FR 3.5 - Berthon : "Gagner à domicile, c'est extra"

Nathanaël Berthon, pilote ISR en Formula Renault 3

Nathanaël Berthon, pilote ISR en Formula Renault 3.5 Series, retrouve la manche française des World Series by Renault avec plaisir. L’an dernier, il avait remporté une des deux courses de Magny-Cours en FR 3.5 Series. Si le circuit change cette année avec un meeting au Paul Ricard HTTT, Nathanaël Berthon se dit heureux de rouler devant son public… et espère briller à nouveau.

Nathanaël, c’est encore un peu tôt, mais quel bilan faites-vous de votre deuxième saison en Formula Renault 3.5 Series ?

"Mon début de saison était un accident de parcours. Tout le monde s’est remis en question. De mon côté, j’ai su m’entourer quand ça n’allait pas trop. J’ai un nouveau physiothérapeute, David Alaria, aussi préparateur physique de l’Équipe de France FFSA Karting. J’ai beaucoup travaillé avec lui pour revenir. Et mon nouveau manager, Peter Collins, m’a fait revoir en profondeur mon style de pilotage. Ce n’est pas simple de repartir de zéro et de tout remettre en cause, mais c’est ce qu’il fallait. Il ne m’avait pas fixé d’objectifs avant Silverstone, j’ai signé un bon résultat (NDLR : 4e samedi, 3e dimanche) plus tôt que prévu. Je suis satisfait de cela et de tout le travail qui a été fait pour le décrocher."

Vous avez un équipier, Daniel Ricciardo, très exposé et qui roule désormais en Formule 1. Est-ce un avantage ou une difficulté pour vous ?

"C’est une force, car Daniel a une très forte crédibilité. C’est un très bon pilote, aux yeux de beaucoup de monde. Pour moi, c’est une très bonne chose de voir que je peux rivaliser et me hisser à son niveau, d’autant qu’il a d’avantage d’expérience. Sa notoriété peut m’être bénéfique, surtout si je parviens à le devancer. J’apprends beaucoup de lui, il me tire vers le haut. On peut faire du bon travail et même si Carlin a une longueur d’avance, on peut les rattraper en termes de rythme. Les battre en course, c’est une autre histoire."

La manche française des World Series by Renault se tient sur le Paul Ricard HTTT. L’an dernier, à Magny-Cours, vous aviez remporté une des deux courses du weekend…

"Magny-Cours, c’est un excellent souvenir. Il faut dire aussi que j’adore ce circuit. Mais gagner en France, pour un pilote français, c’est extra. Ça marque les esprits. Aujourd’hui, les gens me parlent encore de cette victoire ! Les World Series by Renault sont un évènement familial, je pense que ceux qui ne connaissaient pas le sport automobile ont retenu mon nom grâce à ma victoire et parce que je suis Français."

Rouler en France peut aussi entrainer une pression particulière pour vous…

"Beaucoup d’amis vont venir me voir. Je vais également rencontrer des gens qui peuvent me soutenir pour ma carrière. Je vais aussi aider un ami chanteur, Grégory Bakian, qui va tourner son clip dans mon équipe durant le week-end. Je sais également que la télé auvergnate va se déplacer, que la FFSA sera là… il va falloir assurer !"

Vous êtes justement pilote de l’Équipe de France FFSA. Que vous apporte ce statut ?

"Ça nous aide à travers un encadrement, des stages de préparation et une participation financière. C’est aussi bien en termes de promotion, car nos performances sont mises en valeur par la FFSA, qui communique régulièrement. Et le fait de représenter son pays, c’est une fierté. Enfin, la FFSA peut avoir un rôle prépondérant dans notre carrière en nous faisant rencontrer les bonnes personnes."

[Communiqué de la FFSA]

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule Renault
Pilotes Peter Collins , Daniel Ricciardo , Nathanaël Berthon
Équipes Carlin
Type d'article Actualités