Top 10 - Les meilleurs pilotes GP3 en 2016

Qui ont été les meilleurs pilotes du championnat 2016 de GP3 Series ? Nous analysons la saison de chaque membre de notre top 10.

10.  Arjun Maini

Jenzer Motorsport

10e, 50 points

Pourcentage des points de l'équipe : 73,5%

À l'origine, Arjun Maini avait prévu de redoubler en F3 Europe avec l'écurie Threebond with T-Sport, mais le moteur n'était pas au rendez-vous et l'Indien a jeté l'éponge après n'avoir marqué que trois points lors des 12 premières courses de la saison.

Maini a alors décidé de rejoindre le GP3 en cours d'année, ce qui s'annonçait délicat au volant d'une monoplace qu'il ne connaissait pas et au sein d'une équipe Jenzer qui n'a pas gagné de course depuis 2012.

Maini a toutefois prouvé que c'est bien le pilote qui fait la différence, montant sur le podium dès la Hongrie (certes grâce à la grille inversée) et enregistrant huit arrivées dans les points en 14 courses. Dommage qu'il se soit fait piéger par la voiture de sécurité virtuelle alors qu'il menait la deuxième course de Hockenheim.

Quoi qu'il en soit, c'est de bon augure pour sa première saison complète en GP3 l'an prochain.

9.  Matt Parry

Koiranen GP

9e, 82 points

Victoires : 1 ( Hungaroring C1)

Pourcentage des points de l'équipe : 55,8%

On s'imaginait que Parry pouvait jouer les premiers rôles après une première campagne prometteuse en GP3, malgré une monoplace différente de l'an dernier, mais ça n'a que rarement été le cas.

Quant tout allait bien, tout allait vraiment bien, comme en Hongrie, où le pilote Koiranen s'est qualifié deuxième et a hérité de la première place avant même le départ lorsque le poleman Nyck de Vries a rencontré un problème technique. Par la suite, Parry n'a jamais été inquiété pour la victoire.

Silverstone a été un autre temps fort pour lui, avec une remontée de la douzième à la quatrième place, lors de la première course... Mais le lendemain, il s'est accroché avec Arjun Maini pour la première place et a subi une crevaison. Scénario similaire à Spa-Francorchamps, où Parry était compétitif mais n'a pas concrétisé en raison de deux accrochages avec Jake Hughes en course.

Enfin, l'ancien jeune pilote Caterham a conclu la saison avec un manque de rapidité chronique, se qualifiant entre la 12e et la 17e places lors des trois derniers meetings. En somme, Parry demeure trop brouillon et irrégulier, même s'il a été le seul pilote Koiranen à jouer occasionnellement les premiers rôles.

8.  Nirei Fukuzumi

ART Grand Prix

7e, 91 points

Pourcentage des points de l'équipe : 15,1%

Seul pilote des neuf principaux protagonistes du championnat à ne pas avoir remporté de course, Nirei Fukuzumi n'en a pas moins démontré une belle régularité.

Certes moins performant que ses trois équipiers d'ART Grand Prix, celui qui n'avait jamais couru sur aucun circuit européen avant 2016 a néanmoins marqué des points lors de tous les meetings. Deux exceptions : Hockenheim et Spa-Francorchamps, où il a été impliqué dans des accrochages en début de première course. Le Japonais s'est aussi montré coupable d'avoir tassé son coéquipier Charles Leclerc dans l'herbe à Monza, ce qui a coûté des points précieux au candidat au titre.

Fukuzumi a conclu la saison comme il l'a commencée, par un podium, et sera certainement un candidat crédible au titre s'il reste chez ART comme prévu en 2017.

7.  Jake Hughes

DAMS

8e, 90 points

Victoires : 2 ( Hockenheim C2,  Abu Dhabi C2)

Pourcentage des points de l'équipe : 59,2%

Le trio de pilotes DAMS pour la première saison de l'équipe française en GP3, composé de Kevin Jörg, Santino Ferrucci et Jake Hughes, paraissait relativement équilibré, mais ce dernier a largement pris l'avantage sur ses coéquipiers.

Hughes a d'ailleurs fait sensation en signant la première pole position de l'année devant Jörg, même s'il n'a rien pu faire pour empêcher Charles Leclerc de remporter la victoire.

Une autre opportunité de succès s'est présentée le dimanche au Red Bull Ring, où Hughes était en pole position grâce à la grille inversée, mais l'Anglais s'est accroché avec... son compatriote Matt Parry, et a fini sixième.

La suite des événements a été plus compliquée, notamment en raison des deux accrochages avec Parry à Spa-Francorchamps, mais Hughes a quand même profité de la grille inversée pour s'imposer depuis la pole position lors de la deuxième course de Hockenheim. Et sa performance du samedi à Monza a été de toute beauté, avec une remontée du neuvième au troisième rang.

