Les sports mécaniques en danger dans l'UE ?

Les sports mécaniques pourraient cesser d'exister dans l'Union européenne, à moins que leurs entreprises ne répondent à une consultation de l'UE d'ici le 20 octobre, selon l'Association de l'Industrie des Sports mécaniques (MIA) du Royaume-Uni.

Cette consultation de la Cour de Justice de l'Union européenne découle de la mésaventure d'un fermier slovène, Damijan Vnuk, qui est tombé de son échelle lorsque celle-ci a été percutée par un tracteur en marche arrière, en août 2007.

La consultation s'applique aux 27 États membres de l'Union européenne et requiert une assurance de responsabilité civile pour quiconque utilise un moyen de transport motorisé, quel que soit l'endroit. Cela va des tondeuses à gazon et tracteurs aux monoplaces et voitures de course fermées, même sur les lieux privés comme les circuits, dans toute l'UE.

Cela signifie que les collisions en course seraient traitées comme des accidents de la route, et impliqueraient donc logiquement la police.

Chris Aylett, président de la MIA, demande à toutes les entreprises impliquées en sports mécaniques européens de répondre à la consultation de l'UE : "La menace est réelle, ne vous y méprenez pas, cela pourrait mettre fin à tous les sports mécaniques [dans l'UE]. Mon appel va sauvegarder les emplois et l'industrie. Si vous voulez protéger votre emploi en sports mécaniques, alors assurez-vous que votre employeur réponde avant la date limite du 20 octobre."

"L'UE propose une option, à savoir l'Option 3, où leur exigence d'assurance s'appliquera seulement sur les routes. Si nous parvenons à faire choisir cette option, alors les sports mécaniques seront saufs."

Et ne croyez pas que le Royaume-Uni pourrait s'en tirer grâce à sa sortie de l'Union européenne, car celle-ci n'aura lieu qu'en 2019 au plus tôt. La politique évoquée, en revanche, pourrait être mise en place dans les mois à venir.

"Le Brexit ne changera pas les choses", ajoute Aylett. "Si les entreprises n'agissent pas maintenant, les sports mécaniques cesseront d'exister et les entreprises fermeront et nous serons tous au chômage. C'est un choix extrême, et il n'y a pas de temps à perdre."

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries General , Formule 1
Type d'article Actualités