Marta García, la star du karting qui pourrait atteindre la F1

Faisant partie des pilotes de karting les plus prometteurs de ces dernières années, Marta García vient de faire ses débuts en monoplace et rêve de Formule 1. Elle a accordé un entretien à Motorsport.com pour évoquer sa jeune carrière en sport auto.

Il semble qu'il y ait plus de femmes actives en formules de promotion que jamais, et pourtant, aucune ne semble capable d'atteindre la Formule 1.

Les deux pilotes les plus établies, Beitske Visser et Tatiana Calderón, qui couraient respectivement en Formule V8 3.5 et en GP3 la saison dernière, marquent des points mais n'évoluent pas à l'avant du peloton. La prometteuse Sophia Flörsch, quant à elle, a brillé en Ginetta Juniors en 2015 avant de souffrir l'an passé en ADAC F4, souffrant d'un manque d'essais face à des rivaux plus expérimentés.

Une nouvelle jeune fille prometteuse vient d'arriver en formules de promotion : Marta García, qui fait partie des pilotes de karting les plus prometteurs de ces dernières années. Âgée de seize ans, l'Espagnole a remporté la CIK-FIA Academy, ainsi que la catégorie KFJ du Trofeo delle Industrie, un événement où se sont imposés des pilotes comme Lewis Hamilton et Daniil Kvyat par le passé.

La saison dernière, García a rejoint le championnat d'Europe CIK-FIA OK en karting, où elle s'est classée quatrième malgré ce qu'elle a décrit comme un "grand désastre" lors de la dernière manche à Genk, qu'elle a abordée avec des chances de titre mais où elle a subi de "nombreux problèmes" avec son kart.

Marta Garcia Lopez

Du karting à la monoplace

Ce n'est qu'en septembre que Marta García a fait ses débuts en F4, à Valence, alors qu'elle avait initialement prévu de faire ses débuts en monoplace au début de l'année, ayant participé aux essais collectifs de Navarra en pré-saison.

"Nous pensions faire la F4 dès le début de la saison", explique García. "Mais nous ne savions pas si le championnat espagnol serait relevé, car il était nouveau, et nous n'avions pas le budget pour l'ADAC F4 ou pour la F4 Italie."

"La transition du karting à la monoplace a été un peu difficile, car il y a de grandes différences. J'ai fait des essais avec Koiranen GP, mais pas beaucoup, et quand j'ai fait la première course, je n'avais pas piloté la voiture depuis trois mois. Mais je pense que c'était bien de participer aux quatre derniers meetings, car j'ai désormais plus d'expérience en monoplace, donc je peux faire mieux l'an prochain."

Sur le papier, ses résultats n'ont rien d'extraordinaire : en onze courses, García compte la cinquième place pour meilleur résultat, s'étant classée à cette position cinq fois, mais cela a posé des bases solides pour cette saison, où la native d'Alicante espère effectuer une campagne complète dans un championnat de F4.

"Nous voulons courir en F4, mais cela dépend du budget", poursuit-elle. "Si nous avons un bon budget, nous pourrions courir dans le championnat français, ou bien les championnats espagnol et SMP [en Europe du Nord, ndlr]. Je ne pense pas que nous aurons le budget pour faire l'ADAC ou le championnat italien ; les équipes y sont plus chères. Mais en Espagne et en SMP, Koiranen est le coordinateur du championnat et aide à couvrir les coûts."

Marta Garcia

Rêves de F1

Marta García espère devenir la première femme à prendre le départ d'un Grand Prix de Formule 1 depuis plus de 40 ans, ayant déjà attiré l'attention de Ferrari. En effet, la Scuderia l'a invitée à Maranello en novembre dernier pour participer à un programme de trois jours aux côtés d'autres jeunes loups.

"La première journée, c'était de la préparation physique", se souvient García. "Puis la deuxième, nous étions dans le simulateur, c'était vraiment bien, et nous avons fait des jeux de réflexes. Enfin, le troisième jour, nous avons pris la piste à partir de midi. Chaque pilote a eu une demi-journée en piste. Nous avons fait quatre séances chacun, nous connaissions le tracé grâce au simulateur. C'était une très bonne expérience."

"Bien sûr, l'objectif est d'atteindre la F1, puis d'essayer d'y gagner", ajoute l'Espagnole, qui espère rejoindre la catégorie reine du sport automobile d'ici "peut-être quatre ans".

Lorsque nous lui demandons quels pilotes elle admire, García répond : "J'aime Max Verstappen ; pour moi, il est désormais le meilleur pilote en Formule 1. J'aime la façon dont il pilote, son agressivité."

"Quand j'ai commencé en karting, Fernando Alonso était le grand héros. Je pense toujours qu'il est bon pilote, mais il n'a pas de très bons résultats avec McLaren. Je l'aime toujours, mais j'aime Max davantage – ainsi que Lewis Hamilton et Danica Patrick, qui est très douée."

Marta Garcia

La Danica européenne ?

De bien des façons, il est surprenant que plus d'une décennie après que Danica Patrick s'est fait connaître en menant les 500 Miles d'Indianapolis, l'Europe n'ait toujours pas déniché son équivalent – une femme qui ferait carrière dans un championnat de premier plan.

Simona de Silvestro en a probablement été la plus proche, mais après son flirt avec Sauber F1 Team et une saison difficile en Formule E, la Suissesse a jeté son dévolu sur le championnat australien de Supercars.

Marta García peut-elle tordre le cou à cette tendance ? Présidente de la Commission des femmes en sport automobile à la FIA, Michèle Mouton y croit, comme elle l'a révélé dans une entretien récent avec Motorsport.com.

"Je suis convaincue que Marta García, qui vient de débuter en Formule 4, peut aller bien plus loin", commentait Mouton. "Elle a eu beaucoup de succès en karting, elle reste très jeune, et je la trouve prometteuse."

Ces commentaires n'ont pas manqué de faire plaisir à García : "C'est génial qu'elle ait dit ça. C'est vraiment encourageant pour moi. Elle nous aide beaucoup, donc qu'elle dise ça, c'est vraiment sympa."

Les performances en karting sont généralement un bon indicateur du potentiel d'un pilote quant à faire carrière en sport automobile, et d'après ce facteur, il semble que García soit la jeune fille la plus prometteuse depuis bien longtemps.

Cela se traduira-t-il par une ascension jusqu'à la Formule 1 ? Difficile à dire. Comme pour les garçons, cela dépendra en grande partie du budget. Nul doute qu'il faudra en tout cas garder un œil sur elle en formules de promotion !

Marta García
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formula 4
Pilotes Marta Garcia
Type d'article Interview
Tags interview