Hughes a fini la saison en beauté avec une victoire à Abu Dhabi et des débuts convaincants au dernier meeting de F3 Europe, où il courra à temps plein l'an prochain au sein de l'équipe Hitech GP.

6.  Nyck de Vries

ART Grand Prix

6e, 133 points

Victoires : 2 ( Monza C2,  Abu Dhabi C1)

Pourcentage des points de l'équipe : 22,1%

On attendait peut-être un peu mieux d'un Nyck de Vries qui a rejoint le GP3 en provenance de la Formule Renault 3.5, championnat dont il s'est tout de même classé troisième l'an passé. Le pilote ART n'a pas joué le titre cette saison.

Il est vrai qu'à peu de choses près, les choses auraient pu être différentes. De Vries avait signé une pole position magistrale au Hungaroring avant de connaître un problème technique qui a gâché son week-end avant même le départ. C'étaient là potentiellement 25 points de perdus, voire même davantage en raison du système de grille inversée.

Le jeune pilote McLaren a toutefois prouvé qu'il pouvait être au rendez-vous, vainqueur à Monza (où il a dépassé son coéquipier Albon pour la victoire) et à Abu Dhabi (où il a hérité de la victoire suite à l'accrochage entre Alexander Albon et Jack Aitken).

Cependant, la plupart du temps, de Vries était simplement en deçà de Leclerc et Albon. En dehors de sa pole position hongroise, le Néerlandais s'est régulièrement fait devancer par ces deux coéquipiers en qualifications, même parfois par Fukuzumi.

En course, même constat : trois fois seulement en 18 épreuves, de Vries a été le mieux placé des pilotes ART. On déplore d'ailleurs un accrochage évitable avec Charles Leclerc au départ à Sepang. Mais dans l'ensemble, cela reste une bonne saison.

5.  Antonio Fuoco

Trident

3e, 157 points

Victoires : 2 ( Silverstone C2,  Hockenheim C1)

Pourcentage des points de l'équipe : 92,4%

Antonio Fuoco s'est rapidement imposé comme un candidat au titre en début de saison, se classant dans le top 5 des sept premières courses. Le jeune pilote Ferrari a notamment signé une victoire remarquable dans des conditions d'adhérence précaire lors de la deuxième course de Silverstone, avec en point d'orgue un superbe dépassement sur Charles Leclerc, autre protégé de la Scuderia, de l'extérieur dans Stowe.

Portant son équipe à bout de bras, Fuoco a signé une nouvelle victoire à Hockenheim ainsi que deux nouveaux podiums à Spa-Francorchamps et à Monza, mais ce seront les derniers coups d'éclat de la saison pour le pilote Trident, qui a quelque peu perdu en compétitivité, qualifié 9e en moyenne sur les trois derniers meetings. Cela ne pardonne pas quand on joue le titre face à un pilote du calibre de Charles Leclerc.

C'est toutefois à Sepang que Fuoco a perdu tout espoir réaliste de titre. En pole position de la deuxième course du week-end, l'Italien a manqué son envol avant de décoller sur le vibreur du virage 2, ce qui a provoqué une crevaison sur sa monoplace. Une victoire aurait pourtant pu tout changer.

Dans l'ensemble, cela reste néanmoins une très bonne saison. On a hâte de voir Fuoco évoluer en GP2 Series chez Prema.

4.  Jake Dennis

Arden International

4e, 149 points

Victoires : 2 ( Monza C1,  Sepang C2)

Pourcentage des points de l'équipe : 50,2%

Jake Dennis a été au rendez-vous tout au long de la saison, qualifié sept fois sur neuf dans le top 8, à trois reprises en première ligne.

Il est très impressionnant de voir que Dennis a marqué des points lors de 13 courses sur 18, en sachant qu'il y a une explication aux cinq contre-performances restantes : le pilote Arden a été percuté par Santino Ferrucci (Red Bull Ring C1), pris dans un incident provoqué par Charles Leclerc (Red Bull Ring C2), pénalisé pour non-respect des limites de la piste (Silverstone C1), heurté par Ralph Boschung (Silverstone C2) et victime d'un problème technique sur la grille de départ (Hockenheim C1).

Le reste du temps, le talentueux Britannique soutenu par Racing Steps Foundation s'est immanquablement classé dans le top 7 de chaque course, profitant de la montée en puissance d'Arden en deuxième moitié de saison pour remporter deux victoires : une à Monza, où il a dépassé Charles Leclerc pour s'imposer, et l'autre à Sepang, où il a pris la tête au premier tour sans jamais s'inquiéter.

Quel dommage que Dennis s'apprête à quitter la monoplace, faute de budget.

