Rosenqvist pense avoir eu un souci en fin de course

Véritable sensation du week-end marocain, le pilote Mahindra ne s'explique pas la raison pour laquelle il a été bien moins rapide durant la deuxième partie de course, perdant deux places et une possible victoire.

Rosenqvist pense avoir eu un souci en fin de course
Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Podium : le vainqueur Sébastien Buemi, Renault e.Dams; le 2e Sam Bird, DS Virgin Racing; le 3e Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Le casque de Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Podium : le second Sam Bird, DS Virgin Racing et le troisième Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Le vainqueur Sébastien Buemi, Renault e.Dams, et le 3e Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Podium : le 2e Sam Bird, DS Virgin Racing, le 3e Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Pole position pour Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Charger le lecteur audio

Deuxième chrono des qualifications, puis le plus rapide de la Super Pole (le dernier à s'élancer et meilleur temps des phases de groupe, Jean-Éric Vergne n'ayant pas été en mesure de boucler son tour), Felix Rosenqvist a signé la première pole position de l'équipe Mahindra et a totalement dominé le début de course en comptant jusqu'à près de cinq secondes d'avance sur Sam Bird.

Les choses auraient peut-être été différentes si Sébastien Buemi, deuxième de la Super Pole, n'avait été rétrogradé de cinq places sur la grille en raison d'un problème d'extincteur, mais la démonstration du Suédois a eu de quoi impressionner - d'autant qu'il ne s'est arrêté qu'un tour avant l'Anglais et le Suisse en pleine remontée.

Rosenqvist a cependant assez vite baissé la garde après le changement de voiture. Il n'a fallu que quelques tours à Buemi pour revenir sur lui puis le dépasser avec une certaine facilité au 27e tour, et le pilote Mahindra allait également s'incliner face à Bird en vue de l'arrivée. Une baisse de rythme qui a pu sembler étonnante et que la consommation d'énergie ne suffit pas à expliquer, au vu de son premier relais et du fait qu'il n'y avait eu un seul tour d'écart entre son arrêt et celui de ses deux rivaux.

On avait un bon rythme et une bonne efficacité [en matière d'économie d'énergie] avec la première voiture mais nous n'étions pas aussi forts sur la seconde et il nous faut analyser pourquoi”, a dit Rosenqvist à Motorsport.com. “Je sentais que je n'avais pas la pleine récupération mais nous devons analyser cela avec attention. Les autres étaient tellement plus rapides et il n'y avait rien que je puisse faire, mais cela aurait été dur de les battre de toute façon.”

Deux podiums pour Mahindra

Quoi qu'il en soit, Rosenqvist, Champion d'Europe de Formule 3 en 2015 et passé depuis par le DTM et le GT, semble avoir rapidement pris ses marques dans le championnat de monoplaces électriques et a obtenu dès sa deuxième course un premier podium dans la discipline, le deuxième en deux ePrix cette saison pour Mahindra après celui de Nick Heidfeld à Hong Kong où l'Allemand avait terminé à la troisième place.

Je me disais qu'être dans un air propre durant la première moitié de course était sympa et qu'on peut bâtir un écart [dans ces conditions] tout en se ménageant des périodes en roue libre, puisqu'on ne lutte contre personne”, a-t-il ajouté en revenant sur son début de course. “J'avais une très bonne consommation dans les premiers tours.”

J'étais assez nerveux, en fait, mais mes objectifs en termes d'énergie ont été très bons toute la course. Il n'y a eu aucun moment de panique ou quoi que ce soit. C'était très encourageant et ce podium fait évidemment du bien.”

Le calendrier de cette troisième saison est ainsi fait que c'est une pause de 13 semaines qui attend désormais les acteurs de la Formule E d'ici la troisième manche à Buenos Aires. Pour Mahindra, largement de quoi identifier l'éventuel souci évoqué par son jeune pilote, venu remplacer Bruno Senna à l'intersaison, et confirmer ensuite son rang parmi les trois principales rivales de la dominatrice Renault e.dams - avec ABT Schaeffler Audi Sport et DS Virgin.

Nous devons nous réunir et voir où nous pouvons nous améliorer”, confirme Rosenqvist. “Mon sentiment est que dans le premier relais, j'étais plus fort que Sam [Bird] car il a fait un tour de plus et nous lui avons pris quatre secondes et demie. Mais dans le second relais, nous étions une seconde derrière, donc il nous faut en trouver la raison avant les prochaines courses.”

