La fusion du GP3 avec la F3 Europe encouragée par DAMS

partages
commentaires
La fusion du GP3 avec la F3 Europe encouragée par DAMS
Par : Benjamin Vinel
26 juin 2017 à 12:33

La fusion possible du GP3 Series avec la F3 Europe pour 2019 est un sujet brûlant dans le monde des formules de promotion.

Santino Ferrucci, DAMS
Tatiana Calderon, DAMS
Bruno Baptista, DAMS
Tatiana Calderon, DAMS
Tatiana Calderon, DAMS
Bruno Baptista, DAMS
Santino Ferrucci, DAMS
Bruno Baptista, DAMS
Santino Ferrucci, DAMS et Bruno Baptista, DAMS

Après les dirigeants de Van Amersfoort et de Hitech GP, deux écuries du championnat européen de Formule 3, DAMS apporte également son soutien à ce projet.

Une fusion permettrait à la FIA de poursuivre la simplification de l'échelle des séries junior de la Formule 4 à la Formule 1, peu après que le GP2 Series a été rebaptisé Formule 2. D'autant que le GP3 et la F3 Europe se trouvent plus ou moins au même niveau, malgré des monoplaces relativement différentes, et peinent quelque peu à remplir leurs grilles : on retrouve seulement 19 pilotes engagés en GP3, 18 désormais en F3 Europe.

"Aujourd'hui, il n'est pas viable d'avoir deux championnats distincts, d'un côté la F3 et de l'autre le GP3", affirme François Sicard, directeur général de DAMS, pour Motorsport.com. "Il est important que l'on puisse arriver rapidement à une fusion entre ces deux championnats."

"Des discussions sont en cours au niveau de la FIA pour arriver rapidement à une solution commune. Nous pouvons être raisonnablement optimistes sur le fait que, d'ici quelques mois, nous ayons l'émergence d'un championnat unique qui soit dans la ligne directe de la F1 et de la F2, qui permettrait une plus grande lisibilité, ce qui n'est pas le cas actuellement."

Réduire les coûts

L'une des questions majeures serait celle de la voiture : ce championnat de Formule 3 reprendrait-il la monoplace de GP3, celle de F3, ou bien serait-il le théâtre de la création d'un nouveau modèle ? Selon François Sicard, le plus important est d'assurer des coûts aussi bas que possible.

"En premier lieu, il est primordial de penser aux coûts", poursuit-il. "Ce sont les pilotes qui apportent les budgets, qu’ils ont pu réunir avec leurs sponsors. Or, une catégorie où le développement technique est permis ne fera qu’accroître les différences budgétaires entre les teams, et par conséquent, sera susceptible de fermer la porte de la catégorie à certains pilotes."

"Il faut essayer de trouver des solutions qui soient plus économes afin de garantir la pérennité de la catégorie en garantissant son accessibilité. Je pense ainsi qu’il faut tendre vers une série de formules monotypes : toutes les équipes avec la même voiture, un moteur, une boîte de vitesse, des amortisseurs et des jantes identiques, sans autorisation de développer ces éléments."

Rappelons que DAMS a rejoint le GP3 Series l'an passé et y a remporté deux victoires avec Jake Hughes. La structure sarthoise aligne cette année Tatiana Calderón, Bruno Baptista et Santino Ferrucci ; ce dernier a marqué trois points à Barcelone, lors du premier meeting de la saison.

Article suivant
ART signe un triplé au Hungaroring

Article précédent

ART signe un triplé au Hungaroring

Article suivant

Les enjeux GP3 - Que la bataille reprenne !

Les enjeux GP3 - Que la bataille reprenne !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries GP3
Équipes DAMS
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités