Adrian Newey participera aux 24 Heures de Daytona Classic

Designer de génie chez Red Bull Racing, Adrian Newey prendra le volant d’une de ses premières créations à l’occasion des 24 Heures de Daytona Classic en novembre prochain.

Adrian Newey participera aux 24 Heures de Daytona Classic
March 83G GTP
Adrian Newey, Red Bull Racing
Adrian Newey, Red Bull Racing
Adrian Newey, Lotus
Adrian Newey, designer Williams F1, Nigel Mansell, David Brown, ingénieur de course Williams
Adrian Newey et David Coulthard
Emerson Fittipaldi, Fittipaldi F7 Ford
Fittipaldi F8

Newey sera épaulé par Greg Thornton et Brad Hoyt aux commandes de la March 83G Executone à moteur V8 Chevrolet de type IMSA GTP ; une voiture que Newey a lui-même modifiée et qui a bien failli l'emporter lors des 24 Heures de Daytona de 1983.

Newey raconte ses débuts en sport automobile et comment il s’est retrouvé à travailler sur cette March. "Mon premier job a été aérodynamicien chez Fittipaldi F1. Puis, j’ai été dessinateur chez March durant la semaine et ingénieur de course en Formule 2 durant les week-ends", raconte-t-il. "En 1982, j’ai vu cette March 82 d’Endurance traîner au fond de l’atelier. Elle avait mal figuré aux précédentes 24 Heures du Mans. J’ai demandé à Robin Heard, le patron de March, si je pouvais la modifier. Il m’a dit ne pas avoir de budget pour effectuer du travail en soufflerie et qu’il faudrait que je m’occupe de tout afin qu’elle puisse courir en IMSA GTP en Amérique. C’est donc ce que j’ai fait."

Une petite équipe

Newey et deux mécanos sont donc arrivés dans le paddock du circuit de Daytona pour les 24 Heures de 1983 avec cette March 83G. "Je l’ai modifiée, allégé et refait l’aérodynamique à l’œil, ce qui est toujours très risqué", ajoute Newey. "Puis, Heard a vendu cette voiture à Ken Murray et, après un rapide déverminage en Angleterre, elle fut expédiée à Daytona en Floride pour la course."

Durant les essais libres, la voiture, pilotée par Marty Hinze, Terry Wolters et Randy Lanier, n’est pas très compétitive et ne fait que casser. Newey se dit que la course sera relax : "La voiture va tenir durant deux heures puis va casser, et on ira se coucher." L’équipage prend le départ de la course et Newey raconte qu’après quelques heures, les filles responsables du chronométrage et du tour par tour dans l’équipe ont complètement perdu le compte.

"À deux ou trois heures du matin, je vais aux sanitaires du paddock et je jette un œil à la tour illuminée qui donne le classement. Tout en haut, je vois le chiffre ‘88’. Je vais aux toilettes et, soudainement, je réalise que c’est le numéro de notre voiture ! Nous avons mené la course à partir de la 12e heure jusqu'à deux heures de l'arrivée, quand le moteur s’est mis à ratatouiller. Nous avons quand même terminé seconds. C’est la course qui a lancé ma carrière", affirme Newey.

L’ingénieur britannique révèle avoir rencontré Greg Thornton, un de ses deux coéquipiers pour Daytona, lors du Grand Prix de Monaco Historique en 2016. "Il m’a dit vouloir inscrire la March Executone de 1983 aux 24 Heures de Daytona Classic et m’a demandé si je voulais bien partager le volant avec lui", ajoute Newey, qui a évidemment accepté l’offre qui lui avait été faite.

"Ce sera un moment très spécial pour moi de retourner sur ce circuit où j’ai commencé comme jeune ingénieur, ainsi que de revoir et de piloter cette voiture", conclut Newey.

partages
commentaires
Malchance pour BMW, victoire pour Corvette

Article précédent

Malchance pour BMW, victoire pour Corvette

Article suivant

Le Joest Racing a découvert le Mazda DPi à Hockenheim

Le Joest Racing a découvert le Mazda DPi à Hockenheim
Charger les commentaires