La chronique de Nelson - Je me sens sur le toit du monde!

partages
La chronique de Nelson - Je me sens sur le toit du monde!
Par :
6 juil. 2015 à 09:56

Nelson Piquet Jr., China Racing, célèbre son titre de Champion Formule E
Nelson Piquet Jr., China Racing, célèbre son titre de Champion Formule E
Nelson Piquet Jr., China Racing, célèbre son titre de Champion Formule E
Nelson Piquet Jr., China Racing, célèbre son titre de Champion Formule E
Nelson Piquet Jr., China Racing, célèbre son titre de Champion Formule E
Nelson Piquet Jr., China Racing, célèbre son titre de Champion Formule E
Jérôme d'Ambrosio, Dragon Racing, donne un coup de main pour interviewer Nelson Piquet Jr., China Racing
Nelson Piquet Jr., China Racing, célèbre son titre de Champion Formule E
Nelson Piquet Jr., China Racing, célèbre son titre de Champion Formule E
Le Champion Nelson Piquet Jr., China Racing
Le Champion Nelson Piquet Jr., China Racing
Le Champion Nelson Piquet Jr., China Racing
Le Champion Nelson Piquet Jr., China Racing
Le Champion Nelson Piquet Jr., China Racing
China Racing fête le titre
China Racing
Nelson Piquet Jr., China Racing
Nelson Piquet Jr., China Racing
Nelson Piquet Jr., China Racing

Dans sa troisième chronique pour Motorsport.com, Nelson Piquet Jr nous parle de sa fantastique victoire dans le tout premier Championnat FIA de Formule E. Il a coiffé la couronne pour un seul points à l’ePrix de Londres, dans la dernière course de la saison.

Bon, que dire?! Cinq jours ont passés [à l’heure où Nelson écrit ces lignes] depuis que je suis devenu le tout premier Champion de Formule E de l’histoire. Je n’ai même pas encore eu le temps de regarder la course et je suis de retour aux USA pour une manche du Global Rallycross [le week-end dernier donc, résumé à suivre sur Motorsport.com]. Pas de repos pour moi!

Avant tout, je voudrais parler de Londres comme un tout: ce que la Formule E a fait à Battersea Park pour organiser cette course est impressionnant. C’était rempli de monde, alors imaginez ce à quoi ça ressemblera dans deux ou trois ans. J’ai peur de voir à quel point ça va devenir énorme!

Je ne savais pas que j’avais gagné

Concernant le Championnat lui-même, il m’a fallu la moitié du tour de rentrée après la course, dimanche, pour savoir que je l’avais remporté – quand le commentateur me l’a dit dans la radio.

Je ne peux expliquer ce que j’ai ressenti, j’ai dû redemander si c’était bien réel et l’émotion était tellement incroyable qu’il est difficile de l’exprimer avec des mots. Le chemin, pour se sortir de ce week-end, avait clairement été semé d’embûches!

Nous étions arrivés avec 17 points d’avance mais je savais qu’avec la possibilité d’en inscrire 60, ce ne serait pas facile. Je sentais que la réelle menace venait de Sébastien Buemi, même si six d’entre nous étions encore mathématiquement en lice pour le titre avant ces deux courses.

Cela s’est avéré encore plus difficile que je n’aurais pu l’imaginer.

La victoire de Buemi a compliqué les choses

C’est devenu vraiment très dur après la course de samedi, que Sébastien a remportée. Cela a réduit l’écart à cinq points et on a vu le samedi que les qualifications étaient la partie la plus importante de la course. Battersea Park est une piste piégeuse, tout simplement du genre que nous adorons tous, mais il y était quasiment impossible de dépasser et la course du samedi s’est essentiellement décidée lors des qualifications.

Partant de ce principe, les qualifications de dimanche pour la seconde course ne pouvaient être pires. Je me suis retrouvé dans le groupe 3, habituellement l’un des meilleurs du fait que la piste a tendance à devenir plus rapide au fur et à mesure du passage des quatre groupes.

Mais la bonne vieille Angleterre a décidé d’ouvrir ses vannes de pluie pile sur notre passage, alors que la piste était sèche pour les trois autres groupes.

