FR 3.5 - Au Paul Ricard, Vergne gagne à Monza et en France !

Jean-Eric Vergne n’avait pas d’adversaire à sa hauteur sur le circuit du Castellet où le membre de l’Equipe de France FFSA Circuit a fait main basse sur deux pole positions, une victoire et un podium

Jean-Eric Vergne n’avait pas d’adversaire à sa hauteur sur le circuit du Castellet où le membre de l’Equipe de France FFSA Circuit a fait main basse sur deux pole positions, une victoire et un podium. La dynamique de succès du Français avait des ramifications jusqu’en Italie ; le Tribunal d’Appel lui a en effet rendu sur tapis vert sa victoire de Monza. Jean-Eric revient à deux points du leader du championnat Formula Renault 3.5 Séries. La finale de Barcelone (8-9 octobre) promet d’être palpitante.

En arrivant sur le circuit Paul Ricard, le week-end dernier pour la pénultième manche des Formula Renault 3.5 Séries, Jean-Eric Vergne avait un trou de 34 points dans sa trésorerie par rapport à celle de son équipier, Richard Wickens. Il est reparti du sommet du plateau du Camp avec en poche l’un des points culminants de sa saison : deux pole positions, une victoire, un podium… et une réhabilitation dans la seconde course de Monza où sa victoire loyalement acquise sur le ruban noir italien lui avait été retirée sur tapis vert par la direction de course qui avait confondu sa monoplace et celle de Daniel Ricciardo, coupable d’une infraction au règlement sportif. Le membre de l’Equipe de France FFSA Circuit a totalisé 50 points sur l’ensemble des trois jours et revient à deux unités de Robert Wickens.

Quatrième de la première qualification à deux minutes du drapeau à damier, Jean-Eric a bouclé un tour idéal qui était synonyme de pole position. Le lendemain, il rééditait son exploit sur l’une des 167 versions du circuit Paul Ricard HTTT malgré une averse qui rajoutait un paramètre à l’équation varoise. "Samedi, j’ai tout donné pour aller chercher la pole et dimanche j’ai profité de la spécificité du circuit et de ses dégagements pour trouver la limite de l’adhérence et la trajectoire idéale quitte à parfois visiter les bas-côtés," explique le pilote de Pontoise. "J’ai réussi à tout mettre dans l’ordre pour le dernier tour qui était un moment de pilotage très gratifiant !" admet Jean-Eric dont l’avance sur son plus proche poursuivant, huit dixièmes de seconde, donnait le bourdon à ses adversaires.

La première épreuve fut une formalité pour le pilote Carlin qui a fait la course en tête du départ à l’arrivée et qui a eu l’insigne honneur de se voir remettre son trophée par le quadruple champion du monde de F1, Alain Prost. "C’est une émotion particulière : la Marseillaise à domicile, et la présence d’Alain Prost, ce sont des instants précieux dans la carrière d’un pilote et encore plus dans ces circonstances où j’ai pour ambition de décrocher l’un des titres majeurs en-dessous de la F1."

Dimanche, Jean-Eric virait en tête mais son écurie Carlin retrouvait ses vieux démons de Silverstone et laissait les secondes s’égrener pendant l’arrêt au stand du Français. Jean-Eric reprenait la piste derrière Rossi et Ricciardo et, malgré des trésors de pilotage, ne parvenait pas à se défaire de l’Australien. "C’est rageant car lorsqu’on part depuis la pole position l’objectif est forcément de gagner. On avait la voiture pour le faire avec une avance confortable mais pour la deuxième fois de la saison le pit stop m’a coûté cher. J’espère que c’est la dernière car nous n’aurons pas le droit à l’erreur à Barcelone !"

[Communiqué de la FFSA]

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule Renault
Pilotes Alain Prost , Robert Wickens , Daniel Ricciardo , Jean-Éric Vergne
Équipes Carlin
Type d'article Actualités