Contenu spécial

David Coulthard : Pourquoi les femmes pilotes sont plus que nos égales

Dans le cadre de la nouvelle interview #ThinkingForward, l'ancien pilote de F1 David Coulthard et son associé Karel Komarek expliquent pourquoi ils financent un nouveau programme ambitieux visant à donner aux femmes pilotes les moyens d'accéder à la F1.

More Than Equal a pour but de déconstruire les préjugés sur les femmes pilotes

Motorsport Business

Toutes les informations liées à l'économie et aux affaires dans les sports mécaniques.

En 30 ans de carrière dans le sport automobile, David Coulthard a décroché de nombreux succès. Il n'a jamais remporté le Championnat du monde de Formule 1 mais il est résolu à aider une femme à atteindre cet objectif. Sa sœur, Lynsay, était une pilote de kart talentueuse, et ses parents l'ont soutenue équitablement par rapport à David dans ses jeunes années. Toutefois, elle est sortie du système, comme de nombreuses apprenties pilotes, à l'adolescence.

Pourquoi n'y a-t-il pas de femmes sur la grille de départ en Formule 1 ? Plusieurs initiatives ont été lancées au cours des dix dernières années pour tenter de répondre à l'une des questions les plus fréquemment posées sur la catégorie reine.

Du programme Girls on Track de la FIA au championnat W Series, dont Coulthard est fondateur et partenaire, les opportunités sont de plus en plus nombreuses. En revanche, aucune ne résout ce qui est requis pour arriver en F1 : une meilleure détection à un jeune âge et un bon financement (et tout autre type de soutien professionnel) pour un programme défini jusqu'en F1. C'est ce dont ont bénéficié d'une manière ou d'une autre les grands noms actuels tels que Lewis Hamilton ou Pierre Gasly.

Coulthard s'est donc associé avec un ami, l'homme d'affaires tchèque Karel Komarek, pour mettre en place une structure de développement à but non lucratif appelée More Than Equal ("plus qu'égales" en français), au sein de laquelle collaborent des experts du fitness, du coaching, de la psychologie ou encore du sponsoring.

C'est un engagement ouvert, d'une durée initiale de dix ans. Komarek est plus connu comme étant l'opérateur de loteries nationales dans plusieurs pays européens ; son entreprise Allwyn Entertainment a récemment remporté la licence UK National Lottery tant convoitée.

More than equal seeks to break down misconceptions about female racers.

Jessica Hawkins

Alors que Coulthard a une sœur qui ne pensait pas qu'un chemin pouvait emmener les femmes en F1, Komarek a grandi en Tchécoslovaquie communiste et n'a pas eu accès aux réseaux commerciaux de l'Ouest.

"Le pays était fermé, nous ne pouvions pas voyager ni concourir. J'ai appris énormément lors des 25 dernières années", déclare-t-il. "On peut en dire autant pour les jeunes femmes pilotes : si l'on n'a pas d'opportunité – à l'âge de dix ou douze ans – d'identifier les prémices de talent, d'assurer qu'elles aient les mêmes compétences et compétitivité que les autres hommes pilotes, l'histoire est similaire."

Coulthard a fait appel aux meilleurs. Citons Hintsa Performance, dont les entraîneurs s'occupent de nombreux pilotes de F1, pour obtenir d'excellents services d'évaluation, de coaching et de préparation mentale. Le conseil consultatif comprend de nombreuses personnalités du milieu, comme Kate Bevan, ancienne directrice de la F1, Julia George, responsable du sponsoring de Heineken, partenaire de la F1, et Anthony Hamilton, le père de Lewis.

"Grâce à mon expérience en Formule 1, grâce aux autres personnes que nous avons, avec l'expérience commerciale de Karel et son dévouement, si nous rassemblons de bonnes personnes motivées, nous avons une super équipe", assure Coulthard. "Alors si nous ne pouvons pas avoir un effet positif et essayer de soutenir et assurer la présence de talents pour l'avenir, qui le peut ? Parce que les écuries de Formule 1 sont trop occupées à faire ce qu'elles font. Et très franchement, apporter un soutien à ce niveau ne les intéresse pas. Ce que nous allons faire, c'est créer des talents, et soutenir des talents qui vont ensuite être recrutés parce qu'ils méritent de faire partie d'un programme de jeunes pilotes. C'est ça la différence."

"Cela nous donne du baume au cœur, car nous croyons pouvoir contribuer au changement. Et si personne ne le fait, rien ne se passe. W Series en est un exemple. C'est controversé pour certaines personnes. Mais cela a mis un certain nombre de femmes sous les projecteurs."

"Il ne s'agit pas de savoir ce que nous pouvons en tirer financièrement. Il s'agit de créer une plateforme financière viable, que nous allons devoir soutenir au début, mais nous voulons trouver des partenaires qui regardent au-delà de leurs logos. Nous sommes engagés là-dedans pour le long terme. Cela signifie que tant que nous sommes là et que nous sommes en vie, nous voulons soutenir ce programme."

Le lancement officiel de More Than Equal a eu lieu avant le Grand Prix de Grande-Bretagne et a été quelque peu éclipsé par le tollé sur les propos inacceptables de Nelson Piquet sur Lewis Hamilton. Cette semaine l'a illustré : bien que le sport automobile progresse en devenant de plus en plus inclusif sur tous les fronts, la tâche demeure ardue.

More Than Equal cherchera, par le biais de données, à mettre fin aux idées reçues sur les femmes pilotes, telles que le manque de force, d'agressivité ou d'acceptation du danger. Ces idées reçues ont posé des obstacles par le passé. Coulthard prend en exemple la double championne olympique de boxe Nicola Adams et les pilotes d'avions de combat qui ont servi dans l'armée en Afghanistan.

L'Écossais est convaincu que les pilotes, hommes ou femmes, ne pensent pas au fait qu'ils peuvent se blesser en prenant le volant d'une voiture de course. Il cite son propre exemple poignant, lorsque Williams lui a donné sa chance en F1 à la suite du décès d'Ayrton Senna en 1994.

More than equal seeks to break down misconceptions about female racers.

Alice Powell

"Cela ne vient simplement jamais à l'esprit", indique-t-il. "Regardez comment je suis arrivé en F1, regardez Ayrton. Je me suis retrouvé dans la même voiture littéralement trois semaines plus tard. J'avais testé cette voiture régulièrement, j'avais fait un shakedown avant qu'il aille à Imola, dans le même châssis. C'était la malchance des dieux de la course."

Ce qui ferait certainement beaucoup avancer la cause serait l'arrivée en F1 d'une fille d'un ancien pilote reconnu. Nico Rosberg, Sebastian Vettel et Juan Pablo Montoya ont des filles, mais elles ne sont pas encouragées à courir. Toutefois, la fille de Mika Häkkinen, Ella, est en karting et s'approche de l'adolescence. Selon Coulthard, son ancien coéquipier chez McLaren : "Ça passionne Mika."

Pour plus d'informations sur More than Equal, rendez-vous sur www.morethanequal.com.

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Ressuscitée, Lola envisage un retour en compétition
Article suivant CUPRA entame son processus d'apprentissage à Zolder en FIA ETCR

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France