Décès d’Eric Broadley, père de la marque Lola

Eric Broadley, le fondateur et esprit de la prestigieuse marque de voitures de courses Lola et un des grands designers britanniques, est tristement décédé à l’âge de 88 ans.

Eric Broadley fut, avec Colin Chapman, John Cooper et Major Arthur Mallock, l’un des grands visionnaires de l’industrie du sport automobile britannique.

Mais contrairement à plusieurs de ses collègues, Broadley ne s’est jamais beaucoup intéressé à la Formule 1. Au contraire, il s'est largement diversifié, et ses voitures Lola ont couru dans des dizaines de catégories, partout à travers le monde.

Tout a commencé en 1958 avec la création, dans une petite cabane, de la Lola Mk1. Durant les années 1960-70, Broadley a produit la fameuse Lola T70, puis la redoutable Lola de Formule 5000 et ensuite les différents prototypes de Groupe C. On se souviendra aussi du châssis conçu par Broadley et destiné aux fabuleuses Ford GT40 qui ont remporté de magnifiques victoires aux 24 Heures du Mans face aux Ferrari et autres monstres sacrés de l'Endurance.

Un peu de Formule 1

Mais cet ingénieur britannique a quand même (un peu) goûté à la F1. Il y eut d’abord la Bowmaker Lola Mk4 de l’écurie de Reg Parnell en 1962. Puis, le châssis de la Honda F1 RA300 (voiture surnommée la "Hondola") qui a remporté le Grand Prix d’Italie à Monza en 1967. Puis, Broadley s’est associé avec Graham Hill pour produire le châssis de la Embassy Hill au cours des années 70.

Ce sont aussi des Lola d’Eric Broadley que Gérard Larrousse et son associé de l'époque, Didier Calmels, ont fait rouler à la fin des années 80 et au début des années 90. Puis, Lola a produit les châssis de l’écurie américaine Team Haas, qui bénéficiait du soutient de Ford. Lola a aussi produit les châssis de la petite écurie de F1 Scuderia Italia.

Simultanément, Lola a produit des monoplaces destinées à la Formule 3000 et aussi des voitures pour la série IndyCar.

Victoires à Indianapolis

En 1966, Graham Hill est devenu le premier Britannique à décrocher la victoire sur le Brickyard d’Indianapolis aux commandes d’une Lola T90. Puis, de grands noms tels Mario Andretti, Bobby Rahal, Al Unser Jr, Cristiano da Matta, Nigel Mansell, Paul Tracy et Michael Andretti ont décroché des titres dans les séries CART ou ChampCar à bord de voitures Lola.

Lola fut aussi une importante école de formation. Entre 1971 et 2012, les bureaux de design de Lola ont vu passer plusieurs grands ingénieurs tels Tony Southgate, John Barnard, Bob Marston, Patrick Head, Ralph Bellamy, Mark Williams, Ben Bowlby et Julian Sole.

Toutefois, et malheureusement, les premiers signes de décadences sont survenus en 1997 quand Lola fut impliqué dans la désastreuse écurie de F1 Master Card. Broadley, ingénieur prolifique, n’était pas le meilleur homme d’affaires, et il avait toujours confié le côté administratif de son entreprise à des spécialistes. Mais cette fois, cette affaire coûta beaucoup d’argent à Lola et, sans l’intervention de Martin Birrane, Lola aurait sombré.

Depuis plusieurs années maintenant, Broadley n’était plus vraiment impliqué et vivait une retraite paisible dans sa ferme du village de Broughton, près des ateliers Lola situés à Huntingdon.

Un concepteur de génie

Eric Broadley a laissé une marque indélébile sur le sport automobile international. C’est en effet Lola qui a produit le plus grand nombre de voitures de courses. À une certaine époque, tous les pilotes professionnels avaient, un jour ou l’autre, piloté une voiture de marque Lola. Il y a eu des Lola en Formule Ford, en Formule 3, en Formule 3000 et Formula Nippon, en Sports 2000, en Indy Lights, en Groupe C, en Formule Vee, en Can-Am, en Formule 5000, en Formule Atlantique, en A1 Grand Prix, bref, un peu partout sur terre !

Eric Broadley, ingénieur et designer incroyablement polyvalent, aura marqué le sport automobile mondial et aura fortement contribué à faire du Royaume-Uni la "Silicone Valley" de l’industrie du sport automobile.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries General
Type d'article Hommage