Ça devait être ma punition, je pense, pour toutes les fois où je me suis plaint de la pluie en Angleterre! Je ne m’en plaindrai plus jamais, je le promets!

Bref, je me suis qualifié en 16e position le dimanche matin alors que Buemi était 6e. Je me disais que les choses ne pourraient pas être pires et la course allait être très difficile.

Tirer du positif du négatif

D’un point de vue positif, cela m’a enlevé un peu de pression parce que je n’avais plus rien à perdre. Comme j’étais dans le fond du peloton, nous avons opté pour une stratégie agressive et verrions bien où cela nous mènerait.

Les gens de l’équipe m’ont dit de faire de mon mieux et nous avons décidé que je ne poserais aucune question, et qu’eux ne me diraient rien concernant la situation au championnat durant la course.

J’avais juste à y aller et y aller à fond, et c’est ce que j’ai fait. Finalement, j’ai gagné le titre pour un point seulement. Ça n’aurait pas pu être plus serré mais je suis si content que nous l’ayons fait...

La fin d’un long voyage

Ce fut un long voyage et ce championnat a été vraiment dur. Avant la saison, j’avais vraiment dû pousser fort pour avoir un volant. J’ai su seulement deux semaines avant la première course que NEXTEV TCR avait un contrat pour moi, mais ce n’était que pour cinq courses et grâce à mon sponsor, Qualcomm.

Puis il a fallu se battre en début de saison parce que, en temps qu’équipe, nous étions complètement perdus et avons eu beaucoup de terrain à rattraper. Si vous m’aviez dit alors que je gagnerais le championnat, je ne vous aurais pas cru, cela aurait été un choc ne serait-ce que d’obtenir un podium vers la fin de saison – mais nous avons rapidement inversé le cours des choses.

Je me suis très bien adapté à la voiture, nous avons un très bon groupe de personnes qui ont bossé très dur, m’ont fait confiance et ont cru en moi. On n’a pas cessé de travailler, de nous investir et les choses sont allées de mieux en mieux. Une fois obtenue notre première victoire à Long Beach, nous nous sommes rendu compte que nous avions une chance de gagner le championnat. Cela a été incroyable.

Merci les gars!

Je remercie Steven Lu, Adrian Campos et tout le monde chez NEXTEV TCR pour avoir cru en moi, ainsi que les sponsors de l’équipe, Omnigear et tous les autres qui nous ont soutenus. Merci à Qualcomm aussi, pour nous avoir aidés au début.

Je dois aussi saluer mes sponsors personnels: Qualcomm, Visa, Claro, Autotrac, Ion Cameras, Mouser, 100%, Alpinestars et Bell Helmets. Sans eux, je ne pourrais rien faire.

Et merci aussi à vous

Il me faut aussi remercier mes incroyables supporters, car j’ai gagné six fois le FanBoost cette année et ça m’a vraiment aidé, alors merci à tous ceux qui se sont impliqués et nous ont soutenus, nous et ce championnat.

C’est un de mes plus beaux succès, mon plus beau succès même je pense. Et cela a relancé ma carrière car j’ai pu démontrer mon potentiel sur la scène mondiale.

Avec NEXTEV TCR, nous avons prouvé que si vous mettez ensemble un bon groupe de gens, vous êtes capable de vous battre face à des constructeurs. Il faut juste être malin.

J’ai savouré cette victoire pendant quelques jours mais maintenant, je retourne au boulot avec le Global Rallycross Championship cette semaine à New River en Caroline du Nord.

Mon job est de courir et de gagner, et je ne l’envisage pas autrement!

Prochain article Formule E
Mahindra ne continuera pas avec Carlin

Article précédent

Mahindra ne continuera pas avec Carlin

Article suivant

Paris et Mexico au calendrier Formule E 2015-2016; Monaco écarté

Paris et Mexico au calendrier Formule E 2015-2016; Monaco écarté

À propos de cet article

Séries Formule E
Événement ePrix de Londres
Lieu Streets of London
Pilotes Nelson Piquet Jr.
Auteur
Type d'article Commentaire