L'équipe Mahindra avance-t-elle dans la bonne direction?

Choquante, frustrante, décevante, insuffisante. Autant de mots qui peuvent qualifier la première saison de Mahindra Racing dans le Championnat de Formule E de la FIA.

L'objectif, au cours de la première saison d'existence du championnat, aura été de remporter le titre; mais malheureusement pour l'équipe indienne, il a fallu se contenter d'une modeste huitième place au championnat des équipes. Une débâcle principalement due à des réglages qui sont allés dans la mauvaise direction en début de saison, provoquant un retard jamais rattrapé. 

Heureusement, ce n'est pas important pour la saison 2, car les voitures sont complètement différentes. Les anciens réglages ne sont plus valides car les équipes peuvent désormais faire leurs propres évolutions sur leur groupe motopropulseur (c'est à dire le système de refroidissement, le moteur électrique, l'inverter (convertisseur) et la boîte de vitesses), ce qui change la voiture drastiquement.

Team Aguri est l'exception qui confirme la règle, ayant choisi de conserver le groupe motopropulseur McLaren utilisé la saison dernière.

Un nouveau départ

Mahindra a été complètement restructuré, si bien que même la gestion quotidienne de l'équipe a changé. Karun Chandhok, quant a lui, a été remplacé par Nick Heidfeld. Bien qu'il soit décevant qu'il n'y ait pas de pilote indien chez Mahindra, c'est une décision compréhensible.

L'approche est similaire à celle de Sahara Force India en F1 : l'équipe doit choisir les meilleurs pilotes possibles pour connaître le succès. Les fans indiens, évidemment, souhaitent à Chandhok le meilleur pour le reste de sa carrière, mais pour Mahindra Racing, il faut aller de l'avant.

Premier test de pré-saison

Les deux premières journées des essais de pré-saison ont été effectuées à Donington, et les fans de l'écurie indienne devraient être encouragés par les résultats. La première journée a vu Senna et Heidfeld se classer respectivement sixième et septième.

Ce qu'il faut souligner au sujet de ce résultat, c'est qu'avec un écart de 3,104 secondes entre Salvador Durán et Senna, il était assez clair que Mahindra était la première des équipes qui ne travaillaient que sur le rythme de course.

Le lendemain, Heidfeld était quatrième et Senna sixième, bien que les temps au tour fussent faussés à cause du trafic rencontré par les deux hommes.

Le facteur le plus crucial, à ce stade de la saison, ce sont les données. Les équipes doivent faire autant de tours que possible pour prouver la robustesse de leur voiture et analyser les données liées à un certain nombre de paramètres tels que la fenêtre de température optimale pour les pneus, la souplesse des suspensions et le fait de maximiser la gestion de l'énergie, pour n'en citer que quelques uns.

Sur les deux jours, Mahindra a parcouru 140 tours. Seul le champion en titre Renault e.Dams a fait mieux.

Conclusions

La principale conclusion qui peut être tirée de ces deux jours d'essais à Donington est que les résultats, lors de cette saison 2, dépendront du circuit de façon considérable.

Une différence majeure entre les diverses voitures de cette saison est le nombre de vitesses de chaque. Le groupe motopropulseur McLaren utilisé lors de la saison 1 dispose de cinq vitesses ; cependant, certaines équipes ont fait d'autres choix avec leurs propres innovations.

Mahindra et Venturi ont choisi une configuration à quatre vitesses, mais d'autres équipes telles que NEXTEV TCR, DS Virgin Racing et Renault e.dams ont privilégié une propulsion directe : concrètement, une configuration à vitesse unique. Il y a une grande diversité d'innovations au sein du paddock, et la plupart des designs devraient se porter à merveille en course.

L'avantage d'une transmission à rapport unique est qu'aucun temps n'est perdu à changer de vitesse. Un changement de vitesse prend environ 0,05 seconde, et dans ce laps de temps, aucune puissance n'est délivrée à la voiture. Pensez au nombre de changements de vitesse en une course! L'innovation fait probablement gagner plus d'une seconde au tour.

D'un autre côté, la transmission directe a pour conséquence qu'il n'y a qu'un niveau d'accélération tandis qu'avec une configuration à quatre ou cinq vitesses, le ratio entre chaque vitesse peut être ajusté. Cela donne plus de marge pour changer le profil de l'accélération de la voiture, en fonction des caractéristiques du tracé.

Sur une piste avec de longues lignes droites comme Puerto Madero, il vaut mieux atteindre la vitesse de pointe plus tôt pour conserver cette vitesse tout au long de la ligne droite. Cependant, sur une piste sinueuse comme Tempelhof Airport, la vitesse de pointe ne sera pas aussi importante que l'appui aérodynamique, donc atteindre celle-ci tôt ne sera pas forcément la solution optimale.

L'assortiment de solutions imaginées par les ingénieurs est intriguant. Il démontre à quel point cette nouvelle saison de Formule E va représenter un défi. Quoiqu'il en soit, elle sera fantastique à regarder pour les fans.

Quant à Mahindra, l'équipe est partie pour connaître une bonne saison. Avec un peu de chance, Mahindra pourrait bien rapporter quelques victoires à l'Inde, et pourquoi pas un titre?

A propos de cet article
Séries Formule E
Événement Tests du mois d'août à Donington
Circuit Donington Park
Pilotes Nick Heidfeld , Bruno Senna
Équipes Mahindra Racing
Type d'article Commentaire
Tags analyse, technique