Formule Renault 3.5 – Interview exclusive Tom Dillmann

Quelques jours après l’annonce de sa titularisation au sein de l’écurie Jagonya Ayam with Carlin pour le championnat de Formule Renault 3

Quelques jours après l’annonce de sa titularisation au sein de l’écurie Jagonya Ayam with Carlin pour le championnat de Formule Renault 3.5 2015, Toile F1 a rencontré Tom Dillmann afin d’évoquer la saison à venir.

- Après votre reconversion en Porsche Carrera Cup France, on vous croyait définitivement tourné vers l’endurance…
- C’est vrai que je ne voyais plus trop de possibilité pour moi en monoplace, surtout sans budget, c’est vraiment compliqué. Et puis l’épisode Russian Time m’avait assez refroidi, donc j’envisageais un autre chemin pour la suite de ma carrière. Il est vrai qu’en tant que pilote, le but est de devenir professionnel, c’est à dire être payé pour piloter des voitures. L’endurance offrait davantage de perspectives en ce sens.

- Comment s’est effectué le rapprochement avec Jagonya Ayam with Carlin pour 2015 ?

- Assez rapidement en fait. J’étais à Barcelone début décembre pour une session de coaching avec l’équipe Motopark, avec laquelle je travaille depuis plusieurs années. Là, j’ai reçu un coup de fil des gens de Carlin qui me proposaient un test à Valencia en Formule Renault 3.5. Après cela, un autre test a été planifié à Estoril. A l’issue de ce roulage, j’avais mon volant pour 2015. Je connaissais un peu les gens de chez Carlin pour avoir disputé une course en GP3 avec eux en 2011, j’avais d’ailleurs signé la pole position. Mais c’est vrai que je ne m’attendais pas vraiment à une telle offre…

- Vous voilà de retour en monoplace, dans un championnat de haut niveau, qui plus est avec une équipe qui a l’expérience du sport auto. Une belle satisfaction pour vous…
- Oui, après le GP2, j’évoluerai à nouveau dans un championnat qui se situe juste en dessous de la Formule 1, et c’est vrai que c’est satisfaisant. Maintenant, l’équipe n’a pas roulé en 3.5 l’an passé, et est en pleine reconstruction pour ce programme. Il y a beaucoup de nouvelles têtes recrutées pour cette année, des mécaniciens comme des ingénieurs. L’équipe part quasiment de zéro, et c’est d’ailleurs pour cela qu’ils ont fait appel à moi, ils cherchaient avant tout un pilote d’expérience, avec un bon feed back sur la voiture. J’arrive à rebondir encore une fois, c’est assez fou… Je sais que je dispose d’une bonne cote en sport auto, quand un volant se libère et qu’il n’y a pas de contrainte de budget, on fait appel à moi, c’est plaisant.

- Le championnat de Formule Renault 3.5 offrira un test en F1 à son champion en fin de saison. La discipline reine, vous y pensez toujours ?
- Je ne suis pas vraiment dans cet état d’esprit. Je fais mon travail, je ne pense pas vraiment à la Formule 1 car d’autres critères rentrent en compte pour y accéder. Mon objectif est avant tout de vivre de ma passion. Mais il est évident que l’éventualité d’un roulage à bord d’une F1, c’est une sacrée carotte.

- Quels objectifs vous fixez-vous pour cette saison 2015 ?
- Difficile à dire car l’équipe est quasiment nouvelle. Le but est évidemment de gagner le championnat, mais il faudra pour cela être bien dans l’équipe, être performants dès le début de saison, le plus vite possible. Mon rôle sera justement de guider les ingénieurs pour mettre au point la voiture, ils comptent sur moi pour cela aussi.

- Evoluer en tant que seul pilote de pointe dans l’équipe, est-ce handicapant ?
- Non pas vraiment car, encore une fois, j’ai assez de connaissances et d’expérience pour régler la voiture. D’ailleurs, l’équipe compte aussi sur moi pour aider Sean Gelael à progresser rapidement dans la discipline.

- Après la Russie, c’est donc l’Indonésie qui relance votre carrière…
- C’est vrai. Et ils mettent les moyens pour réussir et ils font les choses en grand. J’ai passé une semaine à Jakarta à me consacrer à des conférences de presse, des émissions TV, talk shows, et diverses opérations de communication, c’était incroyable. A ce propos, j’ai surtout signé avec le sponsor Jagonya Ayam, et ils sont désireux de m’accompagner le plus longtemps possible, avec des plans à longs termes. C’est aussi très réjouissant. J’ai hâte que la saison démarre…

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule Renault
Pilotes Tom Dillmann , Sean Gelael
Équipes Carlin
Type d'article Actualités