Propos recueillis par Sam Smith

partages
commentaires
Mercedes déjà actif sur son projet Formule E
Article précédent

Mercedes déjà actif sur son projet Formule E

Article suivant

Bird - "19 gars se battaient pour la deuxième place"

Bird - "19 gars se battaient pour la deuxième place"
Charger les commentaires
Pourquoi gagner en Formule E est plus dur qu'en F2 Prime

Pourquoi gagner en Formule E est plus dur qu'en F2

La saison 2021 de Formule E, imprévisible, est restée très ouverte jusqu'à la dernière course. Sacré Champion du monde, Nyck de Vries explique pourquoi sa conquête du titre a été très différente de sa campagne victorieuse en Formule 2 lors de la saison 2019.

Formule E
7 déc. 2021
Les quatre roues motrices, idéales pour les bolides électriques Prime

Les quatre roues motrices, idéales pour les bolides électriques

Les courses sur circuit favorisent traditionnellement les tractions ou les propulsions. Cependant, pour les championnats électriques, une répartition équitable de la puissance est parfaite.

Formule E
15 oct. 2021
Le naufrage de Trulli GP, narré par sa victime Vitantonio Liuzzi Prime

Le naufrage de Trulli GP, narré par sa victime Vitantonio Liuzzi

Après que sa carrière en Formule 1 a tourné court, Vitantonio Liuzzi a tenté de trouver un second souffle en Formule E. Malgré des débuts prometteurs, une décision catastrophique de Trulli GP l'a stoppé net sur sa lancée.

Formule E
6 oct. 2021
Les problèmes révélés par le départ de Mercedes de la Formule E Prime

Les problèmes révélés par le départ de Mercedes de la Formule E

Le retrait de Mercedes de la Formule E à la fin de la saison 2022 contribuera au grand vide laissé par les autres constructeurs Audi et BMW, eux aussi sur le départ. Bien que l'équipe puisse rester en place sous une autre forme, la sortie du nouveau Champion des constructeurs souligne les problèmes actuels de la Formule E.

Formule E
22 août 2021
Pourquoi Audi avait à la fois tort et raison sur la faille réglementaire Prime

Pourquoi Audi avait à la fois tort et raison sur la faille réglementaire

Avec le retrait imminent d'Audi en Formule E, l'équipe n'avait rien à perdre à Londres en tentant de propulser Lucas di Grassi en tête de la course, en l'appelant au stand sous régime de voiture de sécurité. Le mépris envers l'équipe, qui a fait passer la gloire avant l'éthique, devrait plutôt être dirigé vers le règlement qui a permis une telle manœuvre.

Formule E
1 août 2021
Le fiasco de la Formule E à Valence sape le talent des ingénieurs Prime

Le fiasco de la Formule E à Valence sape le talent des ingénieurs

Malgré les tentatives de présenter la farce de Valence comme un échec des équipes à bien anticiper la situation, la Formule E et la FIA ne peuvent échapper aux critiques, surtout au moment où elles veulent assurer la présence à long terme des constructeurs.

Formule E
28 avr. 2021
Comment la "blague" de l'E-Prix de Valence a terni l'image de la Formule E Prime

Comment la "blague" de l'E-Prix de Valence a terni l'image de la Formule E

L’E-Prix de Valence était très attendu ce week-end, puisqu’il s’agissait de la première course du championnat organisée sur un circuit permanent. Mais après une première épreuve marquée par une réduction d’énergie et avec seulement neuf pilotes classés, la Formule E se retrouve une nouvelle fois sous le feu des critiques.

Formule E
26 avr. 2021
Ce début de saison plus controversé que jamais pour la Formule E Prime

Ce début de saison plus controversé que jamais pour la Formule E

La nouvelle saison du Championnat du monde de Formule E a commencé un peu plus tard que prévu en Arabie saoudite, mais le temps perdu a clairement été rattrapé avec de multiples rebondissements sur la piste et en dehors. Pour bien des raisons, c'était une manche d'ouverture explosive, et cela pourrait avoir des répercussions.

Formule E
9 mars 2021