Vergne : "Je me demande si D'Ambrosio a un cerveau"

partages
commentaires
Vergne :
Sam Smith
Par : Sam Smith
2 avr. 2017 à 16:25

Jean-Éric Vergne ne mâchait pas ses mots à l'encontre de Jérôme d'Ambrosio à l'issue de l'ePrix de Mexico, lors duquel les deux hommes ont longuement lutté pour la deuxième place.

Jean-Eric Vergne, Techeetah
Jean-Eric Vergne, Techeetah
Jean-Eric Vergne, Techeetah
Jean-Eric Vergne, Techeetah
Jean-Eric Vergne, Techeetah
Podium : Jean-Eric Vergne, Techeetah
Jérôme d'Ambrosio, Dragon Racing
Jérôme d'Ambrosio, Dragon Racing
Jérôme d'Ambrosio, Dragon Racing
Jérôme d'Ambrosio, Dragon Racing
Jérôme d'Ambrosio, Dragon Racing

Jérôme d'Ambrosio s'est retrouvé à la deuxième place grâce à une stratégie audacieuse, mais a pris le volant de sa deuxième monoplace après seulement 16 tours sur 45. Ainsi, lorsque la voiture de sécurité est intervenue pour la dernière fois au 28e tour, Jean-Éric Vergne a pu réduire l'écart à 1,2 seconde sur le leader Lucas Di Grassi, mais on retrouvait entre eux l'obstacle D'Ambrosio.

Le pilote Dragon disposait de beaucoup moins d'énergie que son rival, mais a défendu sa deuxième place bec et ongles pendant 12 tours avant de finir par céder et de s'effondrer au classement. Vergne, qui n'a pu menacer Di Grassi pour la victoire en raison du temps perdu derrière D'Ambrosio, n'a manifestement pas apprécié les manœuvres de son concurrent.

"C'est la manière par laquelle il s'est défendu que je trouve inacceptable et injuste", s'insurge le Français pour Motorsport.com. "Il m'a tassé hors piste plein de fois quand j'essayais de le dépasser, alors qu'il lui était impossible de finir la course avec son niveau d'énergie. C'était complètement stupide."

"Au final, ça lui a coûté sa course et ça m'a coûté une opportunité de victoire, donc je suis obligé de me demander si ce mec a un cerveau. Il a voulu me parler après la course, mais je n'ai rien à lui dire. Les images sont éloquentes. Je ne pense pas que nous parlerions la même langue sur ce genre de tactique, de toute façon."

D'Ambrosio : "Chacun fait sa course"

Sans surprise, l'opinion de D'Ambrosio est bien différente. Le Belge estime qu'il était dans son droit en défendant sa position malgré la situation critique de sa gestion d'énergie.

"Je faisais ma course, et s'il s'attend à ce que les gens le laissent passer, alors ce n'est pas de la course, si ?" questionne-t-il. "Si la FIA pense que j'ai été trop agressif et que mon pilotage ne respectait pas les règles, ils me le diront et je serai averti, j'en suis certain."

"De mon point de vue, j'ai tourné tôt, je n'ai pas changé de trajectoire. Certes, je n'ai pas laissé beaucoup de place, mais c'est la course. Je comprends que ça puisse être frustrant, mais chacun fait sa course, et c'est ce que les fans veulent voir."

Confusion sur l'énergie

Par ailleurs, D'Ambrosio a confirmé à Motorsport.com qu'une confusion au niveau du nombre de tours qu'il lui restait à couvrir avait causé sa perte, puisque le pilote Dragon a utilisé trop d'énergie en croyant qu'il avait une boucle de moins à parcourir.

"Ce qui s'est passé, c'est qu'à sept tours du but, je gérais l'énergie à la perfection, mais les chiffres de mon tableau de bord ne correspondaient pas à ceux que l'équipe me donnait. Nous avons donc discuté, ils ont dit que je devais voir six tours restants, et je pensais avoir un tour de moins à effectuer, donc j'ai cru que je pouvais en consommer davantage."

"J'ai donc modifié les objectifs de gestion sur mon tableau de bord et j'ai attaqué davantage, jusqu'au moment où nous nous sommes rendu compte que c'était une erreur et qu'il restait réellement sept tours. C'est vraiment dommage après une course si dure, car je pense que j'aurais pu finir au moins cinquième", conclut D'Ambrosio, qui s'est classé 13e de l'ePrix de Mexico.

Propos recueillis par Sam Smith

Article suivant
Championnats - Di Grassi dans les échappements de Buemi

Article précédent

Championnats - Di Grassi dans les échappements de Buemi

Article suivant

Vainqueur, Di Grassi est passé "de l'enfer au paradis"

Vainqueur, Di Grassi est passé "de l'enfer au paradis"
Charger les commentaires