Formule E
22 nov.
-
22 nov.
Événement terminé
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
41 jours
C
E-Prix de Mexico
14 févr.
-
15 févr.
Prochain événement dans
69 jours
C
E-Prix de Marrakesh
27 févr.
-
29 févr.
Prochain événement dans
82 jours
C
E-Prix de Sanya
20 mars
-
21 mars
Prochain événement dans
104 jours
C
E-Prix de Rome
03 avr.
-
04 avr.
Prochain événement dans
118 jours
17 avr.
-
18 avr.
Prochain événement dans
132 jours
C
E-Prix de Séoul
02 mai
-
03 mai
Prochain événement dans
147 jours
C
E-Prix de Jakarta
05 juin
-
06 juin
Prochain événement dans
181 jours
C
E-Prix de Berlin
20 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
196 jours
C
E-Prix de New York
10 juil.
-
11 juil.
Prochain événement dans
216 jours
C
E-Prix de Londres I
25 juil.
-
25 juil.
Prochain événement dans
231 jours
C
E-prix de Londres II
26 juil.
-
26 juil.
Prochain événement dans
232 jours

Comment Vergne a fait le break pour s'envoler vers un second titre

partages
commentaires
Comment Vergne a fait le break pour s'envoler vers un second titre
Par :
24 juil. 2019 à 13:45

Sacré Champion de Formule E de nouveau en 2018-19, Jean-Éric Vergne a marqué la moitié de ses points cette saison lors des trois courses de l'E-Prix de Monaco à celui de Berne. Une période cruciale qui lui a permis de prendre le large au championnat.

Après cinq manches lors de la saison 2018-19 de Formule E, il paraissait déjà compliqué pour Jean-Éric Vergne de défendre son titre. Le pilote DS Techeetah avait subi trois zéros pointés consécutifs et n'était que 11e du championnat suite à de nombreux accrochages en ce début de campagne notamment, si bien que le doute commençait à s'installer au sein de son écurie.

"Il a fallu se battre contre certaines personnes dans l'équipe qui commençaient à penser que je n'étais probablement plus bon", confie Vergne à Motorsport.com. "C'est dur, parce que les gens attendent des résultats. Et quand on n'en a pas à cause de facteurs externes, les gens haut placés, ils ne regardent que les résultats. Ils ne veulent pas chercher quelle est la raison."

Lire aussi :

"C'est plus ou moins arrivé, j'ai eu des discussions avec des gens qui essayaient de m'aider comme on aiderait un pilote qui a perdu la motivation ou qui a perdu la raison. Ce n'est pas le cas, et je suis plus motivé que jamais. Je déteste perdre plus que j'aime gagner. Quand les choses ne vont pas dans mon sens, je suis prêt à tout remettre en question pour trouver une solution, et pour être meilleur à la course suivante."

Jean-Eric Vergne, DS TECHEETAH en conférence de presse

Malgré un rang peu flatteur au championnat, Vergne n'avait que 26 points de retard alors qu'il restait huit courses à disputer : c'était parfaitement surmontable. Le Français a remporté une belle victoire à Sanya grâce à un dépassement sur le leader Oliver Rowland, avant de connaître de nouvelles difficultés à Rome et à Paris, mais le meilleur restait à venir.

Monaco, j'ai fait une simulation de course, mais le travail de préparation que j'ai fait sur le simulateur, c'était principalement sur les qualifications", détaille-t-il. "Pour Berne, je n'ai pas fait la moindre simulation de course, seulement de qualifications, car je savais que même si on a un bon rythme de course, si on part 15e, on ne va jamais remporter cette course."

"En raison de la nature du circuit, je savais que tout se jouait en qualifications. C'est pourquoi j'ai eu quelques difficultés lors de cette course, mais je m'en moquais. J'étais très confiant. S'il y a une chose que j'ai appris en Formule E, c'est comment défendre."

Se concentrer sur les qualifications a porté ses fruits, c'est le moins que l'on puisse dire. À Monaco, encore placé dans le Groupe 2, Vergne a signé le meilleur temps de la phase de poules avec un centième d'avance sur Pascal Wehrlein avant de voir la première place de la Super Pole lui échapper pour deux centièmes face à Oliver Rowland, mais ce dernier était pénalisé sur la grille pour un incident survenu aux Invalides. Vergne a donc hérité de la pole position et a parfaitement maîtrisé la course pour s'imposer.

Jean-Eric Vergne, DS TECHEETAH, DS E-Tense FE19 an lutte avec Mitch Evans, Panasonic Jaguar Racing, Jaguar I-Type 3

Le Francilien s'est ensuite retrouvé dans le Groupe 1 à Berlin et à Berne, une situation délicate en raison des conditions de piste peu favorables. Cependant, s'il est un circuit de Formule E où les dépassements sont aisés, c'est bien celui de l'aéroport de Tempelhof, et Vergne s'est propulsé de la huitième place de la grille jusqu'au podium. Enfin, à Berne, il a réalisé une performance époustouflante en se classant deuxième de la phase de poules des qualifications malgré sa présence dans le fameux Groupe 1 ; il s'est ensuite emparé de la pole position avec autorité et s'est imposé en résistant avec brio à la pression de Mitch Evans (voir photo ci-dessus).

Pilotes ayant atteint la Super Pole depuis le Groupe 1 en 2018-19

E-Prix Pilote Équipe Position
Morocco Marrakech Portugal António Félix da Costa  BMW i Andretti 4e
Morocco Marrakech France Jean-Éric Vergne  DS Techeetah 5e
Morocco Marrakech New Zealand Mitch Evans  Jaguar 6e
Mexico Mexico Portugal António Félix da Costa  BMW i Andretti 6e
Hong Kong Hong Kong Brazil Lucas di Grassi  Audi Sport Abt 6e
China Sanya Portugal António Félix da Costa  BMW i Andretti 2e
France Paris Belgium Jérôme d'Ambrosio  Mahindra 5e
Germany Berlin Brazil Lucas di Grassi  Audi Sport Abt 6e
Switzerland Berne France Jean-Éric Vergne  DS Techeetah 2e
United States New York Switzerland Sébastien Buemi  Nissan e.dams 6e

Lire aussi :

Une moisson de 68 points en trois courses, soit la moitié de son total sur l'ensemble de la saison : Vergne se retrouvait avec une saine avance au championnat et n'avait plus qu'à concrétiser à New York, ce qu'il a fait... de manière légèrement polémique. Il n'empêche que c'est lui, le premier double Champion de Formule E.

Propos recueillis par Alex Kalinauckas

Article suivant
Quand Boris Johnson pilotait une Formule E

Article précédent

Quand Boris Johnson pilotait une Formule E

Article suivant

Porsche et Mercedes ne font pas peur à Vergne

Porsche et Mercedes ne font pas peur à Vergne
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule E
Pilotes Jean-Éric Vergne
Équipes Techeetah
Auteur Benjamin Vinel