La FIA installe des caméras pour surveiller les arrêts au stand

La FIA a installé des caméras dans les garages pour surveiller les changements de monoplace, suite à la controverse qui a suivi sa décision d'enlever le temps minimal d'arrêt au stand.

L'instance dirigeante a clarifié ce qui était autorisé durant la procédure de changement de voiture à l'occasion de l'E-Prix de Punta del Este, le mois dernier, les écuries ayant demandé davantage de détails.

Les pilotes doivent être correctement harnachés à tout moment où la voiture est en mouvement, et il n'est pas autorisé d'enlever le volant avant de s'arrêter. Les écuries n'ont pas le droit de boucler certaines ceintures avant qu'un pilote ne soit installé dans le baquet ; c'est à ce moment-là que le Belt Tension Device, qui se trouve sur les épaules du pilote, peut être activé.

Chaque équipe dispose de deux caméras qui doivent être installées au-dessus de la deuxième monoplace de chaque pilote. Celles-ci doivent être positionnées de manière à donner une vue dégagée de toute la procédure. Ce sont les équipes qui sont responsables de leur exploitation, et les images seront transmises à la direction de course pour pouvoir être analysées après la course.

Si un incident se produit et que les commissaires obtiennent davantage d'informations à son sujet entre deux E-Prix, ils ont désormais le pouvoir d'en débattre lors de la manche suivante et d'infliger des sanctions si des infractions sont découvertes.

Auparavant, la procédure de changement de monoplace était simplement surveillée dans le garage par des contrôleurs, qui vont continuer de superviser les événements.

Le temps minimal d'arrêt au stand a été abandonné à l'aube de l'E-Prix de Santiago, en février dernier. Lors de cette course, les équipes Techeetah et Dragon ont reçu une amende pour avoir modifié les harnais de sécurité, tandis qu'à la manche suivante, à Mexico, André Lotterer a percuté un mécanicien en sortant de son garage.

Lorsque Motorsport.com lui demande pourquoi la FIA reste ferme sur l'absence de temps minimal, son président Jean Todt insiste sur le fait que la sécurité dans les stands est la responsabilité des équipes et des pilotes.

"C'est quelque chose sur quoi nous travaillons depuis deux ans", déclare-t-il. "Nous avons pensé que dans une catégorie si compétitive de sport automobile, nous voulions permettre aux meilleurs de faire la différence. Clairement, tout a été fait lors de ces deux années de recherche pour pouvoir effectuer les arrêts au stand en sécurité. Et nous pensons que c'est ce qui s'est produit."

"Maintenant, c'est la responsabilité des équipes de respecter la réglementation. Parfois, les équipes souhaitent être plus compétitives que les autres et sont prêtes à prendre des risques. Nous ne le permettrons pas."

"Si vous voulez essayer de gagner du temps en vous détachant avant votre arrêt ou en vous attachant après être reparti, vous serez signalé aux commissaires, qui prendront des décisions fortes. Mais si vous suivez les règles et la procédure, je pense qu'il n'y aura pas de problème de sécurité. J'espère que tous les pilotes et toutes les équipes seront responsables, et nous ne devrions pas avoir de problèmes."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule E
Événement E-Prix de Rome
Circuit Circuito Cittadino dell'EUR
Type d'article Actualités