BMW - Les Formule E n'ont "pas besoin d'être plus rapides"

Le directeur de la compétition du constructeur bavarois associé à Andretti en Formule E, Jens Marquardt, pense que là n'est pas l'essentiel pour le championnat électrique de la FIA s'il veut se faire une place aux côtés de la Formule 1.

Interrogé sur le fait que la Formule E puisse à terme devenir aussi importante que la discipline principale des sports mécaniques en circuit, Marquardt estime que le championnat de monoplaces électriques doit avant tout conserver sa spécificité qui, pour lui, tient en deux points essentiels : les circuits urbains dans de grandes villes et le domaine virtuel.

Je pense que les deux catégories sont différentes et que c'est une bonne chose”, dit Marquardt. “C'est important pour la Formule E de garder son ADN avec la course dans de grandes villes où se trouvent les gens. Le programme, court mais excitant, convient parfaitement à la vie moderne.”

De plus, il y a beaucoup d'interaction avec les fans, des simulateurs et tout l'aspect virtuel. Là se trouve le vrai potentiel de la Formule E, pas en allant plus vite ni même en étant plus gros et plus spectaculaire. Le fait est que les voitures ne peuvent être beaucoup plus rapides sur ce type de tracé avec les mesures de sécurité mises en place. Mais elles n'ont pas besoin de l'être, je pense.”

Selon moi, le vrai potentiel est le domaine virtuel”, insiste-t-il. “Peut-être que dans quelques années, les fans disputeront virtuellement une course de Formule E avec ses stars, une course réelle. C'est plus important que d'aller à 250 km/h dans les lignes droites.”

À l'heure actuelle, l'électronique des Formule E limite leur vitesse maxi à 225 km/h et seules de timides améliorations en la matière sont prévues.

Objectif 2018

BMW, qui a quitté la Formule 1 fin 2009 et s'est concentré depuis sur le DTM et le GT essentiellement, est impliqué depuis cette année en Formule E aux côtés de l'équipe Andretti Austosport et prévoit, comme Mercedes probablement, d'intégrer pleinement la discipline pour le lancement de sa cinquième saison en 2018. À partir de celle-ci, les batteries devraient être en mesure de durer toute une course, éliminant l'obligation actuelle de changer de voiture à mi-distance.

Le début de saison a été bon”, estime Marquardt. “Nous travaillons de mieux en mieux avec Andretti. Nous apprenons beaucoup, ce qui est important pour la saison 5, lors de laquelle nous voulons avoir notre propre moteur BMW dans la voiture.”

En ce moment, nous aidons avec les simulations et les relevés de données à Munich. Et nous avons des gens sur place [à Indianapolis] avec l'équipe pour l'aider et la soutenir. Une personne est toujours là-bas, parfois deux ou trois. Ça dépend.”

Andretti occupe actuellement la cinquième place du championnat après deux courses. Antonio Félix da Costa, pilote officiel BMW arrivé cette année, et Robin Frijns ont terminé cinquième et sixième de la manche d'ouverture à Hong Kong puis sont repartis bredouilles de la suivante, à Marrakech.

Avec Stefan Ehlen

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule E
Pilotes António Félix da Costa , Robin Frijns
Type d'article Actualités
Tags bmw, marquardt, vitesse