Charger les commentaires