Di Grassi - "Renault e.dams reste l'équipe à battre"

Le Brésilien pointe en tête du championnat après sa victoire en Malaisie, mais ne perd pas de vue l'écart qui sépare son équipe de la formation française sur le papier.

Vainqueur à Putrajaya samedi pour le deuxième ePrix de la saison, Lucas di Grassi a su résister dans une course qu’il qualifie lui-même de "la plus difficile" qu’il a eu à effectuer en Formule E. Les évènements ont été riches et, si l’on pensait voir Sébastien Buemi s’envoler vers une deuxième victoire, le pilote brésilien a su se montrer calme et patient pour tirer son épingle du jeu, quand ses adversaires rencontraient un à un des ennuis. Dans la fournaise de la ville malaisienne, machines et pilotes ont été mis à rude épreuve. 

"Ma course était mise en péril par la chaleur. J’ai dû réduire mon rythme, et je crois que tout le monde a dû faire pareil", explique Di Grassi. "Je crois seulement que nous avons mieux géré cela." 

"Pour moi, la partie la plus difficile était de contrôler l’envie forte d’essayer de dépasser la voiture devant moi, sachant que la course allait être très longue, et que l’on devait maîtriser les températures. C’était une course de patience, et il fallait être très précis car il y avait beaucoup de marbles sur la piste. Le nouvel asphalte se détachait, il fallait être très précis et ne pas faire d’erreur. C’était un jeu psychologique très, très difficile pendant cette course. Je crois que c’était la course la plus difficile que j’ai connue jusqu’à présent."

Des progrès depuis Pékin

Avec cette victoire, sa deuxième en Formule E, Di Grassi prend les commandes du championnat pilotes devant Buemi, pendant que son équipe ABT Audi Sport s’empare de la tête du championnat par équipes. Mais le natif de Sao Paulo ne s’y trompe pas, et désigne l’équipe Renault e.dams comme le favori toujours logique pour la suite de la saison. 

"Je crois que nous avons beaucoup progressé depuis Pékin", constate-t-il. "J’ai fait le meilleur premier secteur et le meilleur deuxième secteur en qualifications, donc nous avons clairement franchi un cap depuis Pékin, où nous n’étions pas rapides." 

"Maintenant, nous devons comprendre ce qu’il faut faire pour rattraper Renault. C’est encore l’équipe à battre, c’est encore la voiture qui est la plus performante. C’est bien d’être là où nous sommes actuellement, mais nous devons rentrer à la maison et commencer à travailler énormément en vue de la course de Punta del Este."

Le résumé vidéo de l'ePrix de Putrajaya

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule E
Événement ePrix de Putrajaya
Circuit Streets of Putrajaya
Pilotes Lucas Di Grassi
Équipes Audi Sport Team Abt
Type d'article Actualités
Tags chaleur, malaisie, reaction