3.  Jack Aitken

Arden International

5e, 146 points

Victoires : 1 ( Spa-Francorchamps C2)

Pourcentage des points de l'équipe : 49,2%

Jack Aitken a effectué des progrès encore plus remarquables que ceux de son coéquipier Jake Dennis au fil de la saison – logique, puisqu'il est arrivé en GP3 en provenance de FR2.0, alors que Dennis venait de F3 Europe.

Qualifié en moyenne 12e lors des six premiers meetings, Aitken s'est hissé en deuxième ligne de la grille de départ sur les trois dernières manches.

En course, le jeune pilote Renault a connu un premier meeting difficile avant de s'installer régulièrement dans les points en première moitié de saison, puis dans le top 3. Aitken est monté sur le podium à sept reprises lors des neuf dernières courses, remarquable dans un championnat comprenant des grilles de départ inversées !

Le temps fort de sa saison restera sa belle victoire depuis la quatrième place de la grille de départ à Spa-Francorchamps, sans oublier le succès qui lui a probablement échappé à Abu Dhabi à cause de la résistance désespérée d'Alexander Albon. On note également une excellente pige en Formule V8 3.5.

2.  Alexander Albon

ART Grand Prix

2e, 177 points

Victoires : 4 ( Barcelone C2,  Silverstone C1,  Hungaroring C2,  Sepang C1)

Pourcentage des points de l'équipe : 29,4%

Alexander Albon n'était pas vraiment attendu au tournant cette année, malgré une convaincante septième place en F3 Europe la saison dernière, mais a dépassé les attentes en luttant pour le titre jusqu'au bout face à son coéquipier Charles Leclerc, qui partait favori.

Avec quatre victoires (plus que tout autre pilote) et trois pole positions, Albon a prouvé sa valeur sans le moindre doute. Chaque fois qu'il s'est imposé, le Thaïlandais a pris ou conservé la tête de la course au premier tour avant de maintenir son avantage. Avec également trois 2e places à son actif, il a fréquemment joué aux avant-postes. On retiendra par ailleurs sa pole magistrale sous la pluie à Silverstone.

Malheureusement il y a eu quelques courses où Albon a évolué un peu plus en retrait (sans sortir des points pour autant !), à cause desquelles il a abordé le dernier meeting avec 29 points de retard. D'où une manœuvre désespérée sur Jack Aitken, qui venait de le dépasser pour la première place à Abu Dhabi, qui a eu pour résultat un accrochage entre les deux hommes, l'abandon d'Albon et la perte définitive du titre.

C'est malgré tout une saison qui pourrait bien propulser Albon vers d'autres cieux, à commencer par le GP2 ?

1.  Charles Leclerc

ART Grand Prix

Champion, 202 points

Victoires : 3 ( Barcelone C1,  Red Bull Ring C1,  Spa-Francorchamps C1)

Pourcentage des points de l'équipe : 33,5%

Après avoir été meilleur rookie de F3 Europe en 2015, Charles Leclerc partait favori pour le titre GP3 et a relevé le défi sans coup férir. En témoignent ses trois victoires en Course 1 – mieux que quiconque.

Pour preuve, si l'on exclut les épreuves à grille inversée, Leclerc cumule tout de même 162 points ; son plus proche rival, Albon, n'en a que 120, et les autres sont encore plus loin derrière !

Pour le Monégasque, qui a passé la majeure partie de la saison en tête du championnat, la première course de Spa-Francorchamps a été un tournant : la pole position, le meilleur tour et une victoire aisée qui lui ont permis de prendre 22 points d'avance sur Fuoco et 36 sur Albon à l'issue du week-end.

Leclerc a basé sa campagne victorieuse non seulement sur ces trois victoires en Course 1, mais aussi sur une constance impressionnante, puisque le pilote ART a enchaîné neuf arrivées dans le top 6 cet été. Série qui aurait pu être encore plus longue sans un accrochage provoqué par Leclerc sous la pluie au Red Bull Ring et une autre collision à Monza, où il était innocent en revanche. Impressionnant, jusqu'à s'attirer les louanges de Bruno Michel.

Il est dommage que le titre ait été remporté lors d'une course qui s'est terminée par un accrochage, mais l'essentiel était fait, et tous les concurrents du prochain plateau GP2 pourront s'inquiéter de voir le jeune pilote Ferrari évoluer au sein de la dominatrice écurie Prema en 2017.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries GP3
Pilotes Jake Hughes , Nyck de Vries , Jack Aitken , Antonio Fuoco , Matt Parry , Jake Dennis , Charles Leclerc , Alexander Albon , Arjun Maini , Nirei Fukuzumi
Équipes DAMS , Trident , Koiranen GP , Arden International , ART Grand Prix
Type d'article Analyse